Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Jeudi, 09 Mai 2013 00:00

Rapport de la campagne "Dam Guardian" – 9 mai 2013

Par Ashley Lenton, responsable de la campagne "Dam Guardian" et Sandy McElhaney, bénévole.

9 otaries ont été prises au piège derrière cette bâche le 30 avril 20139 otaries ont été prises au piège derrière cette bâche le 30 avril 2013 - Photo: Sea ShepherdC’est presque devenu une habitude, chaque mardi de notre campagne des Gardiens du Barrage est désormais rebaptisé "Terrible Mardi". Ces trois derniers mardis, 20 otaries ont été piégées au barrage, onze d’entre elles ont été marquées, deux ont été capturées et une a été tuée pour le simple crime d’avoir mangé du saumon.

La mise en place des pièges et le marquage commencent une fois la nuit tombée. Tout se déroule comme si le scénario avait été écrit par les tueurs de dauphins de Taïji, les pièges sont dissimulés derrière de grandes bâches, et de petits bateaux sont placés çà et là un peu plus loin de manière à nous obstruer la vue. Des volutes de fumée s’élèvent au-dessus des bâches, témoignant de l’opération de marquage en cours, juste derrière. La cage qui est utilisée pour maintenir les otaries en place lorsqu’elles sont marquées au fer rouge est, elle aussi, cachée derrière une bâche. Quand le soleil s’est levé, ce matin du 30 avril, nous avons également remarqué un petit changement au niveau de la bâche située juste devant la cage: quelqu’un avait grossièrement peint dessus un smiley nous souriant, comme un affront dirigé directement vers nous, qui sommes là pour surveiller ce massacre insensé d’otaries au barrage de Bonneville.

Nous ne pouvons qu’émettre des suppositions sur l’identité des auteurs de ce dessin. Il y a plusieurs agences complices de ce marquage, de ce harcèlement et du massacre des otaries de Californie, qu’on accuse d’être des prédateurs du saumon. Ce jour-là, nos gardiens ont croisé sur place de nombreux employés du Ministère de l’Agriculture des Etats-Unis, et aussi de la Commission de Pêche Intertribale de la Rivière Columbia (CRITFC), des ingénieurs de l’Armée Américaine qui surveillent et recensent les otaries, des employés de l’ODFW, et également les membres de la Commission des Pêcheries des Etats du Pacifique qui manient les fers lors du marquage. Est-ce l’un de ces individus, dont le salaire est payé par le contribuable américain, qui a brandi sa bombe de peinture? Pensent-ils vraiment que la mutilation et le massacre d’animaux sauvages est un sujet qui prête à sourire? John Kitzhaber, Gouverneur de l’Etat de l’Orégon, sourit-il lui aussi?

Le 30 avril, les Gardiens du Barrage sont restés sur place pendant plus de 8 heures, observant 6 otaries en train de se faire marquer derrière la bâche au smiley. En plus de ces 6 otaries, 3 autres ayant été "identifiées" comme prédateurs par l’Etat de l’Oregon ont été "prélevées". L’otarie C018, baptisée "Will" par Kazz Larkin, supporter Britannique de Sea Shepherd, a été euthanasiée par injection létale, pour avoir mangé du saumon. L’otarie C08 baptisée "Rogito" par Carolina Henriquez (Chili) et l’otarie C023 surnommée "Simon" par Paige Nelson de Lexington (Kentucky), passeront le reste de leur vie en captivité au Queens Zoo de New York.

Mais l’image probablement la plus triste de ces évènements du 30 avril, c’est peut-être celle de cette otarie de Californie restée seule à quelques mètres de là, qui tournait en rond dans l’eau pendant des heures, ne pouvant atteindre ses congénères piégées qui hurlaient de peur et de douleur. 

Une otarie restée seule, essayant de réconforter ses congénères, piégées le 30 avril 2013 Une otarie restée seule, essayant de réconforter ses congénères,
piégées le 30 avril 2013 - Photo: Sea Shepherd

Quatre otaries qui figuraient sur la liste de l’ODFW ont maintenant été “prélevées” depuis le début du massacre de cette année. L’ODFW est légalement autorisé à tuer jusqu’à 92 otaries cette année, et chaque année jusqu’en juin 2016. Pourquoi dédier autant de temps et d’argent à la destruction d’une espèce qui consomme moins de 1% de tout le saumon du fleuve Columbia? En octobre 2012, des ingénieurs de l’Armée Américaine ont indiqué que les otaries avaient consommé 0,6% du saumon remontant le fleuve entre janvier et mai de cette même année.

C’est irresponsable, et c’est une erreur impardonnable que d’utiliser des fonds publics pour tuer des otaries pendant que les pêches sportives, tribales et commerciales prélèvent elles jusqu’à 17% du saumon sauvage du fleuve Columbia. Ce harcèlement continu organisé par la CRITFC au barrage est financé à hauteur de 2 millions de dollars sur 10 ans; la somme allouée pour l’année 2013 est de 193 832 dollars. Imaginez quelle différence cela ferait si ces fonds avaient été consacrés au nettoyage des polluants du fleuve Columbia, plutôt qu’à servir à lancer des pétards et des grenades sur des animaux sauvages dont les ancêtres étaient déjà là du temps de l’expédition de Lewis et Clark et même bien avant. Nous sommes témoins de l’impact de ce harcèlement quotidien sur les otaries. Mais quel sera l’impact environnemental à long terme de l’utilisation de ces explosifs sur le fleuve et le saumon? Les personnes chargées de protéger le saumon ne devraient-elles pas plutôt éviter de lancer ce genre d’engins explosifs dans l’eau dans laquelle ce même saumon nage? Nos Gardiens du barrage ont pu observer des saumons et d’autres poissons complètement paralysés parce qu’ils se trouvaient à proximité de l’endroit où ont été jetés les explosifs. Ils sont assommés, temporairement paralysés et flottent à la surface de l’eau, avant de reprendre leurs esprits et de pouvoir nager à nouveau et s’échapper. Quels sont les effets à long terme sur le saumon et leurs œufs? Est-ce vraiment une façon intelligente de faire face au problème de montaison du saumon en déclin? L’humanité aurait-elle perdu tout sens commun?

La mission d’un Gardien du barrage est de surveiller et répertorier tous les actes de harcèlement quotidien envers les otaries et les oiseaux le long du fleuve Columbia. Nos outils sont nos caméras et nos mots, que nous manions avec passion. Sea Shepherd est une organisation respectueuse de la loi. Tout comme les actions menées par les Gardiens de la Baie à Taiji au Japon sont légales, les actions des Gardiens du Barrage sur le sol Américain le sont aussi. Regarder des otaries se faire marquer, harceler et capturer pour être tuées, jour après jour, et mois après mois, n’est pas une tâche facile.

Si nous devions intervenir au Barrage de Bonneville, nous nous retrouverions inculpés par le Ministère de la Sécurité Intérieure. Si nous étions directement intervenus pour "Hope" (#781), l’otarie blessée et les autres otaries dans le Port d’Astoria, nous aurions été inculpés pour violation de la Loi sur la Protection des Mammifères Marins. Pire encore, nous n’aurions plus été autorisés à filmer et documenter ce massacre. Tout comme nous savons que tuer des otaries ne sauvera pas le saumon, nous savons aussi que faire notre propre loi ne sauvera pas les otaries.

Un grand merci aux incroyables Gardiens du Barrage qui arrivent du monde entier, voyageant par leurs propres moyens pour venir soutenir la campagne. Les équipes récentes et actuelles au barrage sont : Ben, Matt, Kathleen, Courtney, Jen, Selena, Dienayba, Aaron, Jeff, Sharon, Biaggo, Dayna, Molly, Dan et Graziella. Dans le port d’Astoria, Sea Shepherd est représentée par Frances, Carol, Franziska et Peter.

Nous apprécions le soutien de tous ceux qui suivent la campagne des Gardiens du Barrage. Si vous souhaitez prendre part à l’action et nous rejoindre sur le terrain, veuillez écrire à  damguardian@seashepherd.org

Si vous ne pouvez pas vous rendre sur place en personne, vous pouvez toujours agir depuis chez vous, en appelant le Gouverneur de l’Oregon John Kitzhaber au (503) 378 4582 et lui demander de concentrer plutôt ses efforts sur les véritables causes du déclin du saumon dans le fleuve Columbia: la surpêche, la pollution, l’introduction d’espèces de poissons non-indigènes, les poissons d’élevage et les turbines du Barrage de Bonnevile.

Pour les otaries, pour le fleuve et pour le saumon !

Les Gardiens du Barrage: Biaggo, Izumi, Ashley, Dayna, Sharon et GraziellaLes Gardiens du Barrage: Biaggo, Izumi, Ashley, Dayna, Sharon et Graziella
Photo: Sea Shepherd

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact