Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Lundi, 08 Octobre 2012 15:04

La Cour des Etats Unis pour le neuvième circuit jugera l'appel de l'ICR contre Sea Shepherd

L'audition a lieu demain matin à Seattle

Le Steve Irwin tournant autour du Yushin MaruLe Steve Irwin tournant autour du Yushin Maru
Photo d'archive

La Jury de la Cour des États-Unis pour le neuvième circuit examinera demain matin à Seattle l'appel demandé par l'Institut japonais pour la Recherche des Cétacés (ICR) contre l'organisation Sea Shepherd Conservation Society. Cette demande en appel vient après la défaite de l'ICR en février de cette année, en première injonction contre Sea Shepherd, action en justice qui visait à empêcher la flotte de l'organisation de défense des baleines d'agir en Antarctique en décembre prochain.

Le procès de l'ICR est financé par le gouvernement japonais, quelques 30 millions de dollars directement pris dans la réserve des fonds collectés pour les victimes du tsunami, du tremblement de terre et de la catastrophe nucléaire de mars 2011. Cet argent n'est en aucun cas destiné à la chasse à la baleine. En utilisant la stratégie répréhensible d'attaquer une organisation caritative, le gouvernement japonais cherche à rendre les actions de Sea Shepherd économiquement impossibles. Le procès s'inscrit dans une stratégie plus grande de la part de l'ICR d'entraver les interventions de Sea Shepherd pour défendre les baleines dans le sanctuaire baleinier de l'Océan austral. Le résultat de cette opération est que le fondateur et président de Sea Shepherd, le capitaine Paul Watson, est obligé de vivre caché dans un endroit tenu secret, depuis le 22 juillet, pour éviter de répondre aux charges montées de toutes pièces que le gouvernement japonais a retenu contre lui pour le faire extrader et juger au Japon.

Les plaintes du plaignant nippon font état des activités ‘dangereuses’ et ‘violentes’ de Sea Shepherd et de blessures infligées à leurs membres d'équipage, bien qu'aucune preuve médicale n'ait pu être produite pour confirmer leurs déclarations. Pendant ce temps, les bateaux de l'ICR ont heurté et causé des dégâts aux navires de Sea Shepherd, détruisant complètement un bateau d'1,5 million de dollars, blessant un caméraman et ayant failli noyer six membres d'équipage, que l'on n'a même pas pris la peine d'interroger. Sea Shepherd est engagée dans des interventions en haute mer pour défendre la vie marine depuis 35 ans dans différentes parties du monde et depuis huit ans contre l'ICR, tout cela sans avoir jamais blessé personne.

“C'est la stratégie de Sea Shepherd que l'ICR n'ait droit à aucun répit, car leur chasse à la baleine est illégale et accomplie sous le faux prétexte de ‘recherche’ au mépris le plus total du moratoire international voté pour les baleines dans le sanctuaire de l'Océan austral” déclare Susan Hartland, la directrice administrative de Sea Shepherd.

En janvier 2008, une Cour fédérale australienne avait décrété que la chasse à la baleine était illégale et que des sanctions seraient prises à l'égard des contrevenants, mais les chasseurs continuent de tuer en violation de la décision de cette Cour. Chaque année, au mois de décembre, Sea Shepherd se rend en Antarctique pour défendre les baleines contre les chasseurs japonais dans le sanctuaire marin. Au cours des huit campagnes précédentes, Sea Shepherd a sauvé la vie de plus de 3600 baleines et rendu publiques dans le monde entier les activités illégales des nippons.

Bien que la Cour des Etats-Unis pour le neuvième circuit ait la possibilité de légiférer pendant l'audition, cela peut prendre plusieurs jours, voire plusieurs semaines, avant qu'elle prenne une décision.

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact