Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Lundi, 26 Janvier 2015 16:03

Un an plus tard : réflexions sur le massacre d’un groupe entier de grands dauphins et la capture de Shoujo, le bébé dauphin albinos

Les images prises par les Gardiens de la Baie de Sea Shepherd, montrant la capture brutale de Shoujo et le terrible massacre de sa famille, ont engendré une véritable tempête médiatique dans le monde entier

Shoujo, le bébé dauphin albinos, collé à sa mère dans la baie - Photo : Sea ShepherdShoujo, le bébé dauphin albinos, collé à sa mère dans la baie - Photo : Sea ShepherdAlors qu’approche le triste anniversaire de la capture sans précédent de plus de 250 grands dauphins et d’un bébé albinos à Taiji, Sea Shepherd revient sur ce terrible événement, qui a attiré l’attention des médias, du public et des politiques du monde entier sur la capture et le massacre de dauphins et de petites baleines qui ont lieu chaque année dans cette baie.

Le 17 janvier 2014, l’avidité des chasseurs de dauphins de Taiji a provoqué l’indignation dans le monde entier quand ils ont conduit séparément cinq groupes familiaux de grands dauphins dans la baie, formant ainsi le plus grand groupe jamais vu par les Gardiens de la Baie de Taiji depuis le lancement de l’Opération Infinite Patience en 2010.

Les chasseurs ont tout de suite décelé l’aspect lucratif de la découverte de ce "super-groupe" - déjà lucratif puisque les grands dauphins sont une espèce très demandée pour la captivité - qui comptait parmi ses mammifères un bébé dauphin albinos lequel, de par sa rareté, est estimé à environ 500 000 dollars dans l’industrie de la captivité. Ce bébé a été le premier dauphin à être arraché à sa famille pour être élevé en captivité. Baptisé "Shoujo" par le capitaine Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd, ce bébé nous a tous profondément émus sur les images prises par les Gardiens de la Baie, où on découvre des chasseurs et des dresseurs qui le séparent par la force de sa mère.

L’horreur ne s’est pas arrêtée là pour ces dauphins effrayés, déjà épuisés par le long rabattage jusqu’à la baie. La sélection pour la captivité a duré des jours, alors que les dauphins, stressés et anxieux, ont été enfermés dans la baie pendant quatre nuits, sans nourriture ni abri. Tous les jours, les Gardiens de la Baie ont filmé et exposé au monde entier la nature violente et choquante du processus de sélection qui avait lieu à Taiji : les chasseurs et les dresseurs séparent par la force les dauphins de leurs familles pour sélectionner les plus "beaux" membres du groupe afin de les vendre à l’industrie de la captivité – en d’autres termes, ceux sans cicatrice ni autre "défaut" visible. Certains dauphins saignaient et ont été blessés durant le processus de sélection, qui s’avère tout aussi brutal que le massacre lui-même.

Durant le violent processus de sélection, des chasseurs passent négligemment par-dessus des dauphins à bord d’un skiff - Photo : Sea ShepherdDurant le violent processus de sélection, des chasseurs passent négligemment par-dessus des dauphins à bord d’un skiff - Photo : Sea ShepherdLe 21 janvier, après des jours de sélection en captivité, a eu lieu le massacre de cette famille déchirée de dauphins. Lorsque les eaux de la baie finirent par se calmer, 52 dauphins avaient été faits captifs (dont l’un ne survivra pas), environ 41 avaient été massacrés et 130 à 140 dauphins traumatisés et épuisés avaient été relâchés en mer.

Ignobles et tragiques, ces événements ont déclenché une tempête médiatique internationale et ont permis d’accroître le nombre d’opposants à la chasse de Taiji. Sea Shepherd a attiré l’attention du monde entier sur cette baie de la honte, grâce à sa politique médiatique ciblée, à sa campagne s’appuyant sur les réseaux sociaux et les contacts de Sea Shepherd à travers le monde, ainsi qu’à ses communiqués de presse quotidiens élaborés à partir des comptes rendus envoyés par les Gardiens de la Baie de Sea Shepherd, qui ont travaillé nuit et jour sur le terrain pour tenir le monde informé minute après minute de ce qui arrivait au groupe de cétacés. La taille inégalée du groupe de dauphins capturé, la découverte d’un bébé albinos, la nature brutale et la durée du processus de sélection, ainsi que le terrible massacre de nombreux dauphins indignèrent le monde entier et déclenchèrent une réponse médiatique sans précédent, qui dura plusieurs semaines, exerçant ainsi une incroyable pression politique sur le Japon. Une photo en particulier, prise par les Gardiens de la Baie, de dauphins se faisant négligemment écraser par les skiffs des chasseurs, a été publiée par l’Associated Press puis reprise par tous les médias internationaux.

Un public important, qui ne cessait d’augmenter au fil des heures, s’est connecté sur le live stream de Sea Shepherd, avec plus de 100 000 personnes suivant les événements pendant les 5 jours et 4 nuits où le groupe a été gardé prisonnier dans la baie. Les réseaux sociaux ont joué un rôle essentiel en diffusant les actions de Sea Shepherd dans le monde entier. Des anonymes des quatre coins du globe ont suivi les mises à jour régulières sur les pages des réseaux sociaux de Sea Shepherd, avec un pic incroyable dans les "j’aime" (plus de 2,5 millions sur la page Facebook des Gardiens de la Baie et quasiment 1 million sur la page Facebook de Sea Shepherd USA).

"La communauté internationale a été témoin de cette terrible capture de centaines de grands dauphins et a réagi avec indignation, grâce aux efforts sans relâche des Gardiens de la Baie volontaires de Sea Shepherd, dont les comptes rendus étaient suivis puis partagés par des anonymes dévoués et compatissants dans le monde entier, avant d’être relayés par les médias internationaux," a déclaré Melissa Sehgal, responsable de la campagne des Gardiens de la Baie de Sea Shepherd. "Sea Shepherd est la seule association présente sur le terrain tous les jours durant les 6 mois que dure la saison de chasse de Taiji, chaque année, afin de s’assurer que chaque capture et chaque massacre soient répertoriés et connus du monde entier. Aujourd’hui, avec cette cinquième saison de l’Opération Infinite Patience, nous continuons à exercer une pression internationale sur le Japon en vue de mettre un terme à ce massacre."

Des chasseurs et des dresseurs entourent un dauphin terrifié - Photo : Sea Shepherd L’actrice Shannen Doherty filme en direct de  l’intérieur du musée de la Baleine de Taiji le
Des chasseurs et des dresseurs entourent un dauphin terrifié - Photo : Sea Shepherd L’actrice Shannen Doherty filme en direct de l’intérieur du musée de la Baleine de Taiji le "réservoir" actuel de Shoujo - Photo : Sea Shepherd

Dès l’annonce de la capture du groupe, Sea Shepherd et ses supporters ont immédiatement envoyé des tweets à l’ambassadrice des États-Unis au Japon, Caroline Kennedy, lui demandant de regarder le live stream assuré depuis Taiji. L’ambassadrice a manifestement suivi les comptes rendus des horreurs qui se déroulaient dans la baie, car elle a très rapidement affirmé son opposition à cette chasse en tweetant qu’elle était "profondément préoccupée par l’inhumanité du rabattage puis du massacre de dauphins" et que le gouvernement américain "s’opposait à la chasse par rabattage."

Ce tweet franc et direct a fait la une des médias et a encouragé d’autres personnalités politiques à suivre l’initiative lancée par Mme Kennedy et à se prononcer publiquement contre la capture brutale et le massacre de dauphins au Japon. Parmi elles, nous pouvons citer Domenico Giorgi (l’ambassadeur de l’Italie au Japon), Tim Hitchens (l’ambassadeur du Royaume-Uni au Japon) et Greg Hunt (le ministre de l’environnement australien).

Sea Shepherd espère dorénavant que l’ambassadrice Caroline Kennedy, qui a l’année dernière braqué les projecteurs du monde entier sur la baie, viendra à nouveau apporter son aide aux dauphins, qui continuent à mourir dans ces eaux teintées de sang, pour demander au Japon de mettre définitivement fin au massacre. Sauf pour ceux qui souffrent en captivité en ce moment, le cauchemar a pris fin pour les grands dauphins rabattus l’an dernier. Cependant, la chasse continue le long des côtes meurtrières de Taiji.

Pendant six mois chaque année, de septembre à mars, des familles entières ou groupes de dauphins et de petites baleines sont rabattus dans la baie meurtrière de Taiji. Les chasseurs frappent des bâtons contre les coques de leurs navires pour créer un "mur du son" qui désoriente ces mammifères marins à l’ouïe extrêmement sensible, les empêchant ainsi de prendre la fuite. Une fois dans la baie, les dauphins et les baleines sont condamnés à un massacre brutal ou à une vie en captivité. Ceux du groupe qui ont échappé au massacre - les juvéniles et les bébés le plus souvent - sont ensuite reconduits jusqu’à l’océan, dans des conditions tout aussi stressantes que lorsqu’ils ont été rabattus jusqu’à la baie. Ils n’ont que peu de chance de survivre, livrés à eux-mêmes, sans famille.

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact