Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Mercredi, 18 Mai 2011 13:53

Sea Shepherd Galápagos lance un manuel sur le droit de l’environnement

Sea Shepherd Galápagos lance un manuel sur le droit de l’environnementAvec l’appui du ministère de la Justice de l’Equateur, Sea Shepherd Conservation Society Galápagos a officiellement lancé un manuel sur le droit de l’environnement intitulé: Manual on the Application of Criminal Environmental law as a Tool for the Protection of the Natural Areas in the Galapagos (Manuel d’application du droit pénal de l’environnement pour la protection des espaces naturels des Îles Galápagos). Durant une présentation qui s’est tenue le 13 mai 2011, les autorités de tous les secteurs ont reçu une copie de ce document mémorable.

Le manuel se penche sur l’importance que revêtent les espaces naturels des Îles Galápagos et qui bénéficient de la notoriété internationale et de la protection des autorités équatoriennes.

Leur protection remonte en 1936, lorsque les Îles Galápagos portaient le nom de premier parc national de l’Equateur. Par la suite, en 1978, les Îles Galápagos devinrent le premier site du patrimoine mondial naturel de l’UNESCO et, 20 ans plus tard, la première réserve marine de l’Equateur. Depuis 2005, l’Organisation maritime internationale a reconnu les Îles Galápagos comme étant la première zone maritime vulnérable en Equateur.

Le manuel explique également le régime propre aux Îles Galápagos, qui a été rédigé dans la Constitution et dont a découlé une loi déterminante en 1998, la loi LOREG. En établissant des sanctions pénales contre les infractions environnementales touchant la réserve marine et le parc national, cette loi fut la première dans le pays à reconnaitre l’efficacité du rôle du droit pénal dans la protection du patrimoine naturel des Îles Galápagos. Cette loi proscrit la pêche industrielle pratiquée dans la réserve marine, de même que la pêche des espèces protégées telles que les requins.

Durant le lancement, Sea Shepherd a présenté le livre comme étant non seulement utile pour les fonctionnaires judiciaires, mais aussi comme le premier pas vers un système judiciaire spécialisé dont on a grand besoin et qui peut faire face aux défis que représentent la prise de décision et l’application du droit de l’environnement au sein du parc national et de la réserve marine — également des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Sea Shepherd se fera toujours le défenseur d’un système judiciaire qui adopte et fait appliquer les principes de la Charte mondiale pour la nature de l’ONU et l’approche écologique progressive de la nouvelle Constitution de l’Equateur. Un système judiciaire symbolisé par une femme aux yeux bandés, la déesse romaine de la justice, tenant une balance dans une main et le trident de Neptune dans l’autre et qui juge en se basant sur le pouvoir de la raison et de la justice environnementale. Tout cela au nom de ceux que l'on ne voit pas et qui ne peuvent se défendre: les requins qui vivent dans ce site du patrimoine naturel depuis bien plus longtemps que les humains eux-mêmes.

(de gauche à droite): Capt. Alex Cornelissen, Col. Geovanny Leiva, Dr. Hugo Echeverria, Capt. Rocío Vinueza, Capt. José Luis Villacís, Lt. Cristina Proaño(de gauche à droite): Capt. Alex Cornelissen, Col. Geovanny Leiva, Dr. Hugo Echeverria, Capt. Rocío Vinueza, Capt. José Luis Villacís,
Lt. Cristina Proaño


 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact