Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Jeudi, 15 Août 2013 02:04

Le tribunal régional fédéral du Brésil se prononce en faveur des baleines franches australes

La suspension des excursions d’observation des baleines reste en vigueur pour l’instant

On peut observer les baleines du rivage de façon à ne pas nuire aux baleines inutilementOn peut observer les baleines du rivage de façon à ne pas nuire aux baleines inutilement
Photo: Adventure Turismo

Le 2 juillet 2013, le tribunal régional fédéral du Brésil de la quatrième région s’est prononcé en faveur du maintien de la suspension des excursions d’observation des baleines dans la Réserve des baleines franches australes (APA). La décision a été prise compte tenu du fait que la préservation des espèces de baleines menacées était l’objectif principal du statut de protection de la zone.

En mai 2012, une injonction suspendant les activités d’observation des baleines (whale watching) a été émise par les institutions judiciaires locales de la ville de Laguna après que Sea Shepherd Brésil ait déposé un recours civil contre Chico Mendes Institute for Biodiversity Conservation (ICMBio) l’organisme gouvernemental chargé de superviser les activités d'observation des baleines. Au cours de ce procès, Sea Shepherd Brésil a fait valoir avec succès que malgré le fait que l’APA ait été créée il y a 13 ans, il n’existe aucune étude sur l’impact environnemental des excursions d’observation des baleines, et par conséquent, l’ICMBio devait cesser ses activités jusqu’à ce qu’une étude appropriée soit effectuée.

Le juge fédéral, Fernando Quadros da Silva, a admis que bien que les excursions d’observation des baleines représentent une source de revenus pour les habitants et encouragent la sensibilisation à l’environnement, des preuves photographiques recueillies par Sea Shepherd Brésil indiquent que l’interaction humaine est susceptible de compromettre la reproduction des cétacés. Par conséquent, la priorité est de préserver la population des baleines franches australes en veillant en particulier au respect des règlementations environnementales.

L’Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables (IBAMA) répertorie les baleines franches australes dans son Livre rouge des espèces menacées. Plusieurs pays dont les eaux sont fréquentées par ces baleines ont été incités à interdire aux bateaux de s’approcher de trop près pour observer les animaux. Ces interdictions sont essentielles, car les baleines franches australes ont tendance à rechercher des criques abritées pour leurs pouponnières et préfèrent le plus souvent un habitat dans un rayon de 20 mètres du rivage. Malheureusement, cela les rend beaucoup plus vulnérables aux effets négatifs potentiels des interactions humaines.

Renata Fortes, l’avocate de Sea Shepherd Brésil, était confiante dans le fait que le tribunal se prononcerait en faveur des baleines lorsque l’ICMBio a été forcé d’admettre qu’aucune étude n’existe sur les activités potentiellement nuisibles qui se déroulent dans l’APA, bien que des règles claires pour protéger les baleines existent dans ce domaine. Elle a argumenté que les baleines devaient être considérées non seulement comme une ressource financière, mais d'abord et avant tout comme des êtres vivants. En outre, que les études ne devraient pas être réalisées uniquement sous la pression de Sea Shepherd Brésil, mais parce que la loi l’exige. Ces études contribueraient également à déterminer qui serait le mieux placé pour veiller à ce que la règlementation de protection des baleines franches australes soit appliquée.

Luiz Andre Albuquerque, le coordinateur juridique de Sea Shepherd Brésil, a également été heureux de constater que la magistrature se souciait des questions de conservation et estime que la décision de la cour a réaffirmé le désir croissant du pays de prendre soin de l’environnement. M. Albuquerque a poursuivi en soulignant que les pertes économiques ne devraient jamais l’emporter sur la préservation des espèces en voie de disparition. C’est particulièrement le cas lorsque l’option des excursions d’observation terrestres des baleines franches australes existe dans la région et que la surveillance par reconnaissance visuelle peut être effectuée par des moyens aériens et terrestres.

Une baleine sautant hors de l’eau dans la Réserve des baleines franches australesUne baleine sautant hors de l’eau dans la Réserve des baleines franches australes
Photo: Enrique Litman

 

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact