Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Mercredi, 27 Juin 2012 21:03

La connexion Japon/Costa Rica, ou la recette d'une conspiration

Chronologie des faits:

Rencontre entre la Présidente costaricaine Laura Chinchilla Miranda et le Premier ministre japonais Yoshihiko Noda au Japon, le 8 décembre 2011. Photo: ReutersRencontre entre la Présidente costaricaine Laura Chinchilla Miranda et le Premier ministre japonais Yoshihiko Noda au Japon, le 8 décembre 2011. Photo: ReutersOctobre 2011: L’Institut japonais pour la recherche sur les cétacés, alias l’industrie baleinière japonaise, reçoit environ 30 millions de dollars de fonds de secours aux victimes du tsunami pour se protéger contre les efforts de Sea Shepherd destinés à perturber les activités baleinières illégales des Japonais dans le sanctuaire baleinier de l’océan Austral. Réf. ci-dessous.

6-10 Décembre 2011: La Présidente costaricaine, Laura Chinchilla, se rend en visite au Japon.

8 décembre 2011: D’après un communiqué de presse émis par la Casa Presidencial du Costa-Rica, le jeudi 8 décembre à 18h30, le Premier ministre Yoshihiko Noda s’est entretenu pendant une demi-heure avec Mme Laura Chinchilla Miranda, Présidente de la République du Costa-Rica.

8 décembre 2011: L’Institut japonais pour la recherche sur les cétacés intente un procès à Sea Shepherd Conservation Society afin d’obtenir une injonction obligeant les bateaux de Sea Shepherd à cesser de perturber les activités baleinières illégales des Japonais dans le sanctuaire baleinier de l’océan Austral. Sea Shepherd reçoit les documents le 9 décembre 2011.

8 mars 2012: La flotte baleinière japonaise se retire du sanctuaire baleinier de l’océan Austral deux semaines plus tôt que prévu, après n’avoir pris que 26 % du quota de prises fixé (267 cétacés tués). Sea Shepherd l'a empêché de tuer 768 baleines. L’année précédente, la flotte baleinière japonaise s’était retirée le 18 février 2011, un mois et demi plus tôt que prévu, après n’avoir pris que 17 % de son quota (172 cétacés tués). Sea Shepherd avait évité le massacre de 863 baleines. Au total, les interventions de Sea Shepherd dans l’Antarctique ont sauvé 3690 baleines des harpons japonais et ont coûté très cher aux baleiniers.

19 mars 2012: L’ordonnance rejetant l’injonction préliminaire demandée par l’Institut japonais pour la recherche sur les cétacés est émise à Seattle.

13 mai 2012: Le Capitaine Watson est arrêté à l’aéroport de Francfort, en Allemagne, aux termes d’un mandat d’arrêt du Costa-Rica fondé sur l’accusation d’avoir mis en danger la vie de pêcheurs en avril 2002.

Or, l’incident de 2002 n’avait entraîné aucune blessure et aucune atteinte aux biens, et résultait d’une intervention contre une opération de braconnage d’ailerons de requins dans les eaux du Guatemala, le navire costaricain incriminé étant le Varadero I, qui avait déjà été déclaré coupable de braconner aux îles Galápagos en 2001. Le gouvernement guatémaltèque avait autorisé cette intervention, et tout avait été filmé dans le cadre de la réalisation du long métrage "Les Seigneurs de la mer", lequel allait être primé.

21 mai 2012: Le Capitaine Alex Cornelissen rencontre le ministre de l’environnement du Costa-Rica, lequel exprime son souhait de voir Sea Shepherd revenir participer à la protection de l’île Cocos.

La Présidente costaricaine Laura Chinchilla Miranda est accueillie par l’empereur japonais Akihito au palais impérial de Tokyo le jeudi 8 décembre 2011. Photo: APLa Présidente costaricaine Laura Chinchilla Miranda est accueillie par l’empereur japonais Akihito au palais impérial de Tokyo le jeudi 8 décembre 2011. Photo: AP26 mai 2012: Le Japon donne 9 millions de dollars à l’Institut costaricain du tourisme (ICT) et au ministère costaricain de l’environnement et de l’énergie: "Nous célébrons cette donation importante du gouvernement japonais", déclare le directeur général de l’ICT, Juan Carlos Borbón.

Ainsi, dans les 6 mois qui suivent la rencontre entre la Présidente costaricaine et le Premier ministre japonais, le Capitaine Paul Watson est arrêté sur la base d’une accusation du gouvernement costaricain vieille de dix ans, et le Costa-Rica reçoit 9 millions de dollars du gouvernement japonais pour ses parcs nationaux.

Certaines questions restent sans réponse :

1. L’affaire du Varadero I et du Capitaine Paul Watson a-t-elle été abordée lors de la réunion entre la Présidente Chinchilla et le Premier ministre Noda le 8 décembre 2011?

2. Pourquoi le Costa-Rica a-t-il émis un mandat d’arrêt dix ans après l’incident et à la même époque, à peu près, que cette rencontre?

3. Quand cette donation de 9 millions de dollars au Costa-Rica par le Japon a-t-elle été autorisée?

4. D’où venait cet argent? L’argent de l’Agence japonaise des pêches faisait-il partie des 30 millions alloués au Japon pour l’aide aux victimes du tsunami?

5. Quelles étaient les conditions associées à cette contribution de 9 millions de dollars versée par le Japon au Costa-Rica?

6. Le Japon a-t-il fait pression sur le Costa-Rica pour obtenir une demande d’extradition du Capitaine Paul Watson?

Nous n’espérons aucune réponse du Costa-Rica et du Japon, mais de façon certaine, d’importantes preuves circonstancielles indiquent qu’une pression japonaise a joué son rôle dans la décision du Costa-Rica de faire arrêter et incarcérer le Capitaine Watson en Allemagne en vue de son extradition.

Références aux fonds collectés pour le tsunami: L’Institut pour la recherche sur les cétacés a admis ce fait.

Pour lire des articles provenant de sources externes à l’appui de ce qui précède, cliquez sur les liens suivants:

Japan says some tsunami reconstruction funds going to whaling (CNN)

Japan using tsunami funds for whaling hunt (USA Today)

Use of Government Recovery Funds Stokes Japan Whaling Row (Wall Street Journal)

Japan funding whaling hunt with disaster budget (Seattle Times)

Japan tsunami relief funds go to save — whaling (San Francisco Gate)

Japan whaling fleet accused of using tsunami disaster funds (The Guardian)

Japan Admits Tsunami Funds Used to Defend Whaling Fleet (Mother Jones Magazine)

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact