Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Vendredi, 16 Janvier 2015 14:29

Sea Shepherd annonce son intention de reprendre la poursuite à la place de la marine néo-zélandaise

Le Sam Simon vise de nouvelles cibles - 3 navires de pêche illégaux qui ont échappé à la marine néo-zélandaise – Photo : Mariana BaldoLe Sam Simon vise de nouvelles cibles - 3 navires de pêche illégaux qui ont échappé à la marine néo-zélandaise – Photo : Mariana BaldoLe capitaine Chakravarty du navire Sea Shepherd, le Sam Simon, a annoncé qu’il projette d’intercepter trois navires de pêche illégaux qui ont échappé à la marine néo-zélandaise hier.

Ceci fait suite aux informations annonçant que la marine néo-zélandaise a abandonné son opération d’interception des braconniers dans l’océan Austral, et qu’elle retourne au port.

Le capitaine Chakravarty a déclaré : "Avec trois bateaux criminels en liberté et la marine sur le chemin du retour, le Sam Simon est désormais le seul navire qui a l’intention et la capacité de retrouver les braconniers. Nous avons une connaissance approfondie de ces mers, nous avons un navire spécialement renforcé pour la glace, et nous avons la volonté d’intervenir directement pour les obliger à cesser leurs opérations criminelles."

Le HMNZS Wellington avait intercepté les trois braconniers, occupés à pêcher illégalement dans l’océan Austral. Selon des informations venant du gouvernement néo-zélandais, les navires avaient été interceptés à l’ouest de la mer de Ross, cependant leur position exacte n’a pas été révélée.

Les trois navires, le Songhua, le Kunlun et le Yongding sont bien enregistrés en Guinée équatoriale, et on sait qu’ils ont des liens avec le tristement célèbre syndicat du crime espagnol, Vidal Armadores. Les trois navires sont maintenant sur les listes des notices mauves d’Interpol.

Bien que la Guinée équatoriale ait répondu favorablement à la demande du gouvernement néo-zélandais d’arraisonner les navires, deux des capitaines ont refusé de laisser monter la marine néo-zélandaise à leur bord. Ensuite les braconniers ont commencé à manœuvrer pour s’échapper, et ils ont pris la fuite.

Le capitaine du Bob Barker, Peter Hammarstedt, a critiqué le gouvernement australien pour avoir laissé tomber le gouvernement néo-zélandais.

Il a dit : "L’an dernier, le gouvernement australien n’a pas rempli sa promesse d’envoyer un bateau des douanes dans l’Antarctique pour surveiller la flotte baleinière. Cette année, le gouvernement australien a prévu à son budget deux patrouilles de quarante jours dans l’océan Austral. Cependant la Nouvelle Zélande s’est retrouvée toute seule pour s’occuper des braconniers – avec un seul bateau contre trois. Avec le navire de la marine néo-zélandaise en train de rentrer à Wellington, et le gouvernement australien qui reste invisible, il ne reste plus que Sea Shepherd pour faire respecter la loi."

Depuis le 26 décembre, le Sam Simon est engagé dans la lourde tâche de remonter de l’océan Austral les filets maillants illégaux abandonnés par le braconnier Thunder. Plus de 60 kilomètres de filet illégal ont été remontés jusqu’à présent, avec plus de 1000 légines et de nombreuses prises accessoires retrouvées mortes dans les filets.

"Depuis trois semaines, mon équipage et moi retirons de l’océan Austral les filets illégaux abandonnés par le braconnier Thunder. Nous avons le devoir d’aller jusqu'au bout de cette opération. Lorsque nous aurons terminé, nous nous occuperons de ces trois nouvelles cibles", a dit le capitaine Chakravarty.

Le Bob Barker en est au 29ème jour de sa poursuite record du navire fiché par Interpol le Thunder.

En fuite – le braconnier Kunlun, auparavant appelé Chang Bai (photo CCAMLR)En fuite – le braconnier Kunlun, auparavant appelé Chang Bai (photo CCAMLR)
En fuite – le braconnier Youngding, auparavant appelé Chengdu  (photo CCAMLR)En fuite – le braconnier Youngding, auparavant appelé Chengdu (photo CCAMLR)
En fuite – le braconnier Songhua, auparavant appelé  Nihewani (photo CCAMLR)En fuite – le braconnier Songhua, auparavant appelé Nihewani (photo CCAMLR)
 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact