Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Lundi, 18 Janvier 2016 07:54

Pollution volontaire :
démasqué, Marineland continue de mentir

Par Lamya Essemlali, Présidente de Sea Shepherd France

Mercredi 13 janvier, Le Point publiait un article révélant les résultats de l’analyse des échantillons d’eau collectés avec l’aide de Sea Shepherd aux abords du Marineland : présence en quantités importantes d’hydrocarbures, de chlorures et autres composés polluants, toxiques ou néfastes pour l’écosystème.

Sur France 3 Côte d’Azur, qui relate “une nouvelle polémique” John Kershaw, directeur zoologique de Marineland se dit “outré” et affirme que le Marineland n’a pas pu déverser d’eaux chargées en hydrocarbures dans le cours d’eau pour la raison simple “qu’il n’en n’a jamais eu”. Philippe Gouberville, hydrologue, tente également de dédouaner le Marineland avec des arguments qui démontrent qu’il n’a de toute évidence pas pris la peine d’étudier les analyses effectuées et le protocole suivi.

En effet, les analyses révèlent, que dans la zone qui a subi les inondations, il n'y a pas d'hydrocarbure ailleurs qu'en aval de la sortie des évacuations de Marineland. Ces évacuations avaient été spécialement mises en place afin de rejeter les eaux sales pompées du bassin des orques et arrivaient directement dans le vallon de la Maïre.

On retrouve également dans ces analyses de l'eau de mer en grande quantité, eau toxique pour tous les écosystèmes d'eau douce. Cela prouve que cette pollution émane forcément du parc aquatique et plus précisément du bassin des orques. En effet, cette eau salée ne peut venir des inondations qui ont été causées par des débordements de cours d'eau douce.

Les bassins des orques contenaient donc des hydrocarbures visqueux amalgamés aux boues apportées par les inondations, le tout mélangé à de l'eau de mer pompée au large.

Il ne fait aucun doute que le Marineland a volontairement pollué l’environnement. Dans le reportage du Point, on peut voir un barrage anti-pollution (inefficace), dissimulé sous le pont d'accès de service. Suite aux rejets, le Parc a grossièrement récuré le ruisseau, probablement dans une tentative de faire disparaitre les preuves. La manoeuvre est cependant inutile, en effet les plantes aux alentours sont des témoins à charge, elles ont absorbé toutes les substances toxiques des rejets et en conservent la trace.

Ainsi, l'eau de mer du bassin des orques, contaminée par des hydrocarbures (et autres substances toxiques), a été rejetée dans l’eau douce de la Maïre sans aucun filtrage, ni traitement, ni autorisation pendant presque un mois.

D'autres solutions de filtrage auraient pu être mises en place, mais plus couteuses que la pollution gratuite et cachée.

Le Marineland d’Antibes qui génère un chiffre d’affaires de 43 millions d’euros annuels* et dont la Fondation est une vitrine écologique censée véhiculer l’image d’un groupe soucieux de l’environnement, n’a pas hésité, pour des raisons purement financières à polluer l’écosystème en toute illégalité et à maintenir ses animaux captifs dans des conditions dangereuses pour leur santé.

En effet, les orques, dont une est enceinte, ont été maintenues dans leur bassin contaminé par simple souci d'économie.

Il s’agit là de graves accusations qui remettent en question l’éthique du groupe et son respect de la loi et nous attendons avec intérêt la suite que les pouvoirs publics donneront à cette affaire.

Pour l’instant, Marineland se contente de jouer la carte de la victimisation et se dit “outré” d’être ainsi persécuté. Mais s’il s’estime vraiment être injustement accusé, il est facile pour le groupe de faire entendre sa vérité et de lever tout doute sur sa culpabilité. Hormis l’indignation de façade et la stratégie de communication visant à faire passer les organisations anti captivité pour les « méchants persécuteurs du gentil parc », nous encourageons Marineland à utiliser les recours légaux à sa disposition et à déposer plainte en diffamation afin de faire toute la lumière sur toute cette affaire. Cela nous permettrait d’en révéler davantage. Chiche ?

* : Résultat net en 2014 de 5,5 millions

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact