Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Mercredi, 29 Juin 2011 00:00

Le Japon va-t-il se rendre ou faut-il s’attendre à voir la guerre des baleines s’intensifier dans l’océan Austral?

Will Japan surrender or escalate the Whale WarsLa flotte de baleiniers japonais retournera-t-elle dans l’océan Austral? La logique, la loi ainsi que certaines raisons purement pratiques nous laisseraient penser que non. Pourtant, l’expérience a prouvé que ces trois critères entrent rarement en ligne de compte pour le gouvernement japonais quand il s’agit de chasse à la baleine. A ce stade, il est donc impossible de savoir comment les choses vont tourner.

Cette semaine, une rumeur laissait entendre que le Japon, une fois encore, s’apprêterait à mettre le raisonnable de côté: en effet, le ministère de la Pêche entend bien envoyer un patrouilleur des garde-côtes japonais dans l’océan Austral lors de la prochaine saison de chasse afin de protéger leur flotte des actions de Sea Shepherd Conservation Society, si l’on en croit le rapport de Kyodo, une agence de presse japonaise. Les garde-côtes en question semblent pourvus de davantage de sens commun et sont réticents à l’idée de participer, notamment parce qu’aucune loi ne les autorise à le faire.

Dans le cas où les japonais enverraient leur flotte dans le sanctuaire des baleines de l’océan Austral, les subventions accordées par le gouvernement ne feraient qu’augmenter la dette nationale. En plus de violer ouvertement la loi internationale pour la protection des baleines, ils iraient également à l’encontre la nouvelle loi publiée par l’Organisation Maritime Internationale (OMI) interdisant l’utilisation de fuel lourd au-delà du 60ème parallèle.

Le Bob Barker, navire de surveillance longue distance de Sea Shepherd, est actuellement en Australie, entièrement remis en état et prêt à partir à tout moment pour l’océan Austral. Le Steve Irwin et le Brigitte Bardot sont en route pour le nord de l’Atlantique où ils viendront en aide aux globicéphales des Îles Féroé. Les deux bateaux seront en mesure de partir pour l’océan Austral en octobre, donc bien avant le début de la saison de chasse à la baleine.

Sea Shepherd émet la possibilité d’envoyer un quatrième bateau, rapide et brise glace, en mesure de s’attaquer aux chasseurs japonais, mais aussi à tout navire des garde-côtes si ceux-ci décident de leur servir d’escorte.

L’utilisation d’un bateau de garde-côtes japonais pourrait être l’origine de dilemmes politiques intéressants pour le Japon, l’Australie, ainsi que les signataires du traité de l’Antarctique, étant donné que les bateaux militaires sont formellement interdits dans la zone concernée par ce traité.

Le Capitaine Paul Watson, Président et fondateur de Sea Shepherd, espère sincèrement que la flotte de chasse à la baleine japonaise ne se rendra pas dans l’océan Austral en décembre, mais si c’est le cas, les volontaires de Sea Shepherd seront sur place, prêts à leur barrer à nouveau la route. "Notre optimisme reste prudent, a déclaré la Capitaine Watson. Nous nous préparons malgré tout à retourner en Antarctique – juste au cas où."

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact