Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Vendredi, 12 Avril 2013 00:00

Woodside abandonne son projet de construction d’une usine gazière à James Price Point

La pouponnière de baleines à bosses la plus importante du monde est sauvée

La côte prétendument monotone du Kimberley – Photo Sea Shepherd Australie/Eliza MuirheadLa côte prétendument monotone du Kimberley – Photo: Sea Shepherd Australie/Eliza Muirhead

En plus de la plus grande victoire remportée à ce jour par Sea Shepherd avec sa campagne de défense des baleines, nous recevons de très bonnes nouvelles pour les baleines à bosse de la côte occidentale, qui sont en route depuis l’Antarctique pour rentrer chez elles près de la côte du Kimberley.

C’est officiel: elles ne verront pas la plus grande usine gazière du monde plantée en plein cœur de leur pouponnière, la pouponnière de baleines à bosse la plus importante du monde, le lieu où elles sont chez elles.

C’est une grande joie et un grand soulagement, car les baleines à bosse sont en train de rentrer de leurs aires de nourrissage d’été, pour mettre bas près de la côte du Kimberley.

La pouponnière des baleines, leur abri, sont sauvés maintenant, grâce à la décision du géant énergétique Woodside Petroleum d’abandonner son projet d’investir 45 milliards de dollars dans le joint-venture Browse à James Price Point près de Broome.

Le consortium conduit par Woodside a annoncé cette décision à la Bourse Australienne ce matin.

Le joint-venture de Woodside, qui devait annoncer sa décision avant le mois de juin, a informé le gouvernement de l’état et le gouvernement fédéral que les partenaires de Browse avaient voté contre le terminal gazier de James Price Point, qui avait rencontré une opposition acharnée des écologistes et de nombreux habitants de la région.

Les entreprises qui étaient en train d’effectuer les travaux préliminaires sur le site ont été priées de cesser leur activité, et ont été informées que les nouveaux travaux ne seront pas payés.

Le projet peut être réalisé ailleurs grâce à la technologie Shell du GNL flottant, ou avec un gazoduc allant jusqu’au Pilbara, mais on ne peut pas déplacer les baleines et leur pouponnière.

Ceci est un cas d’école "gagnant-gagnant" pour toutes les parties concernées.
Le peuple Goolarabooloo, la population de Brome et le Kimberley sortent gagnants.
La plus grande pouponnière au monde de baleines à bosses sort gagnante.
La plus grande étendue au monde de côte aux dinosaures, digne de figurer sur la liste du Patrimoine Mondial, sort gagnante.
Les bilbys, en danger d’extinction, qui auraient perdu leur habitat, sortent gagnants.
La tortue de mer locale et les populations de dugongs qui auraient vu disparaître des prairies sous-marines à cause du dragage intensif, et qui auraient ainsi perdu une source précieuse d’alimentation, sortent gagnantes.
Les partenaires et actionnaires du joint-venture sortent gagnants, avec un bénéfice supplémentaire de 2 à 15 milliards de dollars pour déplacer le projet.

C’est une victoire immense pour quiconque aurait tant perdu si ce projet avait été réalisé dans l’un des plus vastes espaces sauvages qui subsistent sur la planète. Sea Shepherd voudrait remercier tous ceux qui nous ont soutenus, et qui ont permis cette victoire pour les baleines. Merci à Geoffrey Cousins pour la crédibilité qu’il a apportée à la campagne en représentant la communauté des affaires.

Sea Shepherd voudrait aussi tirer son chapeau à tous les autres groupes qui ont travaillé pour cette campagne pendant de nombreuses années, comme Environs Kimberley, Save The Kimberley et la Wilderness Society.

Sea Shepherd voudrait également manifester sa gratitude aux musiciens Xavier Rudd, John Butler et Missy Higgins, pour avoir apporté un soutien constant à l’opposition au projet.

Nous voudrions remercier Melissa Parke, du Parti Fédéral Travailliste de Fremantle, ainsi que les sénateurs Verts Christine Milne et Rachel Siewert, pour s’être battues pour le Kimberley.

Sea Shepherd sait que cette campagne n’aurait pas été possible sans l’un des plus grands écologistes de notre temps. Nous devons un grand merci du fond du cœur à notre courageux directeur de campagne Bob Brown et à son partenaire Paul.

"Personnellement, ce fut un grand honneur pour moi de servir cette campagne avec Bob Brown, et d’être invité au pays Walmadan par le peuple Goolarabooloo pour voir si nous pouvions les aider à se battre pour protéger leur terre et leur côte. Dès le premier jour, j’ai vu des mères allaitant leur petit à moins d’un kilomètre de l’emplacement prévu pour le site. A un endroit où la mer est d’une couleur turquoise sidérante, où les rochers sont d’un rouge vibrant, où subsiste une culture riche et ancienne qui remonte à des dizaines de milliers d’années, et où on trouve des empreintes de dinosaures vieilles de plus de 230 millions d’années. Je n’arrivais pas à comprendre ce que Woodsite et le gouvernement de l’état voyaient à la place", déclare le directeur australien, Jeff Hansen.

"Mon sentiment, c’est que je défie quiconque de venir au Kimberley sans être immensément ému par sa beauté brute, sans éprouver le désir de se tenir aux côtés des Goolarabooloos pour défendre l’un des derniers espaces sauvages de la planète. Maintenant, je vous encourage tous à venir voir le Kimberley par vous-mêmes, pour rencontrer les gens merveilleux de Broome, les Goolarabooloos et l’un des dons les plus précieux de la terre, le Kimberley. J’ai hâte d’y retourner", dit Jeff Hansen.

Jeff Hansen poursuit: "Lorsque nous avons annoncé l’opération Kimberley Miinimbi, beaucoup ont cru qu’il n’y avait aucun espoir de stopper ce projet. Nous étions comme David contre Goliath, et nous ne pouvions pas gagner. Cette victoire montre que peu importe le pourcentage de chances de gagner, peu importent les risques, peu importent la qualité de l’équipement, les moyens financiers et le soutien public de vos opposants, vous ne devez jamais renoncer, jamais vous rendre, vous devez vous battre pour ce qui est juste, parce que la seule chose qui vaut la peine de se battre sur notre planète magnifique, c’est la vie."

Le directeur de campagne Bob Brown ajoute: "Maintenant, il est essentiel que le paiement de 1,3 milliard de dollars dû aux propriétaires traditionnels pour l’exploitation du bassin gazier soit garanti même si le projet est finalement réalisé à 400 km au large de la côte. C’est une nouvelle formidable, Sea Shepherd et moi-même demandons l’inscription au Patrimoine Mondial avec les propriétaires traditionnels de la région du Kimberley".

Nous laisserons le mot de la fin au fondateur de Sea Shepherd, le capitaine Watson, qui a répondu ainsi à l’invitation des chefs traditionnels Goolarabooloo:

"Merci de votre invitation, que nous acceptons dans l’esprit de l’amitié éternelle et de la promesse de nous tenir aux côtés des Goolarabooloo pour défendre la beauté et le caractère sacré de cet environnement magnifique. Pour nos océans, pour la vie", leur a écrit le capitaine Paul Watson.

Le Steve Irwin près de la côte du Kimberley et de la pouponnière de baleines. Photo : Sea Shepherd Australie/Eliza MuirheadLe Steve Irwin près de la côte du Kimberley et de la pouponnière de baleines -  Photo: Sea Shepherd Australie/Eliza Muirhead

Le directeur de Sea Shepherd Australie Jeff Hansen et le directeur de campagne Bob Brown rencontrent Lorna Cox, une femme Nyul Nyul/Jabirr Jabirr. Photo : Sea Shepherd Australie/Bronte TurnerLe directeur de Sea Shepherd Australie Jeff Hansen et le directeur de campagne Bob Brown rencontrent Lorna Cox, une femme Nyul Nyul/Jabirr Jabirr - Photo: Sea Shepherd Australie/Bronte Turner

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact