Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Lundi, 14 Octobre 2013 15:59

L’Aquarium de Géorgie s’apprête à faire appel de l’interdiction d’importer les 18 belugas sauvages

Pour l’instant les belugas demeurent enfermés à la station de recherche sur les mammifères marins d’Utrish dans l’incertitude du lieu de leur prochain transfertPour l’instant les belugas demeurent enfermés à la station de recherche sur les mammifères marins d’Utrish dans l’incertitude du lieu de leur prochain transfert - Photo: Sea ShepherdL’Aquarium de Géorgie a déposé aujourd’hui une plainte devant un tribunal de district de l’Etat de Géorgie demandant à la cour l’annulation de la décision qui lui a été opposée d’importer 18 belugas aux Etats-Unis pour y être exposés au public. Le mois dernier, l’Administration Nationale Océanique et Atmosphérique (ANOA) avait rejeté leur demande de permis d’importation de ces baleines capturées dans la Mer d’Okhotsk (Russie) entre 2006 et 2011.

Même si les bélugas demeurent dans des enclos à la station de recherche et que leur sort est incertain quant à leur prochaine destination, ce refus de permis d’importation est une petite victoire pour les baleines et leur conservation: l’accord d’un permis eût été une première car depuis plus de 20 ans il n’y a plus eu d’importation aux Etats-Unis de mammifères marins à l’état sauvage, passant directement de l’océan à la captivité.

Pendant la période de consultation publique de l’ANOA pour la demande de permis, plus de 9.000 commentaires ont été envoyés, dont beaucoup étaient contre l’importation. Par ailleurs, une pétition demandant à l’ANOA de rejeter la demande de permis a recueilli près de 76.000 signatures. L’opinion publique est en train d’évoluer rapidement sur la question des mammifères marins sauvages arrachés à l’océan et à leur famille, condamnés à vivre en captivité dans de minuscules bassins, réduisant ainsi leur espérance de vie. Des gens du monde entier se sont prononcés et ont incité l’ANOA à rejeter la demande de l’Aquarium de Géorgie.

Si le permis avait été accordé, les baleines auraient été transportées sur des milliers de kilomètres aux Etats-Unis pour être réparties entre les aquariums et les parcs marins: l’Aquarium de Géorgie, les parcs SeaWorld en Floride, au Texas et en Californie ainsi qu’à l’Aquarium Shedd de Chicago. D’autres auraient fait des va-et-vient entre l’Aquarium de Géorgie et l’Aquarium de Mystic au Connecticut pour participer au programme d’élevage de Mystic.

Selon l’ANOA, le refus d’accorder le permis se base largement sur l’impossibilité de déterminer si l’activité proposée est ou pas susceptible d’avoir un impact négatif significatif sur l’espèce ou sa population et la probabilité que la demande ait comme conséquence la capture de mammifères marins au-delà de ceux autorisés par le permis, puisque les actuelles captures légales de mammifères marins vont vraisemblablement continuer en Russie. L’ANOA pense que ce permis contribuerait alors à de futures demandes supplémentaires de capture de bélugas parmi ces populations pour des expositions au public aux États-Unis et dans le monde.

Il a été déterminé que cinq des bélugas proposés à l’importation, qui avaient approximativement 18 mois au moment de la capture, étaient potentiellement encore allaités et pas encore indépendants.

Si l’ANOA a établi que la capture et l’exportation de ces baleines pouvait avoir un impact négatif sur la population de l’espèce, et que l’importation des baleines aux Etats-Unis pouvait conduire à une plus forte demande de mammifères marins capturés à l’état sauvage par les aquariums du monde entier, pourquoi l’Aquarium de Géorgie prétend-t-il que leur importation serait bénéfique à leur préservation?

Ces baleines ont été enlevées à une population sauvage considérée comme stable et ce, dans l’espoir de les garder en captivité alors même que depuis de nombreuses années les efforts pour élever les belugas dans de telles conditions ont largement échoué. L’espérance de vie des belugas à l’état sauvage est de 50-60 ans, alors qu’elle est réduite en moyenne de moitié en captivité. Les naissances de bélugas en captivité sont le plus souvent infructueuses, et le dernier béluga né à l’Aquarium de Géorgie est mort en mai dernier, à peine quelques jours après sa naissance.

Comme nous le savons tous trop bien de Taiji, le commerce de mammifères marins de la captivité est alimenté, non pas par des préoccupations en matière de conservation, mais par le désir de profit. Certains écologistes ont affirmé que les deux bélugas qui sont actuellement détenus à Taiji appartiennent au même groupe de baleines que les 18 bélugas demandés par l’Aquarium de Géorgie. Le massacre des baleines et des dauphins est inextricablement lié au commerce de captivité.

Sea Shepherd USA va continuer à surveiller de près ce problème important et vous conseillera, chers sympathisants, sur les prochaines démarches que vous pourrez entreprendre pour relayer un appel à l’action.

A lire également: Victoire, l’ANOA refuse d’accorder un permis pour importer 18 bélugas

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact