Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Mercredi, 16 Janvier 2013 05:25

Sea Shepherd Australie prend le commandement de la campagne pour la défense des baleines en Antarctique

Le fondateur et Président de Sea Shepherd, le capitaine Paul Watson, démissionne de ses fonctions au sein de  Sea Shepherd USA et de Sea Shepherd Australie

A l’occasion d’une conférence de presse organisée devant le Sam Simon à Hobart le 7 janvier à 10 heures, la section

Photo : L’ex-sénateur Bob Brown avec le directeur de Sea Shepherd Australie, Jeff Hansen. Photo : Sea Shepherd

australienne de l’association internationale de protection des océans Sea Shepherd Conservation Society a annoncé qu’elle dirigerait l’opération Tolérance Zéro, neuvième campagne de l’organisation pour la défense des baleines en Antarctique. Le fondateur et président de Sea Shepherd, le capitaine Paul Watson, a démissionné de ses fonctions au sein de Sea Shepherd USA et de Sea Shepherd Australie. Le Steve Irwin, généralement commandé par le capitaine Watson, a été confié au capitaine Siddharth Chakravarty pour la durée de la campagne. Le capitaine Watson restera à bord en tant qu'observateur de la campagne. Marnie Gaede, actuellement membre du comité de direction et conseillère de longue date du capitaine Watson, assumera le rôle de présidente de Sea Shepherd USA, tandis que l’ex-sénateur australien Bob Brown a rejoint le comité de direction de Sea Shepherd Australie et va diriger l’opération Tolérance Zéro avec le directeur de Sea Shepherd Australie, Jeff Hansen. Ces changements ont été adoptés pour permettre à Sea Shepherd de poursuivre sa mission de défense des baleines menacées dans le Sanctuaire baleinier de l’océan Austral.

"C’est un honneur pour moi de pouvoir ainsi servir les grandes baleines de l’océan Austral et Sea Shepherd ", a déclaré l’ancien leader du parti écologiste et ex-sénateur Bob Brown. Il a ajouté: "Mon admiration pour Paul Watson croît proportionnellement à la colère du gouvernement japonais face au succès de Sea Shepherd, qui a réussi à empêcher le massacre de près de 4000 baleines ces dernières années.  Je demande aux Australiens de nous apporter un soutien généreux pour que cette grande mission puisse continuer. "

Pendant les huit saisons passées, la majorité des citoyens australiens a soutenu l’action de Sea Shepherd pour défendre les baleines, ce qui démontre que le travail fait par l'organisation correspond aux attentes de la plupart des Australiens pour la protection des baleines. De même que l’été dernier pour l’opération Kimberley Miinimbi, la campagne antarctique de Sea Shepherd est, en fin de compte, un projet basé en Australie, et elle concerne la protection des baleines dans le Sanctuaire baleinier de l’océan Austral. Sea Shepherd Australie s’est toujours fortement impliquée dans la préparation et la collecte des fonds pour la campagne antarctique. Le transfert à Sea Shepherd Australie de la direction de la campagne de défense des baleines en Antarctique est une évolution naturelle suite à la croissance de Sea Shepherd dans le monde et dans des régions telles que l’Australie.

Jeff Hansen déclare: "C’est l’une des campagnes les plus largement suivies de Sea Shepherd, elle reçoit le soutien de centaines de milliers de citoyens à travers le monde, mais le fait est que le Sanctuaire baleinier de l’océan Austral est voisin de l’Australie. En fait, certaines des baleines en danger dans l’océan Austral sont les mêmes que celles qui migrent depuis les côtes de l’Australie Occidentale. C’est logique que les Australiens relèvent les manches pour les défendre".

Sea Shepherd s’engage depuis 35 ans dans des interventions en haute mer pour la défense de la faune marine, et depuis huit saisons contre l’Institut japonais de recherche sur les cétacés (ICR) – une couverture pour une chasse baleinière illégale, subventionnée par le gouvernement – toujours dans les limites de la loi et sans blesser quiconque sérieusement. Chaque année, en décembre, Sea Shepherd part pour l’Antarctique pour empêcher que les baleines qui se trouvent dans un sanctuaire marin ne soient tuées par l’ICR. Au cours des huit campagnes passées dans l’océan Austral, Sea Shepherd a sauvé les vies de près de 4000 baleines et exposé à la face du monde les activités illégales des baleiniers japonais.

En février dernier, l’ICR a perdu une injonction préliminaire demandée contre Sea Shepherd USA pour tenter d’empêcher l’organisation de protéger les baleines pendant la campagne de défense des baleines en Antarctique de cette année, l’opération Tolérance Zéro. Cette décision a été annulée le mois dernier, et une injonction a été délivrée par la Cour fédérale du 9ème circuit des Etats-Unis pour l’Etat de Washington en faveur de l’ICR. La flotte baleinière s’est plainte de blessures causées à son équipage, bien qu’elle ait été incapable de produire le moindre commencement de preuve médicale de ce qu’elle avance. Entre-temps, Sea Shepherd a produit une preuve vidéo que des navires de l’ICR ont percuté et endommagé des bateaux de Sea Shepherd, dans un cas détruisant complètement un bateau de 1,5 million de dollars, blessant un cameraman et manquant de noyer six membres d’équipage, mais l’ICR n’a même pas été interrogé à ce sujet. De plus, en janvier 2008, la Cour Fédérale d’Australie a jugé que la chasse baleinière de l’ICR était illégale, et elle a délivré une injonction contre les baleiniers, mais ceux-ci continuent à tuer en violation de ce jugement. Ils chassent même dans la Zone économique exclusive de l’Australie et emportent des armes chargées à bord de leurs navires dans une zone démilitarisée, ce qui constitue une violation du Traité de l’Antarctique.

Après Jeff Hansen et Bob Brown, c’est l’ex-ministre fédéral australien de l’Environnement Ian Campbell qui s’est exprimé à la conférence de presse. Voici ce qu’il a déclaré au sujet de la campagne: "Sea Shepherd Australie a une mission cet été, et c’est Tolérance Zéro pour le sang dans l’océan Austral. Les Japonais ont armé leurs navires de harpons qui mutilent et tuent les baleines, et de fusils qui peuvent mutiler et tuer des êtres humains", dit-il. "Sea Shepherd Australie est là pour protéger les baleines, et si ses bateaux doivent s’approcher à moins de 450 mètres d’un navire tueur pour sauver une baleine, eh bien ils le feront. Si les Japonais promettent de ne pas approcher une baleine à moins de 450 mètres, Sea Shepherd Australie en fera autant".

Encouragé par le soutien mondial exprimé pour cette campagne, le capitaine Paul Watson a déclaré: "Sea Shepherd Australie est en très bonne position pour diriger cette campagne dans l’océan Austral. Nous avons une confiance totale en sa capacité à mener l’opération Tolérance Zéro à un plein succès".

Rappel du contexte :

L’Australie a intenté une procédure judiciaire contre le Japon devant la Cour Internationale de Justice  le 31 mai 2010, rejointe par la Nouvelle Zélande le 21 novembre 2012, au sujet d’un litige concernant le programme japonais JARPA II sur la "chasse baleinière scientifique".

La décision du 17 décembre de la Cour fédérale du 9ème circuit des Etats-Unis pour l’Etat de Washington annule un jugement rendu précédemment en faveur de Sea Shepherd. Elle interdit à Sea Shepherd USA toute confrontation physique avec tout navire ou toute personne au service du plaignant, l’ICR, dans l’océan Austral, et de naviguer d’une façon susceptible de compromettre la sécurité des opérations de ses navires. Elle interdit également à Sea Shepherd d’approcher le plaignant à moins de 450 mètres pendant la navigation en pleine mer. L’injonction restera valable jusqu’à ce que la cour rende son avis sur l’appel interjeté par l’ICR.

L’ICR finance ce procès grâce à des subventions de l’Etat japonais à hauteur d’environ 30 millions de dollars, prélevés sur le Fonds de secours qui a été créé pour venir en aide aux victimes du tsunami, du tremblement de terre et de la crise nucléaire, et pas pour chasser les baleines. C’est une partie d’une stratégie plus large de l’ICR japonais pour couper court aux interventions que mène Sea Shepherd pour défendre les baleines dans le Sanctuaire baleinier de l’océan Austral, reconnu internationalement. En conséquence de ce plan, le capitaine Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd, est la cible de deux "notices rouges" émises par Interpol à la demande du Costa Rica et du Japon, qui cherchent à l’extrader vers leur pays pour le juger sur la base de charges falsifiées, aux motivations politiques, liées à la défense de la vie marine contre les braconniers.

Jeff Hansen et Bob Brown ont collaboré l’été passé à la défense de la plus grande nurserie de baleines à bosse au monde contre le projet de construction d’une gigantesque usine gazière à James Price Point, au cours de la campagne à grand succès de Sea Shepherd Australie, l’opération Kimberley Miinimbi.

Lisez les déclarations du capitaine Paul Watson.

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact