Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Lundi, 10 Octobre 2011 23:54

Îles Galápagos: les braconniers du Reina Del Cisne sont libres

Requins des Galápagos

Il y a trois semaines, le Reina Del Cisne, navire de pêche industrielle équatorien, était pris en flagrant délit de braconnage à l’intérieur de la réserve marine des Îles Galápagos. Après avoir ordonné, dans un premier temps, la détention préventive des douze suspects, le juge en charge de l'affaire vient de remettre ces derniers en liberté. Cette décision impopulaire a été rendue malgré les résultats de l’enquête officielle dans laquelle Sea Shepherd Conservation Society intervenait en tant qu’observatrice.

Invoquant une incompétence à traiter des affaires environnementales, le juge a également levé l'immobilisation du navire dont le but initial était de sécuriser les preuves de l’infraction. Cette décision clôt donc en grande partie le dossier.

Le procès doit être instruit devant une autre juridiction - située à près de mille kilomètres - alors que tous les suspects de l'affaire se trouvent d'ores-et-déjà hors d'atteinte du système judiciaire équatorien. Heureusement, le Parc National des Galápagos, partie civile dans la procédure, a déjà fait appel de la décision du juge et a aussitôt ordonné à la marine équatorienne de ne pas laisser le navire reprendre la mer.

En se déclarant incompétent dans une affaire pénale concernant l’environnement, ce juge vient de créer un fâcheux précédent qui risque de laisser les Îles Galápagos dans un vide juridique. Partout ailleurs dans le pays, les juges pénaux s’occupent d’affaires environnementales concernant des pollueurs, des bûcherons, des braconniers... Pourquoi certains juges paniquent-ils lorsqu’il s’agit de rendre la justice dans des affaires impliquant les acteurs majeurs de la pêche industrielle? Un vrai juge n’a aucune raison de craindre de faire appliquer la loi. Pourtant, au cours des deux derniers mois, trente-quatre suspects impliqués dans le braconnage de plus de quatre cents requins ont été relâchés. Cette nouvelle décision controversée révèle l'état inacceptable de la justice dans l'archipel au moment où le système judiciaire national est en cours de transformation.

Sea Shepherd et d’autres associations s’emploient d’ores-et-déjà à faire en sorte que cette affaire reste sur l’agenda des autorités judiciaires et font pression sur le Conseil national de la magistrature pour obtenir une transformation complète du système judiciaire local. Les Îles Galápagos méritent d’avoir de vrais juges qui n’aient pas peur de rendre des décisions difficiles contre le secteur de la pêche industrielle et qui aient la volonté de faire pleinement respecter la loi et de sanctionner les délinquants comme il se doit.

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact