Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Jeudi, 21 Mars 2013 00:00

Sea Shepherd engage des poursuites judiciaires aux Pays-Bas

Sea Shepherd Conservation Society dépose plainte pour la deuxième fois auprès du Procureur Général  des Pays-Bas pour fraude grave et crime environnemental contre le capitaine et l’équipage du Nisshin Maru, le navire-usine de la flotte baleinière Japonaise

Sea Shepherd accuse le Capitaine Tomoyuki Ogawa du Nisshin Maru et son équipage de piraterie, de violence envers l’équipage d’un navire, d’entrave à la sécurité de la navigation et de destruction des navires de Sea Shepherd. Tous ces actes sont des infractions passibles de sanctions en vertu du Code pénal néerlandais.

Dans cette affaire, le Parquet des Pays-Bas a toute autorité  puisque les  deux navires de Sea Shepherd  concernés, le Steve Irwin et le Bob Barker, battent pavillon néerlandais et que les incidents au cours desquels ils ont été endommagés ont eu lieu en haute mer.

Le Nisshin Maru, le Bob Barker, le Steve Irwin et le Sun LaurelBataille navale dans l'Océan Austral

Sea Shepherd se bat maintenant depuis 9 ans contre la chasse baleinière illégale des Japonais, et fait usage de ses navires, dans le cadre de cette campagne, pour garder en mouvement les bateaux de la flotte Japonaise durant toute la saison dans l’Océan Austral, afin qu’ils ne puissent hisser aucune baleine à bord du navire-usine.

Les 20 et 25 février, les navires de Sea Shepherd ont réussi à bloquer plusieurs tentatives de ravitaillement en carburant du navire-usine de la flotte baleinière japonaise, le Nisshin Maru parce qu’il est illégal de transporter du fioul lourd au sud du soixantième parallèle sud. Sea Shepherd a même invité les baleiniers à se rendre au nord de cette ligne imaginaire afin de procéder légalement à ce ravitaillement.

Après avoir reçu de l’Australie une interdiction de venir se ravitailler dans ses ports, les Japonais s’étaient vus forcés d’engager un navire spécialement prévu pour le ravitaillement en carburant.

Sea Shepherd déclare que c’est alors que le Capitaine du Nisshin Maru a pris la décision d’attaquer et d’entrer en collision avec les navires de Sea Shepherd à plusieurs reprises, utilisant en même temps des canons à eau dans le but d’inonder les salles des machines et de noyer les moteurs, et en jetant également des explosifs.

Ces actions ont causé des dommages importants au Steve Irwin et au Bob Barker. Ce dernier a même dû émettre un signal de détresse, qui fût levé plus tard quand l’équipage a finalement réussi à nettoyer la salle des machines et faire redémarrer le moteur principal.

Geert Vons, Directeur de Sea Shepherd Pays-Bas, a déclaré: "Bien que nous nous mettions aussi en travers du chemin des navires Japonais, nous respectons toutes les règles, et n’avons jamais mis aucune vie en danger comme ont pu le faire les Japonais lors de ce type d’opération."

L’océan Austral est l’un des endroits les plus dangereux au monde, et le port le plus proche est à des milliers de milles marins.

Sea Shepherd soutient également que les actions du Capitaine Ogawa du Nisshin Maru ne sont pas seulement contraire à toutes les règles du bon usage maritime, mais aussi en violation du droit pénal néerlandais.

Liesbeth Zegvel, Avocate de Sea Shepherd a déclaré: "Lorsque nous avons déposé une plainte similaire en 2010, le parquet n’avait pas jugé utile d’engager des poursuites. Mais cette fois-ci, les victimes étaient à bord de navires  néerlandais.

Le parquet doit maintenant prendre ses responsabilités et ne peut pas arguer que l'intérêt néerlandais dans cette affaire est insuffisant pour des poursuites".

Les capitaines Paul Watson, Siddarth Chakravarty et Peter HammarsdetLes capitaines Paul Watson, Siddharth Chakravarty
et Peter Hammarstedt

Le Capitaine Paul Watson,  fondateur de Sea Shepherd Conservation Society, a pris part à la campagne de cette saison pour la défense des baleines en tant qu’observateur depuis le Steve Irwin. Il a démissionné de sa fonction de président de l’organisation afin de se conformer à  une injonction de décembre 2012 de la Cour d’appel américaine du neuvième circuit, obtenue par l’Institut japonais de recherche sur les cétacés, un organe gouvernemental qui cogère la pêche à la baleine.

L’ICR prétend que les collisions ont eu lieu lorsque les navires de Sea Shepherd ont "saboté les tentatives de ravitaillement du Nisshin Maru les 20 et 25 février.

L’ICR rapporte que les équipages du Nisshin Maru et du navire ravitailleur n’ont pas été blessés.

Mercredi, alors que la saison de la chasse est terminée et que les baleiniers sont sur le chemin de  retour vers le Japon, Sea Shepherd Australie accueillait les trois navires et les 110 membres d’équipage à Melbourne.

Mais Paul Watson n’était pas parmi eux. Il est toujours en mer, dans un lieu tenu secret.

L'équipage du Bob BarkerL'équipage du Bob Barker

Le Procureur général, Mark Dreyfus, a confirmé mercredi, qu’aucun mandat d’arrêt n’a été émis  par le gouvernement australien contre Paul Watson.

Mais Mark Dreyfus refuse de révéler si une demande d’extradition de Paul Watson a été faite par le Japon ou un autre pays. Susan Hartman, directrice administrative de Sea Shepherd présente au siège américain à Friday Harbor, Washington, a déclaré à ENS  que Watson restait donc en mer.

Début mars 2013, l’Allemagne a levé le mandat d’arrêt émis en mai 2012 à l’encontre de Paul Watson à la demande du Costa Rica. Il est toujours recherché au Costa Rica pour un incident remontant à 2002 avec un navire braconnier pratiquant le shark finning (découpe d’ailerons de requins), bien que cette pratique ait été interdite par le Costa Rica.

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact