Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Vendredi, 09 Décembre 2011 10:54

Le Japon lance une offensive musclée contre Sea Shepherd

Photo d’archives: Un employé des Garde-côtes japonais lance des grenades à main pendant l’Opération Migaloo en 2008.Photo d’archives: Un employé des Garde-côtes japonais lance des grenades à main pendant l’Opération Migaloo en 2008.

Des navires de sécurité armés, des mercenaires, des officiers Gardes-côtes, de grandes compagnies de relations publiques, et des avocats…

Voici la liste non exhaustive des "services" que trente millions de dollars peuvent aisément acheter, influencer, ou "convaincre" quand il s’agit de défendre une activité illégale.

A bout de souffle, les baleiniers Japonais armés d’un "fonds de guerre" de quelque 30 millions de dollars US - alloués par le gouvernement japonais sur les fonds de secours pour l’aide aux victimes du Tsunami – se sont fait prêter "main-forte" pour empêcher les navires de Sea Shepherd de sauver les baleines cette saison.

Leur dernière action en date: un recours en justice déposé auprès d’un tribunal des Etats-Unis, pour interdire toute intervention de Sea Shepherd contre les campagnes illégales de chasse à la baleine menées par les japonais. Sea Shepherd considère ce procès comme une mascarade ne représentant qu’une tentative désespérée des baleiniers d’utiliser le litige comme arme contre l’association.

"Nous avons déjà remporté cette manche", déclare le Capitaine Paul Watson. "La saison dernière, nous avons vaincu les baleiniers et les avons renvoyés chez eux, humiliés de n’avoir pu atteindre que 17 % de leur quota. Cette année sera plus difficile. 30 millions de dollars représentent un pouvoir de persuasion gigantesque et nous sommes préparés à recevoir une vague de harcèlements et d’obstacles bureaucratiques massifs de la part des japonais et des différents gouvernements, tribunaux et médias qu’ils sont capables d’influencer".

"Cette saison représentera un vrai challenge et sera sûrement la campagne la plus dangereuse en date, alors que nous nous préparons à notre huitième année d’intervention contre les braconniers de baleines dans le sanctuaire des baleines de l’océan Austral".

Sea Shepherd n’est pas intimidé par la dernière tentative bureaucratique qui vise à stopper l’association par une action en justice dans les tribunaux américains.

"C’est un procès inutile", a déclaré le Capitaine Watson. "Nous avons des images des baleiniers japonais éperonnant etallant jusqu’à détruire l’un de nos navires, manquant d’écraser notre équipage, ouvrant le feu à notre encontre, lançant des grenades à concussion, déployant des armes acoustiques, nous frappant avec des canons à eau et des lances de bambou…Et ce sont eux qui nous traînent en justice en nous accusant d’avoir utilisé la force à leur encontre! A aucun moment donné nous ne les avons heurté, ni blessé ou accusé de crime, et nous n’avons jamais été réprimandés par qui que ce soit pour nos actions. Nous avons coopéré avec toutes les enquêtes nous concernant, contrairement à eux. Tout ceci n’est simplement qu’une manœuvre bureaucratique supplémentaire des tribunaux pour nous harceler. Je ne crois pas qu’il y ait un cas à plaider et je doute qu’un tribunal des USA prenne ceci au sérieux. Contrairement au Japon, les tribunaux des Etats-Unis ne reçoivent pas d’ordre de leur gouvernement."

Les préoccupations de Sea Shepherd sont bien trop importantes pour se laisser distraire par des procès. "Toute notre attention sera concentrée dans les trois prochains mois pour empêcher le massacre sauvage et illégal des baleines dans leur sanctuaire de l’océan Austral" déclare le Capitaine Watson. "Nous ne nous laisserons décourager ni par l’utilisation de la violence ou de la force, ni par les procès, ni par les bureaucrates, ni par les critiques ou par quelque gouvernement que ce soit. Nos actions sont non-violentes, nous respectons la loi et nous sauvons les baleines d’une opération criminelle perpétrée dans un sanctuaire dédié à leur protection.

Toute cette offensive n’est simplement que le dernier sursaut d’une industrie sauvage et écologiquement destructrice à l’agonie. Sea Shepherd n’abandonnera jamais les baleines de l’océan Austral, quelles que soient les armes qu’utiliseront les baleiniers japonais. S’ils veulent nous arrêter il faudra qu’ils nous tuent, et il se pourrait qu’ils soient suffisamment désespérés un jour pour en arriver à une telle extrémité".

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact