Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Dimanche, 15 Janvier 2012 17:07

Transfert réussi des militants australiens à bord du Ocean Protector

Les trois ressortissants australiens ont été transférés du navire japonais Shonan Maru No. 2 sur l’Ocean Protector, un bâtiment utilisé par les Affaires Maritimes australiennes. Ils vont être ramenés en Australie. Le cabinet de la Ministre de la Justice australienne a publié le communiqué ci-dessous, que nous reproduisons avec les réponses du Capitaine Paul Watson:


POUR DIFFUSION PUBLIQUE

Mme NICOLA ROXON
Ministre de la Justice

13 janvier 2012

Transfert réussi des militants australiens à bord du ACV OCEAN PROTECTOR

Les trois ressortissants australiens ont été transférés du navire japonais Shonan Maru No. 2 sur l’Ocean Protector cet après-midi. Ils vont être ramenés en Australie.

Capitaine Paul Watson: Les équipages du Steve Irwin, du Brigitte Bardot et du Bob Barker accueillent cette nouvelle avec satisfaction.

Ces trois hommes étaient montés à bord du navire japonais dimanche 8 janvier. Le gouvernement japonais avait confirmé, mardi 10 janvier, qu’il avait l’intention de les remettre aux autorités australiennes.

La remise aux autorités australiennes s’est faite grâce à une navette du ACV Ocean Protector, venue se ranger aux côtés du Shonan Maru No. 2. L’opération s’est déroulée avec la coopération de toutes les parties concernées.

Les trois hommes ont déclaré être en bonne santé; une visite médicale doit néanmoins être menée par le personnel soignant à bord du ACV Ocean Protector.

Mme Nicola Roxon, Ministre de la Justice, forme le vœu que les trois hommes réfléchissent au sens de leurs actes.

Capitaine Paul Watson: Pour ma part, j’ai la conviction qu’ils réfléchiront au succès considérable de leur engagement en faveur de la défense des baleines dans le Sanctuaire baleinier Antarctique. L’action qu’ils ont menée a attiré l’attention des médias internationaux sur la chasse à la baleine, dont le Japon continue de se rendre coupable, en toute illégalité, en Antarctique. Elle a également mis en lumière l’incurie du gouvernement australien et son mépris des promesses de lutte contre la chasse à la baleine qu’il avait faites pendant la dernière campagne électorale. Elle a également montré au grand jour la contradiction qu’il y a à autoriser un navire baleinier japonais dans les eaux territoriales australiennes, en violation manifeste de la décision prise en 2008 par la Cour Fédérale australienne, qui interdisait aux navires japonais de transiter par ces mêmes eaux. Enfin, la présence de trois citoyens australiens non armés à bord du navire en charge de la protection de l’ensemble de la flotte baleinière a ridiculisé l’équipe de sécurité japonaise. Au final, les résultats positifs de cette action sont nombreux, et les trois hommes ont de quoi réfléchir… et se sentir fiers!

"Nous encourageons toute forme de protestation pacifique, mais des actions dangereuses menées en haute mer sont d’une toute autre nature. Nous demandons instamment aux protagonistes de ce face-à-face de respecter la loi et d’agir dans le calme."

Capitaine Paul Watson: Aucun membre de mes équipages n’a jamais enfreint la loi, et en huit ans, personne n’a jamais été accusé de violation de quoi que ce soit. Pete Bethune a agi de son propre chef (et en dépit de mes conseils) lorsqu’il est monté à bord du même Shonan Maru No. 2 en 2010. Nous ne nous rendons pas en Antarctique simplement pour protester contre la chasse à la baleine. Sea Shepherd n’est pas une organisation de protestation. Nous intervenons contre des opérations illégales de chasse à la baleine, en accord avec les principes de la Charte Mondiale de la Nature des Nations Unies. Les japonais s’en prennent à des espèces de baleines menacées et protégées, dans les limites du Sanctuaire baleinier Antarctique : ce faisant, ils violent un moratoire mondial sur la chasse à la baleine à but commercial. Sea Sheperd s’oppose à des opérations criminelles et doit le faire car les signataires du traité n’appliquent pas les lois.

“Les militants doivent comprendre qu’à l’avenir de tels agissements sont passibles de poursuites en justice dans un autre pays, voire de condamnations."

Capitaine Paul Watson: Nous sommes toujours conscients des risques que nous encourons durant nos activités.

“L’opération de récupération de nos trois ressortissants a aussi entraîné des dépenses considérables, à la charge du contribuable australien."

Capitaine Paul Watson: Ces dépenses auraient pu être évitées si la Ministre de la Justice avait pris la peine de vérifier ce qu’avançaient les japonais lorsqu’ils prétendaient ne pas être dans la zone contiguë australienne. Le GPS utilisé par Sea Sheperd a ainsi prouvé que les militants sont montés à bord du Shonan Maru No. 2 alors que le navire se trouvait à 16 milles nautiques des terres australiennes (soit en-deçà de la limite des 24 milles de la zone contiguë). Le gouvernement australien a de fait autorisé le navire japonais à sortir les trois hommes des eaux australiennes. Il a ensuite décliné la proposition qu’a faite Sea Shepherd de prendre ces trois hommes à bord du Steve Irwin, ce qui n’aurait pas coûté un dollar. Ces dépenses étaient inutiles, mais la décision de mener les choses de cette façon est du ressort plein et entier de la Ministre de la Justice. D’autres dépenses ont d’ailleurs ensuite été engagées lorsque le Shonan Maru No. 2 a refusé d’abandonner sa poursuite du Steve Irwin.

“Le gouvernement australien remercie le Japon pour son concours dans la restitution des ressortissants australiens."

Capitaine Paul Watson: L’Australie ne devrait pas remercier le Japon d’avoir illégalement pénétré dans les eaux australiennes et d’avoir fait sortir des ressortissants australiens des eaux territoriales. Tout ceci, j’en suis sûr, n’est que figure diplomatique imposée.

“Le gouvernement australien réitère sa condamnation de la décision prise par le Japon de poursuivre la chasse à la baleine prétendument «scientifique» en Antarctique cet été. Il renouvelle sa demande pour que les baleiniers restent en-dehors des eaux territoriales et de la zone économique exclusive australiennes."

Capitaine Paul Watson: Les japonais, apparemment, n’en ont cure. Leurs baleiniers semblent libres d’aller où bon leur semble à tout moment. Deux jours après cet épisode, le Yushin Maru No. 3 a donné la chasse au Bob Barker à seulement 4 milles au large de l’Île de MacQuarie.

“J’appelle tous les opposants de la chasse à la baleine à s’engager aux côtés du gouvernement australien dans le combat qu’il mène auprès de la Cour Internationale de Justice, plutôt qu’à tenter imprudemment de se faire justice eux-mêmes."

Capitaine Paul Watson: Je suis désolé, Mme Roxon, mais les baleines ne peuvent pas se permettre d’attendre des années avant que la question soit réglée. Si l’Australie veut prendre une injonction, alors Sea Shepherd stoppera ses actions. Mais je souligne que nous ne nous faisons pas justice nous-mêmes; par ailleurs, nous ne violons aucune loi. Nous nous interposons simplement pour faire cesser des crimes environnementaux internationaux, en accord avec la Charte Mondiale de la Nature des Nations Unies. Voilà ce que nous faisons depuis huit ans – et en huit ans, nous n’avons pas infligé une seule blessure et n’en avons reçu aucune. Nous n’agissons pas avec imprudence. Nous prenons nos responsabilités et ce que nous faisons, personne d’autre ne le fait : sauver des baleines. 858 individus la saison dernière, 525 celle d’avant, et 483 celle d’avant celle-là.

"Le ACV Ocean Protector a maintenant mis le cap sur Albany, en Australie Occidentale, après avoir récupéré les trois ressortissants australiens. Le service des Douanes et des contrôles aux frontières estime que la traversée jusqu’à Albany pourrait prendre environ trois jours, en fonction de la météo."

Capitaine Paul Watson: A n’en pas douter, nos partisans à Albany leur réserveront un accueil des plus chaleureux.

 

Divine Wind

Visitez le site de
l'Opération Divine Wind
pour suivre les informations concernant notre campagne de défense des baleines de l'Antarctique 2011-12

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact