Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Mardi, 21 Avril 2015 11:46

Chasse baleinière : Sea Shepherd revient sur ses 10 ans d'interventions en Antarctique et annonce ses prochaines missions en Europe

 Photo: Tim WattersPhoto: Tim WattersSea Shepherd s’oppose au massacre illégal des baleines par le gouvernement japonais dans l’Antarctique depuis 2002. Pendant toutes ces années, nous avons été la seule organisation se consacrant à protéger l’intégrité du Sanctuaire Baleinier de l’océan Austral. Usant de moyens d’action directe, Sea Shepherd a sauvé la vie de plus de 5000 baleines, et a dévoilé les atrocités commises par la flotte baleinière japonaise contre des baleines protégées, vulnérables et en danger d’extinction.

En 2014, la Cour internationale de justice des Nations Unies, la plus haute cour internationale, a rendu un verdict qui allait changer pour toujours le programme baleinier japonais. Par une majorité de 12 contre 4, la Cour a jugé que JARPA II était, en réalité, une opération commerciale et illégale, et elle a par conséquent ordonné qu’il soit immédiatement arrêté.

Malgré cette décision, le Japon a juré de revenir dans l’océan Austral pour continuer à tuer des baleines dans le cadre d’un nouveau programme baleinier, baptisé NEWREP-A. Le Japon assurait que ce nouveau programme satisferait aux exigences "scientifiques" spécifiées par la Convention internationale pour la règlementation de la chasse à la baleine. Cependant, certains éléments essentiels de NEWREP-A indiquent que le programme vise également à limiter les possibilités d’action de Sea Shepherd – signe sans équivoque de notre efficacité.

En particulier, NEWREP-A prévoit un territoire de chasse plus vaste, deux fois la taille de celui de JARPA II, visant à rendre plus difficile pour Sea Shepherd de localiser la flotte baleinière ; un quota transférable et combinable, ce qui veut dire que les vies de baleines sauvées par Sea Shepherd une année pourraient être reportées et ajoutées au quota de l’année suivante ; et un engagement de ne pas entrer en conflit avec Sea Shepherd, limitant ainsi les opportunités d’attirer l’attention internationale sur le massacre annuel des baleines qu’ils proposent.

Mais NEWREP-A a échoué à son premier examen. Le lundi 13 avril, un comité d’experts de la Commission Internationale Baleinière (CIB) a rejeté le projet, déclarant qu’il ne fournissait pas les informations nécessaires pour valider son caractère scientifique. Alors que la décision finale sur NEWREP-A sera prise par le Comité scientifique de la CBI lors de sa prochaine conférence en mai, que ce soit l’opinion publique, le droit international, ou le raisonnement scientifique, tout est en train de tourner contre la poursuite du programme baleinier japonais dans l’océan Austral.

 Photo: Tim WattersLe Bob Barker fendant les eaux de l’Océan Austral - Photo: Marianna BaldoChaque tentative du Japon pour légitimer la poursuite du massacre des baleines en Antarctique se heurte à une résistance féroce. Nous ne pensons pas que le Japon retournera dans l’océan Austral pour tuer des baleines, mais s’il le fait, nous sommes certains que la communauté internationale agira en conséquence pour faire cesser cette violation flagrante du droit international.

Alors que nous proclamons que c’est une victoire pour l’océan Austral, la bataille pour la protection des océans de la planète continue. Comme toujours, Sea Shepherd reste ferme dans son engagement pour protéger nos clients, les baleines, ainsi que les autres habitants des mers, nombreux et précieux. Nous devons planifier nos actions de manière stratégique, utiliser au mieux nos ressources limitées pour atteindre des résultats optimaux. Comme toujours, nous mesurons notre succès au nombre de vies sauvées.

Chaque année, des milliers de cétacés sont encore victimes de massacres dans l’hémisphère nord. La Norvège et l’Islande ont à elles seules un quota total annuel de plus de 1500 baleines tuées. Ce nombre, qui comprend 154 rorquals en danger d’extinction, est largement supérieur au quota proposé par le gouvernement japonais.

Nous continuerons à combattre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN) dans les eaux de l’Antarctique. Cependant, pour toutes les raisons indiquées ci-dessus, Sea Shepherd ne prévoit pas pour le moment de retourner dans l’océan Austral pour mener de nouvelles campagnes anti-baleiniers contre la flotte japonaise. Au lieu de cela, nous allons déplacer notre combat pour les baleines, nous servant de nos succès dans l’océan Austral pour étendre notre mission de protection au nord. C’est là que nous pouvons désormais être le plus efficace, parce que c’est là que nous pourrons sauver le plus de vies.

Dans les mois à venir, nous dévoilerons les plans de notre campagne de l’Atlantique nord. Comme toujours, nous mettrons en œuvre des techniques d’action directe pour faire cesser le massacre inutile et illégal des baleines et des autres créatures marines. Nous continuerons à faire respecter les lois internationales ; à être des soldats de la compassion, nous vouant à défendre ceux qui ne peuvent pas se défendre eux-mêmes. Et nous continuerons le combat pour protéger la vie précieuse des océans - la vie qui est la base de notre existence même – parce que nous sommes convaincus que, s’il y a une chose qui vaille la peine qu’on se batte pour elle sur cette planète, c’est la vie.

Photo: Tim WattersPhoto: Tim Watters
 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact