Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Samedi, 26 Avril 2014 14:09

Pas de justice pour Morgan

Loro Parque. Photo: Wikipedia CommonsLoro Parque. Photo: Wikimedia CommonsAvocats, organisations et experts ont mené une longue bataille pour libérer Morgan, une orque actuellement retenue captive au Loro Parque sur l’île de Tenerife, la plus grande et la plus peuplée des sept îles des Canaries. Une décision du Conseil d’Etat néerlandais prise mercredi dernier a hypothéqué davantage la libération de ce dauphin désespéré, autrefois libre et aujourd’hui contraint de faire le spectacle devant la foule.

En 2010, Morgan a été trouvée affamée et semi-échouée dans la mer des Wadden. Après avoir été envoyée au delphinarium de Harderwijk, elle a été transférée à Loro Parque fin 2011 avec l’autorisation du ministre néerlandais des Affaires Étrangères. Le gouvernement néerlandais affirmait alors qu’il s’agissait de la meilleure option pour Morgan étant donné l’absence d’alternative viable, comme sa remise en liberté.

Peu après son arrivée à Loro Parque, Morgan réalisait déjà des tours et des acrobaties pour les touristes. Cette industrie de captivité montre une fois de plus qu’elle ne s’intéresse ni à l’éducation, ni à la préservation et certainement pas au bien-être des animaux. Il s’agit de profit purement et simplement.

Les aquariums et les parcs aquatiques sont liés par leurs mensonges et la force de leur figure de proue s’étend à travers le monde: les autres orques du Loro Parque sont la propriété de Sea World.

Morgan a été transférée au Loro Parque via ULS Cargo Airlines, la même compagnie qui a transporté les dauphins capturés à Taiji. Une fois encore, le réseau de la captivité est mis en évidence, ancré partout dans le monde, jusqu’aux tueries sauvages des dauphins et petits cétacés à Taiji au Japon.

Aujourd’hui, après des années de procédures judiciaires, la Cour néerlandaise a jugé le transfert de Morgan à Loro Parque comme légal, que sa libération n’était pas une "solution satisfaisante" puisqu’elle avait été séparée de son groupe d’origine alors que les orques évoluent dans une "structure sociale stricte". Cela est peut-être vrai, cependant Morgan vit actuellement au sein d’un groupe artificiel à Loro Parque, avec d’autres orques en captivité, lesquelles font régulièrement preuve d’agressivité envers elle et l’ont déjà blessée. Ce regroupement créé artificiellement ne constitue pas une famille pour ces orques. La Cour a déclaré qu’elle n’a pas compétence pour statuer sur la question de la garde de Morgan au Loro Parque ni sur les incidents entre elle et les autres orques, mais uniquement sur le permis qui a été délivré pour son transfert à Loro Parque.

Morgan reste donc captive, comme tant d’autres dont le monde s’est réduit à des réservoirs stériles. En tant que orque femelle capturée à l’état sauvage, elle est lucrative et sera exploitée comme machine de reproduction pour gonfler les portefeuilles de l’industrie de la captivité. Des tueries de Taiji à Sea World, de Loro Parque aux aquariums du monde entier, l’industrie de la captivité ne reculera devant rien pour faire du profit.

Les orques du Loro Parque. Photo: Wikimedia  CommonsLes orques du Loro Parque. Photo: Wikimedia Commons

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact