Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Mardi, 03 Février 2015 06:18

Sea Shepherd intercepte deux navires braconniers ayant fui la marine néo-zélandaise dans les eaux australiennes

Le navire braconnier, Yongding, se tournant vers le Sam Simon, évitant la collision de moins de 10 mètres. Photo : Jeff WirthLe navire braconnier, Yongding, se tournant vers le Sam Simon, évitant la collision de moins de 10 mètres. Photo : Jeff WirthHier, à environ 11h30 AEDT, le navire Sea Shepherd, le Sam Simon, a intercepté les navires braconniers de légine, le Yongding et le Kunlun ; deux des trois navires ayant fui la marine néo-zélandaise le mois dernier après avoir été surpris à pêcher illégalement à l’ouest de la mer de Ross.

Les deux navires ont été interceptés par le Sam Simon aux 66’39 Sud et 063’43 Est, dans les eaux australiennes avec, sur leurs ponts, du matériel de pêche interdit. La région est sous la supervision de l’Australie en accord avec ses obligations internationales comme Membre de la Convention sur la Conservation de la faune et de la flore marines de l’Antarctique (CCAMLR).

Interpol a publié des notices mauves pour les deux navires Yongding et Kunlun, ces bateaux étant également sur la liste noire publiée par la CCAMLR des bateaux de pêches illégales, non réglementées, et non déclarées (IUU). Les deux navires sont sous pavillon de la Guinée Équatoriale au moment de leur localisation.

Le capitaine du Sam Simon, Sid Chakravarty, a contacté ces navires par radio, leur ordonnant de quitter la zone. Le Yongding se dirigea directement vers le Sam Simon, évitant la collision de moins de 10 mètres.

Le capitaine Chakravarty déclare : "Il s’agit là du deuxième épisode pendant lequel le Yongding et le Kunlun ont été repérés dans les eaux australiennes. Les deux navires ont un long passé de violation des règles de pêche, et les actions agressives du Yongding indiquent qu’ils ont quelque chose à cacher. Il est très clair que les gouvernements de Nouvelle-Zélande et d’Australie n’auraient jamais dû laisser ces navires fuir après qu’ils aient été trouvés".

Le Yongding et le Kunlun, ainsi que l’autre navire braconnier intercepté par la marine néo-zélandaise, le Songhua, semblent entretenir des liens étroits avec l’organisation criminelle espagnole, Vidal Armadores.

LLes coordonnées GPS indiquent la présence du Kunlun dans les eaux australiennes. Photo : Jeff WirthLes coordonnées GPS indiquent la présence du Kunlun dans les eaux australiennes.
Photo : Jeff Wirth
Le 13 janvier 2013, à la suite d’une requête du gouvernement néo-zélandais, des notices mauves d’Interpol ont été publiées pour les trois navires pour suspicion de pêche illégale et crimes en lien avec cette activité. Les informations publiées par Interpol suggèrent que ces trois navires agissent en toute complicité.

Sea Shepherd a une nouvelle fois critiqué le gouvernement australien qui, jusqu’à présent, n’a pas réagi quant à la présence de navires braconniers dans ses eaux. Le capitaine Chakravarty déclare : "L’inaction du gouvernement australien, choisissant de ne pas se mettre en chasse suite au retour au port du HMNZS Wellington, a permis aux braconniers d’agir librement dans la région. Cela a pour conséquence directe la poursuite du pillage de l’Antarctique de sa fragile population de légines. En réponse à cette faible réponse de l’Australie, les navires braconniers ont montré peu de considération envers les autorités et surtout aucune préoccupation à l’idée d’être arrêtés. Le Sam Simon est aujourd’hui engagé à bloquer toutes opérations menées par le Yongding et le Kunlun, avec Sea Shepherd une nouvelle fois dernier bastion de la défense de la vie marine en Antarctique".

Le Yongding et le Kunlun sont les deux derniers navires braconniers sur les six initiaux, appelés les "6 bandits" par Sea Shepherd, identifiés comme étant impliqués dans la pêche à la légine dans la région du CCAMLR des eaux du sud.

Le 16 janvier dernier, le Sam Simon a conclu une opération gigantesque de récupération de filets maillants illégaux de l’océan Austral après qu’ils aient été abandonnés par un autre navire des "6 bandits", le Thunder, sous pavillon nigérian. Plus de 70 kilomètres de filets maillants illégaux ont été récupérés sur une période de trois semaines contenant plus de 1400 poissons d’un poids total de 50 000 kilos qui ont été remis à l’eau.

L’autre navire Sea Shepherd, le Bob Barker, est actuellement engagé dans la poursuite du Thunder, entrant aujourd’hui dans son 48ème jour, un record.

Les navires braconniers illégaux sont le centre d’attention du programme actuel Sea Shepherd de protection de l’Océan Austral : l’Opération Icefish.

L’Opération Icefish, qui a débuté en décembre de l’année dernière, est la 11ème campagne de Défense de l’Océan Austral et est la première à cibler les navires braconniers IUU de légines dans les eaux de l’Antarctique.

Lien pour Interpol Purple Notice, Yongding

Un des deux braconniers localisé aujourd’hui par le Sam Simon dans les eaux australiennes. Photo : Giacomo Giorgi Un des deux braconniers localisé aujourd’hui par le Sam Simon dans les eaux australiennes. Photo : Giacomo Giorgi
Un des deux braconniers localisé aujourd’hui par le Sam Simon dans les eaux australiennes.
Photo : Giacomo Giorgi
Le Kunlun, passant devant la proue du Sam Simon. Photo: Jeff Wirth

Le Sam Simon intercepte deux navires braconniers ayant fui la marine néo-zélandaise dans les eaux australiennes
 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact