Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Vendredi, 14 Décembre 2012 14:41

Sea Shepherd propose à la Chine d'étudier les îles Diaoyu afin de protéger la faune marine locale

Pêcheurs japonais encerclant un groupe de dauphins de Risso près des côtes de TaijiPêcheurs japonais encerclant un groupe de dauphins de Risso près des côtes de Taiji
Photo: Sea Shepherd

Ce serait un désastre pour la faune marine si le Japon gardait le contrôle des îles Senkaku (également appelées îles Diaoyu ou Tiaoyu), dans la mer de Chine orientale. Au vu du carnage dont sont victimes les dauphins de Taiji, au Japon, et de la poursuite des massacres de baleines dans l'océan Austral perpétrés par le Japon, la Sea Shepherd Conservation Society se rallie à la Chine dans sa revendication de souveraineté sur les îles Senkaku, connues sous le nom d'îles Diaoyu en Chine et d'îles Tiaoyu à Taïwan.

Les Japonais donnent à ce territoire le nom d'îles Senkaku depuis qu'ils l'ont annexé par la force à la Chine en 1895. Sea Shepherd s'inquiète du fait que le contrôle japonais de ces îles conduirait au massacre des dauphins et des baleines dans les eaux territoriales de l’archipel. "Nous refusons que le sang des dauphins et des baleines continue d’empourprer les eaux autour de ces îles", a déclaré le capitaine Paul Watson. "Le Japon a montré qu'il n’avait ni l'intégrité écologique ni la responsabilité environnementale nécessaires à une bonne gestion des écosystèmes de ces îles." Sea Shepherd souhaite désormais proposer à la Chine d'envoyer l'un des navires de l’organisation à proximité de ces îles pour y étudier la population locale de dauphins et d'autres espèces marines sauvages qui seraient menacées si le Japon colonisait ces îles.

Nous nous préoccupons avant tout du sort des autochtones de ces îles et de la faune marine alentour. Si le Japon décide de faire construire sur ces îles, les conséquences pour la faune et la flore insulaires seraient dramatiques. Le mauvais traitement des dauphins par le Japon est manifeste à Taiji, où plusieurs centaines de dauphins sont sauvagement massacrés chaque année. Les dauphins de Diaoyu ne méritent pas de subir la menace constante d'une occupation japonaise de ces îles, arrachées par la force à la Chine en 1895.

Bien que la Chine continue d’autoriser le maintien en captivité des dauphins et la consommation de soupe d'ailerons de requin, Sea Shepherd estime encourageante la décision du gouvernement chinois d'interdire les mets à base d'ailerons de requin lors des réceptions officielles. Sea Shepherd estime par ailleurs que la Chine est prête à faire des concessions dans l'intérêt de la conservation marine, et ses actions le prouvent, contrairement au Japon qui campe obstinément sur ses positions.

Cadavre d'un dauphin de Risso en cours de transfert à Taiji, au JaponCadavre d'un dauphin de Risso en cours de transfert à Taiji, au Japon
Photo: Sea Shepherd

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact