Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Lundi, 23 Décembre 2013 16:20

Le Premier Ministre  australien trahit sa promesse de campagne sur les baleines

Une manœuvre agressive du Shonan Maru II devant le Steve Irwin pendant l’opération Zéro Tolérance – Photo: Sea Shepherd Australie/Tim WattersUne manœuvre agressive du Shonan Maru II devant le Steve Irwin pendant l’opération Zéro Tolérance – Photo: Sea Shepherd Australie/Tim WattersLe gouvernement Abbott a abandonné sa promesse électorale d’envoyer cet été un navire des Douanes dans l’Océan Austral pour surveiller la chasse baleinière illégale du Japon.

En mai dernier, Greg Hunt, aujourd’hui ministre de l’Environnement, avait pris l’engagement au nom du futur gouvernement Abbott d’envoyer au moins un navire des Douanes dans le sud cet été si les bateaux des braconniers japonais y revenaient et enfreignaient l’injonction délivrée en 2008 par la Cour Fédérale australienne contre la chasse à la baleine.

Au cours de ces dernières semaines, le ministre Hunt a confirmé que la promesse serait tenue. Mais aujourd’hui il est revenu sur sa parole. Au lieu d’envoyer dans l’Antarctique le navire des Douanes Ocean Protector, qui a été construit exprès pour l’Océan Austral, M. Hunt a annoncé que le gouvernement Abbott enverrait des vols de surveillance en janvier et/ou en février. Ce qui veut dire que, à la place d’un navire du gouvernement, c’est un avion australien qui survolera la zone pendant quelques heures, sans possibilité d’intervention. Sea Shepherd sera là lorsque la flotte baleinière arrivera pour les mois d’été, et c’est le seul organisme qui sera en mesure d’intervenir contre leurs opérations illégales.

"C’est clairement renier une promesse faite au peuple australien", a dit cet après-midi à Perth Jeff Hansen, Directeur de Sea Shepherd Australie. "Même si le ministre avait l’intention de tenir parole, il n’a pas été écouté. Ce sont les baleines d’Australie qui vont en souffrir. Nous avions un soutien massif du public pour l’Opération Relentless, dans le cadre de laquelle nos trois bateaux viennent de partir d’Australie et font route vers le sud pour empêcher le massacre sanguinaire et illégal de nos baleines. Une fois de plus, le gouvernement australien se défausse de sa responsabilité de faire respecter la loi sur Sea Shepherd. Nous voudrions dire au gouvernement Abbott qu’envoyer des avions, c’est gaspiller l’argent des contribuables. Economisez votre argent. Nous allons, une fois de plus, faire le travail dont vous ne voulez pas vous charger. En réalité, s’il n’y a aucun bateau en route vers le sud, c’est parce que le gouvernement australien ne veut pas se mettre en situation de constater une infraction à l’arrêté de la Cour fédérale australienne et de devoir arrêter un navire battant pavillon japonais."

Le président de Sea Shepherd Australie, le Dr. Bob Brown, qualifie le manque du gouvernement à sa promesse électorale de "moche et irresponsable". "Le Premier Ministre Abbott et Greg Hunt ont harponné l’espoir de Noël qu’ils tiendraient leur promesse. Ils ferment les yeux sur le massacre japonais parce qu’ils savent que, autrement, ils seraient forcés d’intervenir et de faire respecter l’injonction de la Cour fédérale contre le massacre."

Il y a quelques années, en août 2003, le navire des douanes australiennes chargé de surveiller la pêche, le Southern Supporter, a poursuivi le Viarsa 1, battant pavillon uruguayen, jusqu’en Afrique du Sud, où l’équipage a été mis dans un avion à destination de l’Australie et inculpé pour pêche illégale de légine australe, espèce en danger d’extinction.

une baleine de Minke, espèce protégée, tuée illégalement dans le Sanctuaire Baleinier de l’Océan Austral, dans les eaux territoriales australiennes. Photo: Sea Shepherd Australie/Marianna Baldoune baleine de Minke, espèce protégée, tuée illégalement dans le Sanctuaire Baleinier de l’Océan Austral, dans les eaux territoriales australiennes. Photo: Sea Shepherd Australie/Marianna BaldoLe ministre australien de la Pêche de l’époque, Ian MacDonald, avait déclaré: "C’est une opération très coûteuse, mais c’est très important pour l’Australie pour plusieurs raisons… Notre souveraineté est en jeu, la légine australe est une espèce très rare et précieuse, et nous pensons que la pêche illégale dans l’Océan Austral fait partie d’une organisation criminelle".

Sea Shepherd pose la question: pourquoi d’un côté approuver la défense de la souveraineté de l’Australie quand il s’agit d’un bateau à pavillon uruguayen tuant des légines australes en danger d’extinction, et d’un autre côté excuser des bateaux à pavillon japonais qui s’attaquent à des baleines protégées et en danger d’extinction dans les eaux antarctiques australiennes?

Pour Sea Shepherd, la réponse est simple. Le gouvernement australien ne veut pas indisposer le Japon. C’est le Japon qui fait la loi dans les eaux australiennes.

"L’absence d’un bateau des Douanes australiennes dans le Sanctuaire Baleinier de l’Océan Austral crée une zone de non-droit qui permettra aux braconniers japonais de continuer à enfreindre en toute impunité l’arrêté de 2008 de la Cour Fédérale australienne. Il ne reste à mon équipage et à moi pas d’autre option que d’utiliser notre propre navire pour pallier ce vide légal," déclare Peter Hammarstedt, capitaine du Bob Barker.

Siddarth Chakravarty, le capitaine du Steve Irwin, ajoute: "Pour l’Australie, surveiller la saison baleinière depuis un avion ou depuis les bureaux du gouvernement à Canberra, c’est exactement pareil. Le Japon a montré par le passé et à maintes reprises son mépris pour tous les avertissements verbaux du gouvernement australien, et envoyer un avion dans l’Océan Austral ne fera pas cesser la chasse à la baleine. La déclaration du cabinet du ministre de l’Environnement signifie que le Japon peut reprendre la chasse dans l’Océan Austral et enfreindre l’arrêté de la Haute Cour australienne, alors que les bateaux de Sea Shepherd seront observés par les avions quand ils interviendront physiquement pour arrêter les baleiniers. Il n’y a qu’un moyen d’arrêter la flotte baleinière, et ce n’est pas en les regardant faire."

Voir le communiqué de presse de Greg Hunt (en Anglais): http://www.seashepherd.org.au/images/stories/news/2013/news-131222-1-Hunt-Media%20Release.pdf

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact