Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Vendredi, 25 Mai 2012 00:56

Le capitaine Paul Watson rencontre Enrique Castillo, ministre des Affaires étrangères du Costa Rica

Rassemblement de partisans de Sea Shepherd à Venise, en Italie, en soutien au Capitaine WatsonRassemblement de partisans de Sea Shepherd à Venise, en Italie, en soutien au Capitaine Watson

Aujourd'hui, le capitaine Paul Watson et Scott West, Directeur des recherches de Sea Shepherd, se sont rendus en train à Stuttgart, en Allemagne, afin de rencontrer Enrique Castillo, le ministre des Affaires étrangères du Costa Rica. "Cette rencontre s’est bien passée et M. Castillo s'est montré enclin à trouver une solution au problème de mon arrestation d'une part, et intéressé par la possibilité de collaborer avec Sea Shepherd en vue de protéger les requins et l'intégrité de la réserve marine de l'Île Cocos d'autre part", a déclaré le capitaine Paul Watson.

Sea Shepherd Conservation Society s'efforce de tirer le meilleur parti de cette controverse en focalisant dans un premier temps l'attention du monde entier sur la pratique abominable du finning, qui consiste à découper les ailerons du requin avant de rejeter l’animal à la mer puis, dans un second temps, en aidant les rangers et garde-côtes costaricains à mettre un terme à cette pratique et au braconnage. Ces douze dernières années, Sea Shepherd a accompli des progrès significatifs dans le Parc national et la réserve marine des Galápagos et souhaite désormais aider le Costa Rica à protéger l'Île Cocos. En 2001, Sea Shepherd fournissait des équipements et des provisions aux rangers du parc national de l'Île Cocos et, la même année, le Capitaine Watson interceptait le grand palangrier équatorien San Jose au sein de la réserve marine. Il escorta le palangrier jusqu'aux rangers costaricains, et c'est ainsi que le San Jose devint le premier navire de braconnage à se trouver confisqué par un tribunal costaricain. Les preuves rassemblées par Sea Shepherd ont par la suite grandement contribué à la condamnation des responsables.

En 2002, deux jours seulement avant la signature prévue d'un accord d’étroite collaboration avec les rangers du Costa Rica similaire à celle mise en place avec la police et les rangers équatoriens dans les Galápagos, un incident est survenu entre l'équipage de Sea Shepherd et un groupe de pêcheurs costaricains surpris en flagrant délit de braconnage de requins. À la suite de cet incident, les accusations formulées par l'équipage du Varadero I, qui avait pourtant été surpris en train de découper des ailerons de requins dans les eaux territoriales guatémaltèques, ont sonné le glas de la coopération entre Sea Shepherd et le Costa Rica.

Sea Shepherd Conservation Society considère l'Île Cocos comme l'un des écosystèmes marins les plus précieux au monde. Aussi, nous souhaiterions relancer la coopération que nous avons été contraints d'interrompre en 2002 afin de défendre, de protéger et de préserver l'intégrité écologique du parc national de l'Île Cocos avec le soutien du Costa Rica.

Rassemblement de partisans de Sea Shepherd à Paris lors de la journée S.O.S. DayRassemblement de partisans de Sea Shepherd à Paris lors de la journée S.O.S. Day

"Si le Costa Rica estime nécessaire de me poursuivre sur la base des accusations absurdes de pêcheurs que nous avons surpris en train de braconner, alors je suis disposé à coopérer avec la justice et à lui soumettre comme preuves nos vidéos, nos journaux de bord ainsi que les témoignages de notre équipage concernant cet événement. Le Costa Rica n'a qu'à fixer une date de procès et je comparaîtrai de mon plein gré devant la Cour, à condition que ma sécurité soit garantie. Aucune extradition ni arrestation préventive n'est nécessaire. Une assignation à comparaître des autorités costaricaines suffit", a déclaré le Capitaine Watson.

L'objectif de Sea Shepherd Conservation Society est de collaborer avec le Costa Rica afin de défendre les requins et d'autres espèces marines en danger. Selon le Capitaine Watson, cette situation pourrait permettre de renouer la collaboration entre Sea Shepherd et les rangers de l'Île Cocos.

Si l'Allemagne peut prendre la décision de mettre fin à la procédure d'extradition, le Costa Rica peut quant à lui annuler sa demande d'extradition.

Le Capitaine Watson est extrêmement touché par les nombreuses manifestations de soutien dont il fait l'objet à travers le monde. "De plus en plus de personnes se sentent concernées et s'impliquent dans la protection de la faune marine, et il est très encourageant de voir tant de monde se rallier à cette cause" a-t-il affirmé à Francfort, en Allemagne, pays où il demeure pour le moment en liberté conditionnelle.

Cliquer ici pour voir l'article et la vidéo d'un média costaricain (en Espagnol).

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact