Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Mardi, 29 Mai 2012 19:32

L'article ci-dessous a été publié le 22 mai sur surfermag.org.
(republié avec autorisation
)

Le fondateur de Sea Shepherd arrêté en Allemagne

Kelly Slater demande la libération immédiate du Capitaine Paul Watson

Le Capitaine Paul Watson avec Kelly Slater. Photo: Deborah BassettLe Capitaine Paul Watson avec Kelly Slater.
Photo: Deborah Bassett

Le capitaine Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd, est en état d’arrestation à Francfort, en Allemagne, et risque l’extradition vers le Costa Rica pour un incident qui s’est produit il y a plus de dix ans, alors qu’il interrompait une opération illégale de "shark finning" (une pratique qui consiste à découper les ailerons d’un requin avant de le rejeter à la mer) près des côtes du Guatemala. Bien que le Capitaine Watson ait été remis en liberté sous caution lundi, après avoir versé 250 000 euros, il est assigné à résidence pendant que la cour allemande examine les documents que présentera le Costa Rica, dans une situation qui semble guidée par des motifs politiques.

L’arrestation du Capitaine Watson est fondée sur des allégations d’entrave à la circulation maritime dans les eaux du Guatemala, à la suite d’une altercation en 2002 entre les pêcheurs du navire Varadero, qui s’adonnaient à la pêche illégale de requins, et l’équipage de l’Ocean Warrior, un navire de Sea Shepherd. Après que l’Ocean Warrior ait arrêté le Varadero dans les eaux du Guatemala, obtempérant à un ordre que Sea Shepherd affirme avoir reçu des autorités guatémaltèques, les pêcheurs ont accusé le Capitaine Watson de tentative de meurtre. Watson a été poursuivi à son retour au Costa Rica, mais les accusations initiales ont été retirées. Un deuxième mandat d’arrestation a été accordé mais a expiré, avant d’être mystérieusement renouvelé au mois d’octobre passé, même après qu’INTERPOL ait publié une déclaration, au mois de mars, annonçant que l’organisme ne publierait pas de notice rouge pour l’arrestation du Capitaine Watson parce que son Bureau des Affaires juridiques jugeait que la demande n’était pas conforme à la réglementation d’INTERPOL.

Kelly Slater, onze fois champion du monde de surf et membre du conseil consultatif de Sea Shepherd, s’est récemment prononcé pour appeler le monde du surf à soutenir le Capitaine Paul Watson. Dimanche, il écrivait:

“Une bonne dose d’honnêteté mettrait fin à cette situation. Par exemple, en raison des connections et des investissements de la Chine et de Taiwan avec des costaricains qui investissent dans l’infrastructure du pays, le Costa Rica ferme les yeux sur le commerce des ailerons de requins et sur la pêche illégale au large de ses côtes, tout en faisant la promotion de l’écotourisme centré sur la biodiversité du pays et sa beauté naturelle. Si l’on expose ces connections, elles ne pourront plus servir à ceux qui tirent en secret les ficelles du pouvoir.”

L’incident en question a été présenté dans ses moindres détails dans le documentaire primé Sharkwater (Les seigneurs de la mer), sorti en 2007, qui a attiré l’attention des médias du monde entier sur l’indignité du commerce corrompu et cruel des ailerons de requins. Un extrait de ce documentaire a récemment été diffusé par le réalisateur Rob Stewart afin de prouver l’innocence du Capitaine Watson, et peut être visionné ci-dessous.

Slater écrit aussi: “La situation dans laquelle se trouve le Capitaine Watson met au jour ces sombres secrets. Il revient maintenant au gouvernement de décider s’il libère le capitaine Watson, puisque l’incident au cours duquel il a affronté les braconniers a été filmé. Cette vidéo nous donne les faits, et on peut se questionner sur les motifs de ceux qui continuent de harceler le Capitaine Watson en dépit de ces faits. Personne n’a été blessé et aucun bateau n’a été endommagé durant l’altercation, et Watson suivait les directives de représentants du gouvernement du Guatemala tout en protégeant des ressources naturelles dans le cadre du protocole des Nations unies. Il a déjà payé une amende et a été remis en liberté, mais ailleurs dans le monde, d’autres le tiennent en rancune et reçoivent malheureusement, en secret, l’aide de quelque obscur pouvoir gouvernemental.

S’il advenait que le Capitaine Watson soit extradé vers le Costa Rica, on ne lui accorderait certainement pas un procès équitable, et sa sécurité serait loin d’être garantie. En s’opposant aux activités illicites de l’industrie japonaise de la chasse à la baleine et de la célèbre mafia du commerce des ailerons de requins établie au Costa Rica, le Capitaine Watson s’est fait de nombreux et redoutables ennemis pendant les 40 ans qu’il a passés en première ligne de combat, et ces derniers cherchent à mettre fin à ses fructueux efforts pour faire respecter les lois de conservation internationales et protéger la vie marine. La mafia du commerce des ailerons de requins, qui opère illégalement au Costa Rica, pourrait très bien tenter de s’en prendre physiquement au Capitaine Watson, et son extradition vers le Costa Rica pourrait avoir comme conséquence ce que le Capitaine Watson décrit lui-même comme «une peine de mort assurée».

Le 23 mai, des manifestations pour la libération de Paul Waston se tenaient devant les ambassades et les consulats allemands du monde entier, afin d’implorer l’Allemagne de libérer le Capitaine Watson et d’empêcher son extradition vers le Costa Rica. La journée de manifestations coïncidait avec la visite officielle de Laura Chinchilla, présidente du Costa Rica, qui rencontrait la chancelière allemande Angela Merkel à Berlin. Veuillez consulter le site Web de Sea Shepherd pour obtenir de plus amples renseignements sur les événements qui ont lieu près de chez vous. – Deborah Bassett

Le Capitaine Watson a voué une bonne partie de sa vie à la protection de ceux qui sont sans voix. C’est maintenant notre tour de parler en son nom. Veuillez prendre contact avec ceux qui ont le pouvoir de libérer le Capitaine Paul Watson en vous adressant de façon respectueuse aux deux personnes suivantes:

Sabine Leutheusser-Schnarrenberger:
Ministère fédéral de la justice
Deutscher Bundestag
Platz der Republik
11011 Berlin
Téléphone : 030 – 227 751 62
Télécopieur : 030 – 227 764 02
Courriel : sabine.leutheusser-schnarrenberger@bundestag.de

Dr. Guido Westerwelle:
Ministère fédéral de la justice
Mohrenstrasse 37
10117 Berlin, Allemagne
Téléphone : +49 (030) 18 580-0
Télécopieur : +49 (030) 18 580-9525

Ministère des affaire étrangères
FDP-Bundestagsfraktion
Platz der Republik 1
11011 Berlin
Téléphone : 030 / 22771636
Télécopieur : 030 / 22776562
Courriel : guido.westerwelle@bundestag.de

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact