Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Dimanche, 28 Décembre 2014 02:00

L'avocat de Sea Shepherd au Japon notifie ses revendications contre la police japonaise

La lettre officielle est le début d'une procédure légale de Sea Shepherd pour la protection des droits des volontaires présents à Taiji pour relater la capture et le massacre de dauphins et de petites baleines.

Les Gardiens de la BaieUn avocat japonais situé à Tokyo a envoyé un courrier officiel, au nom de son client, Sea Shepherd Conservation Society, aux polices municipales de Shingu et Wakayama. Ce document répond aux accusations de la police selon lesquelles les Gardiens de la Baie de Sea Shepherd auraient enfreint la loi japonaise en suivant un camion sur des voies publiques et en prenant des photos pour relater le transport des dauphins destinés à la captivité. Cette lettre officielle est le début d'une procédure légale visant à protéger les droits constitutionnels fondamentaux des Gardiens de la Baie de Sea Shepherd sur le terrain au Japon.

Le 21 novembre (heure japonaise), les Gardiens de la Baie ont suivi un camion transportant des dauphins dans des caisses, alors que les cétacés brutalement capturés à Taiji étaient transférés vers des aquariums ou des parcs marins. Comme à leur habitude, les Gardiens de la Baie ont respecté la loi japonaise pour s'assurer de la sécurité de tous.

Malgré cela, le 22 novembre, la police est venue dire aux volontaires que suivre le camion était une infraction, en vertu de la loi 1, article 28 du « Minor Offense Law »(code des délits mineurs). Le 9 décembre au matin, la police a également indiqué aux Gardiens de la Baie que la prise de photos le 8 décembre à l'extérieur d'un lieu de commercialisation de la viande de dauphin constituait une infraction à une ordonnance de la ville de Wakayama, article 11, alinéa 1. La police a prévenu les volontaires de Sea Shepherd que s'ils tentaient de recommencer ces activités, ils seraient arrêtés.

L'avocat de Sea Shepherd a notifié aux services de police que les Gardiens de la Baie agissaient dans le respect des droits fondamentaux garantis par la constitution japonaise. La lettre officielle (traduite en anglais, puis en français) atteste que "ces activités servent à rechercher la vérité et à rassembler des preuves, conformément aux dispositions de l'article 21-1 Liberté d'Expression de notre constitution, ce qui n'a rien d' illégal. De ce fait, nous exigeons que vous nous indiquiez précisément quels actes tomberaient sous le coup de quelles lois, quels articles, etc. dans un délai de deux semaines à compter de la réception de la présente lettre. Sans réponse de votre part, nous en conclurons que vous admettez avoir été dans l'illégalité en entravant leur liberté d'expression."

Chaque année, depuis le début de la campagne Operation Infinite Patience de Sea Shepherd en 2010, les Gardiens de la Baie ont été sur le terrain à Taiji pendant toute la période des six mois annuels de chasse, rassemblant des preuves de la capture et du massacre des dauphins et des petites baleines, diffusant ces atrocités en streaming pour les exposer aux yeux du monde. En accord avec la promesse faite aux autorités japonaises, les Gardiens de la Baie et Sea Shepherd ont jusqu'à présent respecté les lois japonaises pendant leur campagne à Taiji.

La responsable des Gardiens de la Baie de Sea Shepherd, Melissa Sehgal, s'est vue refuser ce mois-ci le droit d'entrée au Japon pour faire état de ce massacre, bien qu'elle n'ait jamais enfreint la loi pendant les quatre saisons qu'elle a passé à Taiji. Pure coïncidence, elle s'est vue refuser le droit d'entrée et renvoyer chez elle le 8 décembre — le même jour durant lequel les Gardiens de la Baie étaient surveillés par la police pour leurs activités parfaitement légales — après neuf heures d'interrogatoire et une nuit en cellule le 7 décembre.

"Sea Shepherd a promis que nos Gardiens de la Baie agiraient toujours en accord avec la loi japonaise, et nous avons toujours continué d'honorer cette promesse. Nous voulons nous assurer que les Gardiens de la Baie puissent retourner à Taiji jusqu'à ce que le massacre prenne fin", rapporte Sehgal. "J'espère que le fait d'entamer cette procédure légale protégera non seulement les droits de nos volontaires sur le terrain, mais que cela nous aidera aussi à être encore plus efficaces dans nos efforts pour aider les dauphins et les baleines."

Depuis le 1er septembre date du début de la saison de chasse 2014-2015, les chasseurs de dauphins ont conduit un total de 21 familles, ou groupes de cétacés vers la baie. La majorité des victimes de la saison a été le dauphin de Risso, avec un total de 18 groupes massacrés jusque-là. Les autres victimes ont été un groupe de grands dauphins, un groupe de baleines-pilotes et deux groupes de dauphins bleus.

Chaque année, pendant six mois — tous les jours de septembre à mars — des groupes entiers de dauphins et de petites baleines sont amenés dans la baie meurtrière de Taiji. On frappe des barres sur un des bords du bateau de pêche pour créer un "mur de son", ce qui désoriente les mammifères marins sensibles au son et rend toute tentative de fuite quasi-impossible. Une fois prisonniers des filets dans la baie, les dauphins et les baleines connaissent un massacre brutal ou une vie en captivité. Dans un acheminement tout aussi terrifiant que celui qui les a menés vers la baie, le reste des membres du groupe — généralement des jeunes et des petits — est relâché en mer avec un faible espoir de survivre seul.

Les Gardiens de la Baie de Sea Shepherd sont le seul groupe présent sur le terrain à Taiji, chaque jour pendant toute la saison d'une chasse qui dure six mois, relatant et diffusant en direct chaque capture et chaque massacre pour le monde entier. La saison 2014-2015 est la cinquième année d' Operation Infinite Patience, et tant que les massacres existeront, les Gardiens de la Baie continueront à exposer ces atrocités.

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact