Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Lundi, 11 Juillet 2011 14:37

Sea Shepherd soutient fièrement les baleines à Jersey

(de gauche à droite) Georgie Dicks, Paul Watson et Howie Cook tenant en main l’argent de la corruption. Photo: Simon Ager(de gauche à droite) Georgie Dicks, Paul Watson et Howie Cook tenant en main l’argent de la corruption. Photo: Simon Ager

Il est ironique de constater que Sea Shepherd Conservation Society, seule ONG à qui l’accès à la Commission baleinière internationale (IWC, International Whaling Commission) a été officiellement interdit, soit celle qui a sur l’île de Jersey le plus de représentants, plus que toutes les autres ONG réunies.

Les sympathisants de Sea Shepherd sont venus à leurs frais de France, de Grande-Bretagne, des Etats-Unis, d’Australie, des Pays-Bas, de Nouvelle-Zélande, de Suisse, du Canada et même du Japon. Plus d’une soixantaine d’entre eux étaient présents, en comptant les dix membres d’équipage du bateau de Sea Shepherd, le  Brigitte Bardot, qui est arrivé au port de Saint Hélier le 9 juillet 2011.

Les marins et les sympathisants de Sea Shepherd ont été rejoints par les membres de Surfers for Cetaceans et ceux de Women Against Whaling en face de l’Hôtel de France, où se tenait la réunion de la CBI. Dans la rue, les représentants de la CBI étaient tenus à l’écart des défenseurs des baleines, jusqu’à ce qu’une centaine de personnes réussissent à contourner les agents de sécurité pour faire entendre leur voix à la porte de la salle de conférence de l’Hôtel de France.

Le chef de la sécurité de la CBI a demandé à la foule des défenseurs des baleines de quitter l’enceinte de l’hôtel, ce à quoi le capitaine Paul Watson a répondu qu’ils partiraient uniquement à la demande de la police de Jersey.

“Jersey ne dispose pas de loi concernant l’intrusion, les agents de sécurité n’ont donc aucun pouvoir juridique pour nous obliger à quitter la zone", a déclaré le capitaine Paul Watson. "Cependant, nous ne sommes pas ici pour causer des problèmes, et nous n’avons aucun grief envers la police de Jersey. Nous avons pu faire entendre nos revendications à la porte de la CBI pendant plus d’une heure, nous sommes donc satisfaits que ses membres aient pris acte de notre présence.”

Des liasses de billets hors d’usage de Russie, d’anciens pays du bloc de l’Est, d’Irak et du Zimbabwe ont été jetées en l’air, afin de symboliser la corruption que le Japon pratique depuis des années afin d’acheter des votes pour leur politique pro-chasse, mais aussi en soutien à la proposition du Royaume-Uni de démarrer une enquête sur la corruption au sein de la CBI.

Sea Shepherd est particulièrement attentive aux aspirations des baleiniers japonais. "Si le Japon retourne dans l’Océan Austral, Sea Shepherd retournera dans l’Océan Austral", a déclaré le capitaine Paul Watson. "Dès que nous aurons connaissance de leur volonté d’aller dans l’Océan Austral, nous mettrons le cap au sud afin de les intercepter une fois encore.”  

Les 89 pays membres de la CBI sont réunis à Jersey jusqu’au 14 juillet 2011.

Les sympathisants de Sea Shepherd manifestent contre l’interdiction d’assister à la CBI. Photo: Simon AgerLes sympathisants de Sea Shepherd manifestent contre l’interdiction d’assister à la CBI. Photo: Simon Ager Les sympathisants de Sea Shepherd interpellent un membre de la CBI. Photo: Dan MarshLes sympathisants de Sea Shepherd interpellent un membre de la CBI. Photo: Dan Marsh
 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact