Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Dimanche, 12 Janvier 2014 14:52

Les dauphins ne sont pas le problème

À Taji, des familles ou des groupes entiers de cétacés sont conduits par des bateaux vers les hauts-fonds de la tristement célèbre Baie de la mort. Photo: Sea ShepherdÀ Taji, des familles ou des groupes entiers de cétacés sont conduits par des bateaux vers les hauts-fonds de la tristement célèbre Baie de la mort. Photo: Sea ShepherdLe mardi 10 décembre, un pêcheur de crevettes de l’Alabama a plaidé coupable d’avoir sciemment tiré sur un dauphin durant l’été 2012. Le crevettier pêchait activement dans le Détroit du Mississippi lorsqu’il a abattu le dauphin avec un fusil de chasse. D’après le Département de la Justice des États-Unis, Brent Buchanan a plaidé coupable du délit mineur d’avoir délibérément ôté la vie d’un mammifère marin protégé en vertu du Marine Mammal Protection Act (Loi pour la protection des mammifères marins), un crime fédéral pour lequel il risque une peine maximum d’un an d’emprisonnement, de 100 000$ d’amende et de 25$ de cotisation spéciale.

Alors que son jugement sera rendu le 24 février 2014, cet abominable acte de violence n’était qu’un exemple parmi une série d’attaques et de meurtres perpétrés le long de la Côte du Golfe l’année dernière. En plus de plusieurs dauphins retrouvés avec des blessures par balle ou par arme blanche ou avec la mâchoire ou l’aileron tranché, un dauphin a été découvert vivant et nageant, un tournevis enfoncé dans la tête. Le fondateur de Sea Shepherd, le capitaine Paul Watson, a personnellement offert une récompense de 20 000$ pour toute information menant à l’arrestation et à la condamnation de la ou des personnes responsables de ces horribles attaques sur les dauphins.

La plupart de ces affaires n’ont pas été résolues et feraient toujours l’objet d’une enquête, bien qu’il soit largement suspecté que beaucoup de ces dauphins soient les victimes des pêcheurs qui les accusent de leur voler "leurs prises" de poissons. La National Oceanic and Atmospheric Association (NOAA) a fait part de son inquiétude à voir les dauphins toujours blessés en déclarant "les pêcheurs sont de plus en plus frustrés de voir les dauphins prendre leurs appâts et leurs prises."

Ce n’est pas la première fois que nous entendons cette tentative illogique de justifier la violence faite à l’encontre des dauphins. Chaque année, environ 20 000 dauphins et marsouins sont tués dans les eaux japonaises, dont 2 000 rien qu’à Taiji durant la chasse annuelle. Bien que nous sachions que le commerce des dauphins captifs alimente et finance la chasse de Taiji, l’Union des pêcheurs de Taiji, ainsi que d’autres chasseurs de dauphins, soutiennent que c’est parce que les dauphins mangent "leurs poissons". Ils parlent de ces merveilleux animaux comme de "nuisibles" qui sont à blâmer pour leurs prises de moins en moins importantes. À Taiji, des familles ou des groupes entiers de cétacés sont conduits par les bateaux vers les hauts-fonds de la tristement célèbre baie de la mort, désorientés et effrayés par le "mur sonore" créé par les tuyaux sur lesquels les hommes tapent. Une fois pris dans les filets, ils seront choisis pour passer leur vie emprisonnés en captivité ou alors pour mourir violemment.

Le Japon n’est pas le seul dans ce cas-là. Au Pérou, des milliers de dauphins sont illégalement tués et utilisés comme appâts pour les requins chaque année. Les dauphins ne sont pas utilisés seulement car leur viande est appétente pour les requins, mais aussi car étant donné que les populations de poissons diminuent à cause de la surpêche, le prix de ces mêmes poissons pour servir d’appâts devient exorbitant. Dans le fleuve Columbia (Washington / Oregon), les lions de mer et les cormorans sont harcelés et tués pour oser manger du poisson, on les accuse d’être à l’origine du déclin du nombre de poissons que les hommes déclarent être à eux.

Les pêcheurs parlent de ces merveilleux animaux comme de  "nuisibles" qui sont à blâmer pour leurs prises de moins en moins importantes. Photo: Gary Stokes/Sea ShepherdLes pêcheurs parlent de ces merveilleux animaux comme de "nuisibles" qui sont à blâmer pour leurs prises de moins en moins importantes. Photo: Gary Stokes/Sea Shepherd

Nous avons réagi avec effroi aux tueries dont sont victimes les dauphins dans la Côte du Golfe, ce qui était tout à fait légitime. Avec un peu de chance les enquêtes qui ont suivi rendront la justice. Mais tandis que nous nous soucions des dauphins tués aux États-Unis, qu’en est-il des dauphins tués brutalement et stupidement partout ailleurs? Ne ferons-nous donc rien contre ces crimes contre nature? Nous avons tendance à penser que les océans sont des entités d’eau séparées les unes des autres, mais ils sont tous connectés en un seul et même océan et cet océan connecte toutes les formes de vie. Nous avons des organisations internationales censées en assurer la protection et la gestion, mais elles sont tout au plus inefficaces. Bien qu’il existe des accords mis en place pour protéger la vie marine, ces accords ne sont pas toujours appliqués. Il est désormais temps qu’une organisation internationale mette en application ces protections pour la vie marine qui se trouve sérieusement en danger et qu’elle reconnaisse notre responsabilité concernant notre impact sur les océans.

La chasse de Taiji est-elle le prix que les dauphins doivent payer simplement pour manger les poissons dont ils ont besoin pour survivre? Les lions de mer du barrage de Bonneville doivent-ils être capturés, marqués et même tués simplement pour manger du saumon? Ceux-ci sont d’ailleurs les mêmes saumons que les hommes pêchent et que le barrage lui-même tue.

Les océans souffrent de la surpêche. C’est indéniable. Il existe un prédateur dont l’avidité et l’insatiable appétit privent les océans de toute vie. Ce prédateur n’est pas un dauphin, un lion de mer ou un requin. À travers les effets dévastateurs de la surpêche, de la pollution, des déchets, du trafic des navires et de bien d’autres impacts humains, les dégâts causés par les hommes sur la vie marine sont bien plus importants que ceux de n’importe quel autre animal, et nous prenons aux océans plus qu’ils ne peuvent perdre.

APPEL À L’ACTION: Le 24 février 2014, Brent Buchanan se tiendra devant le juge John M. Roper de la Cour de district des États-Unis du district sud du Mississippi pour son jugement. N’hésitez pas à contacter le juge Roper en utilisant les informations ci-dessous, en lui réclamant poliment que Buchanan reçoive la peine maximum pour son acte violent commis envers un dauphin.

The Honorable Chief Magistrate Judge John Roper
United States District Court for the Southern District of Mississippi
2012 15th Street, Suite 870
Gulfport, MS  39501
Telephone: 228-563-1779
Email: roper_chambers@mssd.uscourts.gov

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact