Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Vendredi, 11 Juillet 2014 14:55

Lettre du capitaine Paul Watson au Premier ministre japonais.

Paul Watson, en tant qu’observateur lors de l’Opération Tolérance ZéroPaul Watson, en tant qu’observateur lors de l’Opération Tolérance ZéroLe capitaine Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd, a écrit une lettre personnelle au Premier ministre japonais, Shinzo Abe, en visite en Australie.

Dans sa lettre dont voici la copie ci-dessous, le capitaine Paul Watson demande au nom des volontaires de Sea Shepherd du monde entier que "le Japon se conforme au jugement de la Cour Internationale de Justice et que le Japon respecte à la fois le moratoire sur la chasse commerciale à la baleine et le Sanctuaire baleinier de l’océan Austral."

Le capitaine Watson précise également que Sea Shepherd n’a pas mis fin à sa campagne Relentless (implacable) pour défendre les baleines de l’océan Austral: "Si la flotte baleinière japonaise retourne dans le Sanctuaire baleinier de l’océan Austral en 2015, les navires et les volontaires Sea Shepherd y retourneront également pour s’opposer à toutes activités illégales de chasse à la baleine."

Cette lettre a été remise personnellement au Premier ministre Abe par le sénateur des Verts Peter Whish-Wilson lors d’un dîner de sénateurs et de députés australiens au Parlement, à Canberra.

Sea Shepherd attend une réponse.

Logo de Sea Shepherd

8 juillet 2014

Monsieur le Premier ministre Shinzo Abe,

Depuis 2002, Sea Shepherd lutte contre les activités illégales de la flotte baleinière japonaise au sein du Sanctuaire baleinier de l’océan Austral.

Nous avons mené dix campagnes dans l’océan Austral avec nos navires et nos équipages internationaux de volontaires.

Durant cette période, je suis fier que nous ayons été en mesure d’empêcher le massacre de milliers de baleines et de l’avoir fait sans causer la moindre blessure aux chasseurs japonais. Nous croyons au caractère sacré de la vie et au nom de cela, nous n’avons jamais blessé un autre être humain dans toute l’histoire de notre mouvement.

Les volontaires de Sea Shepherd vont dans l’océan Austral pour défendre l’intégrité du Sanctuaire baleinier. A présent, nous pouvons nous appuyer sur le verdict de la Cour Internationale de Justice qui a officiellement décrété que depuis 1987, les activités de la flotte baleinière japonaise dans l’océan Austral ont été et continuent d’être illégales. Nous estimons que ce jugement justifie notre opposition aux activités illégales du Japon au cours de la dernière décennie.

Votre gouvernement a d’abord déclaré qu’il respecterait le verdict, mais il est maintenant dans l’intention du Japon de retourner dans l’océan Austral dès 2015 et de reprendre ses activités illégales de chasse en violation directe de ce verdict.

Au nom des volontaires de Sea Shepherd à travers le monde, je voudrais demander respectueusement au Japon de se conformer à la décision de la Cour et de respecter à la fois le moratoire sur la chasse commerciale à la baleine et le Sanctuaire baleinier de l’océan Austral.

Si la flotte baleinière japonaise retourne dans le Sanctuaire baleinier de l’océan Austral en 2015, les navires et les volontaires de Sea Shepherd y retourneront également pour s’opposer à toutes activités illégales de chasse à la baleine.

Le Japon ne peut prétendre à aucune justification traditionnelle ou droit de tuer des baleines dans l’océan Austral. Le Japon n’a pas le droit de cibler des espèces menacées comme les rorquals communs et les baleines à bosse, et le Japon n’a pas le droit de tuer des baleines sur le territoire antarctique australien.

Sea Shepherd n’est pas anti-Japonais. En réalité nous avons beaucoup de respect pour la culture et les traditions japonaises, et de nombreux citoyens japonais participent à nos campagnes.

L’opposition de Sea Shepherd est fondée sur le fait qu’il est illégal de se livrer à la chasse commerciale à la baleine et qu’il est illégal de tuer des baleines dans un sanctuaire baleinier reconnu au niveau international.

Il n’y a aucune raison pour que ce conflit perdure. Le Japon n’a pas besoin de continuer à tuer des baleines. En fait, la chasse à la baleine se poursuit uniquement à cause des subventions du gouvernement japonais.

En mettant fin à la chasse à la baleine, le Japon gagnerait le respect et l’admiration des écologistes du monde entier.

Les baleines de nos océans souffrent depuis des siècles. Il est temps pour l’humanité que toute brutalité envers la nation baleine cesse, temps pour l’humanité de respecter et de protéger la vie et la biodiversité dans nos océans.

J’aimerais voir le Japon devenir une grande nation protectrice des océans, voir le Japon se débarrasser de sa réputation de nation qui prend tout de la mer et qui ne donne rien en retour.

Si les baleines meurent, les océans mourront Monsieur le Premier ministre, et si les océans meurent, c’est nous tous qui mourrons.

J’aimerais voir un monde où le Japon serait une partie de la solution pour sauver nos océans et non, l’un des principaux problèmes.

Se conformer à la décision de la Cour Internationale de Justice en cessant les activités illégales au sein du Sanctuaire baleinier de l’océan Austral serait un bon début.

Pour nos océans et pour les baleines

Signature

Capitaine Paul Watson

Fondateur de Sea Shepherd Conservation Society en 1977.

Lettre au format PDF visible en cliquant ICI.

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact