Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Jeudi, 30 Juin 2011 22:54

Opération ‘Divine Wind’

De retour en Océan Austral: la campagne 2011-2012 de défense des baleines en Antarctique

Operation Divine WindLa première indication que la flotte baleinière japonaise reviendra en Océan Austral au mois de décembre est venue avec l’annonce faite par le Ministère de la Pêche du Japon demandant aux garde-côtes japonais d’envoyer un bateau escorter la flotte vers le sanctuaire baleinier de l’Océan Austral.

Bien que la flotte baleinière japonaise n’ait aucune raison pratique ou économique de retourner dans les eaux de l’Antarctique, le facteur nationaliste semble être la motivation première de l’entêtement des chasseurs de baleines à revenir en Océan Austral, afin de perpétrer leurs activités irresponsables et illégales. Mais l’obstination doit rencontrer l’obstination, et la détermination des baleiniers japonais à massacrer sauvagement des baleines doit rencontrer une plus grande détermination de la part de Sea Shepherd Conservation Society pour entraver et arrêter leurs activités illégales et ainsi protéger les baleines.

Selon le Japan Times, "la flotte baleinière a suspendu ses opérations en Océan Antarctique lors de sa dernière saison à cause des actions de Sea Shepherd Conservation Society, forçant les quatre navires de la flotte à revenir au port dès le mois de février après avoir pris beaucoup moins de baleines que prévu."

Le Japon cherchera à ce que les Pays-Bas, les Etats-Unis, la Nouvelle-Zélande et l’Australie mettent un terme aux activités de Sea Shepherd lors de la prochaine réunion annuelle de la Commission baleinière internationale (IWC, International Whaling Commission), qui aura lieu la semaine prochaine dans les îles anglo-normandes britanniques. Durant la réunion de l’IWC, Le Brigitte Bardot, navire de Sea Shepherd, sera amarré sur l’Île de Jersey.

"Nous ne sommes pas inquiets des menaces du Japon", a déclaré le Capitaine Paul Watson. "Le Japon n’a aucun fondement légal pour nous arrêter et les garde-côtes japonais n’ont aucune raison légale d’envoyer un patrouilleur en Océan Austral au mois de décembre. Tout ceci n’est que du bluff et des fanfaronnades de la part du Ministère de la Pêche pour continuer à essayer de justifier leurs activités illégales en Océan Austral. Avec ou sans patrouilleur japonais, si les baleiniers retournent en Océan Austral, les navires de Sea Shepherd seront présents pour leur faire face."

Sea Shepherd est à la recherche d’un quatrième navire pour rejoindre le corps expéditionnaire de son Opération Divine Wind. "Nous avons besoin d’un grand bateau pour chacun des bateaux harponneurs. La tactique japonaise consistant à suivre nos deux navires principaux afin d’envoyer notre position au navire-usine fonctionne, mais au sacrifice des prises de chaque bateau harponneur", confie le Capitaine Locky MacLean. "Cette année leur harponneur supplémentaire a été capable de tuer des baleines alors que les deux autres suivaient le Steve Irwin et le Bob Barker. Nous devons contrer ce troisième navire harponneur et pour cela nous avons besoin d’un autre bateau."

En plus de violer les lois internationales relatives à la protection des baleines, le Japon sera en violation de l’Organisation Maritime Internationale (IMO, International Maritime Organization) s’ils reviennent au sud du 60ème parallèle avec le navire-usine Nisshin Maru. En plus de violer les lois internationales relatives à la protection des baleines, le Japon sera en violation de l’Organisation Maritime Internationale (IMO, International Maritime Organization) s’ils reviennent au sud du 60ème parallèle avec le navire-usine Nisshin Maru. A partir du mois d’août 2011, il sera interdit à tous les navires opérant avec du fuel lourd de pénétrer dans la zone du Traité de l’Antarctique. De plus, il est illégal pour les navires militaires d’opérer dans les eaux de la zone du Traité de l’Antarctique. Si les garde-côtes japonais escortent la flotte baleinière, ils le feront de façon illégale.

“J’ai décidé de nommer la prochaine campagne Opération Divine Wind,” a déclaré le Capitaine Watson. « Le peuple japonais est bien conscient de la signification du mot “kamikaze”. “kami” veut dire “le vent” et “kaze” se traduit par “divin” ou “le vent des dieux”. Ce que cela signifie est que nous en appelons au “vent des dieux” pour protéger les baleines de la cruauté et de la folie meurtrière des baleiniers japonais.”

Sea Shepherd ne battra jamais en retraite et ne se rendra jamais face aux menaces ou à l’opposition des baleiniers japonais et du gouvernement du Japon. L’organisme de protection est déterminé à mettre fin aux activités baleinières illégales dans le Sanctuaire baleinier de l’Océan Austral, et utilisera toutes les stratégies et tactiques non-violentes possibles afin d’atteindre cet objectif.

“Nous allons mettre fin à la chasse à la baleine en Océan Austral", a déclaré le Capitaine Watson, "peu importe la durée de l’effort, les dangers et les risques encourus ou les sacrifices que nous devons faire. Nous avons mis nos vies et notre liberté en jeu pour mettre fin à ce massacre, et nous atteindrons notre objectif, ou nous mourrons en essayant.”

Le Steve Irwin, navire amiral de Sea Shepherd, ainsi que le Brigitte Bardot vont défendre les globicéphales dans le Protectorat Danois des Îles Féroé pendant tout l’été avant de se rendre dans l’hémisphère sud et rejoindre le Bob Barker pour s’opposer une nouvelle fois aux activités illégales de la flotte baleinière japonaise.

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact