Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Dimanche, 11 Mai 2014 16:12

Appâter et tuer les requins n’est pas la réponse

Un requin tigre tué au large de GracetownUn requin tigre tué au large de GracetownLe gouvernement fédéral s’est prononcé au sujet du programme de réduction de la population des requins en Australie Occidentale. Le ministre Greg Hunt autorise l’agence d’État, l’EPA (Environmental Protection Agency) à évaluer le plan d’installation des drum-lines mis en place par le gouvernement provincial d’Australie Occidentale du 15 novembre au 30 avril pour les trois prochaines années.

Il s’est avéré que l’EPA et le gouvernement de la province d’Australie Occidentale avaient récemment agit illégalement dans le processus d’évaluation et l’approbation d’un projet de gaz à Broom, dans le nord-ouest de la province.

Nathalie Banks, la fondatrice du mouvement communautaire #noWAsharkcull, et supporter de Sea Shepherd, a fait part de ses réserves quant à l’honnêteté de l’agence d’État pour évaluer le programme provincial d’abattage de requins.

“Les citoyens d’Australie Occidentale ont déjà vécu une situation où la Cour Suprême a dû intervenir afin de protéger notre environnement local, ainsi nous doutons de la capacité de l’EPA à prendre une décision en faveur de la protection de la faune marine et de la santé de nos océans“, a déclaré Natalie.

“Je remercie le ministre Greg Hunt de prendre la décision finale sur la base des informations fournies par l’EPA, mais je questionne l’indépendance d’un organisme d’État pour un programme gouvernemental local“.

La nouvelle a été communiquée en parallèle de la publication par le ministère de la Pêche d’Australie Occidentale du rapport final sur le programme d’appât et d’élimination de requins, présentant l’initiative comme un succès. Au total, 180 animaux marins ont été pris au piège, dont 172 requins, 7 raies et 1 poisson-globe (espèce locale). Sur les 172 requins capturés: des requins tigres dans la grande majorité avec 1 requin bouledogue, 1 tisserand, 5 requins mako (espèce protégée par l’État) et 1 requin d’une espèce indéterminée.

71% des individus capturés n’étaient pas ciblés par le programme de drum-lines. Compte-tenu de cette statistique et le fait que la cible prioritaire de cette initiative est le grand requin blanc, Sea Shepherd trouve inacceptable de la part du gouvernement d’Australie Occidentale de qualifier le programme de succès.

Le gouvernement a omis de considérer les conséquences à long-terme de l’élimination des requins de l’écosystème local. Il a négligé le rôle des requins dans la bonne santé de nos océans et a absolument nié l’existence d’alternatives pertinentes et existantes pour protéger les amoureux de la mer et la faune marine.

De plus, le gouvernement a très peu appris de ce programme. La technique d’étiquetage bovin a été utilisée à la place des techniques électroniques ou acoustiques, plus adéquates et modernes, qui auraient été source d’une multitude d’informations pour les futurs programmes de contrôle. Le grand nombre de requins tigres capturés pourrait par exemple s’expliquer par la présence d’une zone de reproduction proche de Perth.

Sea Shepherd est en contact avec plusieurs membres du parlement et a exhorté le Gouvernement Liberal d’envisager des alternatives comme la mise en place d’une Éco-Barrière, utilisée encore récemment sur les côtes locales mais retirée à cause de problèmes de financement et de l’incapacité à obtenir un permis. D’autre part, le programme de détection mis en place au Cap (Shark Spotters) s’est avéré être très populaire auprès des surfers et pourrait très facilement être mis en place sur la côte d’Australie Occidentale. Ces deux mesures ne blessent ni ne tuent des espèces marines vulnérables et protégées.

Un certain nombre d’études scientifiques ont démontré qu’une dépopulation de requins entraîne la disparition d’espèces commercialement attractives de poissons et de crustacés en bas de la chaîne alimentaire, y compris des espèces comme le thon qui maintiennent la santé des récifs coralliens. Une étude en particulier aux USA indique que l’élimination des requins provoque une augmentation significative de la population de rhinoptersa, un genre de raie, qui se nourrit essentiellement de pétoncles. D’autres études au Belize ont montré que la surpêche de requins provoque la destruction progressive des récifs coralliens, réduisant à néant des écosystèmes entiers. Les effets en aval sont effrayants; sans les requins qui contrôlent l’équilibre de la chaîne alimentaire, les océans pourraient se retrouvés envahis par les algues, réduisant drastiquement la quantité d’oxygène dans l’atmosphère. Les conséquences indirectes pourraient être dévastatrices pour la vie sur Terre.

Il est temps pour le gouvernement provincial d’Australie Occidentale et fédéral d’écouter la science plutôt que leur peur quand ils considèrent les moyens de réduire le nombre de morsures de requins.

Vidéo: L’entrave, c’est la justice par Madison Stewart

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact