Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Vendredi, 03 Juillet 2015 05:05

Le Sam Simon quitte la Norvège après avoir mené l’enquête sur des cargaisons de viande de Rorqual Commun en voie de disparition

Le Sam Simon à côté du navire garde-côtes norvégien, le Harstad - Photo: Giacomo GiorgiLe Sam Simon à côté du navire garde-côtes norvégien, le Harstad - Photo: Giacomo GiorgiLe navire Sea Shepherd battant pavillon Hollandais, le Sam Simon, a quitté le 1er juillet les eaux norvégiennes, après une courte halte dans le port de Tromsø, dans le nord du pays. Le capitaine canadien Lockhart MacLean et l’équipage du navire de conservation se sont rendus dans ce port scandinave septentrional afin d’enquêter sur des cargaisons de viande de Rorqual commun, actuellement en route pour le Japon.

Sea Shepherd a annoncé en début d’année que l’organisation allait renforcer sa présence en Atlantique Nord. Cette mission en est la confirmation, et vise à révéler à la scène internationale le trafic illégal d’espèces en voie de disparition.

Le cargo inscrit dans les registres de Saint-Christophe-et-Niévès, le Winter Bay, transporte 1700 tonnes de viande de Rorqual commun, espèce en voie de disparition. La viande a été prélevée de baleines tuées en Atlantique Nord par la compagnie baleinière islandaise, Hvalur H/F, dirigée par le Directeur Général et Président, Kristján Loftsson.

Le Winter Bay, qui jusqu’en 2014 battait pavillon norvégien et qui opérait pour la compagnie de ferry et de transport locale, Nor Lines, a été ré-immatriculé à Saint-Christophe-et-Niévès par commodité.

Le capitaine MacLean déclare : "Nous nous sommes rendus à Tromsø pour enquêter sur des cargaisons de Rorqual commun, viande prélevée et commercialisée malgré l’interdiction internationale concernant respectivement la chasse commerciale à la baleine, et le commerce de produits issus des baleines".

"Nous avons également découvert le changement de propriétaires du navire transportant la viande, le Winter Bay. Sa propriété a été transférée à une 'société coquille' (société ayant cessé ses activités, sans toutefois être en liquidation) des Îles Vierges Britanniques. Le 'management' du navire a quant à lui été externalisé à un exploitant letton nommé Aquaship AS", poursuit-il. "Ce n’est pas inhabituel pour des bateaux plus vieux d’être gérés de cette façon, cela évite des coûts de maintenance et de modernisation."

Le 28 juin dernier, 24 heures avant son arrivée au port, le Sam Simon notifie les autorités norvégiennes de Bodø de son intention d’entrer dans les eaux norvégiennes et de mouiller l’ancre à Tromsø, comme le demande la régulation locale.

Le lendemain, à 7h25 heure locale, l’équipage du Sam Simon identifie le navire garde-côtes norvégien, le NoCGV Harstad, sur le radar suivant une trajectoire d’interception. Le navire garde-côtes escorte le Sam Simon.

À 15h25, l’avion de surveillance de la force aérienne royale norvégienne, le RNoAF3296, est repéré par l’équipage Sea Shepherd. Il passera au-dessus du navire de conservation 7 fois sans que le contact radio ne soit établi.

Les autorités de Tromsø, Norvège, montent à bord du Sam Simon - Photo: Enric AdrianLes autorités de Tromsø, Norvège, montent à bord du Sam Simon - Photo: Enric AdrianLe Sam Simon poursuit sa route jusqu’à Tromsø, amarrant le 29 juin à 23h36 heure locale, avec le Harstad toujours à son flanc. Immédiatement après son immobilisation, 25 représentants des forces de l’ordre (garde-côtes, douaniers et policiers accompagnés de chiens renifleurs) montent à bord du Sam Simon.

Les autorités norvégiennes, incluant policiers en armures anti-émeute, se mettent alors à inspecter le Sam Simon de fond en comble.

La police place l’équipage sous surveillance dans le mess durant toute la durée de l’inspection, à l’exception du capitaine MacLean, la Ship Manager finlandaise Sonja Hyppänen, le chef mécanicien américain Brian Race, et le maître d’équipage Giacomo Giorgi. Il leur est demandé d’assister les autorités dans l’inspection du navire. L’inspection se poursuit jusqu’au départ du dernier garde-côtes à 3h30 au matin du 30 juin.

Les autorités sont restées professionnelles et courtoises durant tout la durée de l’inspection, remerciant le capitaine MacLean et l’équipage pour leur coopération, et louant l’excellent état du bateau.

Le Sam Simon reste au port de Tromsø pour 21 heures, en communication ouverte et constante avec les autorités. Le capitaine MacLean profite de l’opportunité pour ouvrir les portes du navire aux médias locaux et de discuter du problème des cargaisons de viande de Rorqual Commun à bord du Winter Bay.

Le Sam Simon passe à côté du Winter Bay, escorté par le Harstad - Photo: Lukas ErichsenLe Sam Simon passe à côté du Winter Bay, escorté par le Harstad - Photo: Lukas ErichsenLe Harstad reste positionné à Tromsø à proximité du Sam Simon. Il est rejoint quelques heures plus tard par le NoCGV Andenes, garde-côtes, qui suivra le Sam Simon jusqu’à son départ des eaux territoriales norvégiennes le 1er juillet à environ 11h20 heure locale.

Le capitaine MacLean a remercié les autorités norvégiennes pour leur professionnalisme.

Il confirme : "Les garde-côtes norvégiens ont des dispositifs impressionnants et ont fait leur devoir de manière très professionnelle. Peut-être qu’un navire aussi âgé et peu entretenu comme le Winter Bay, portant un pavillon de complaisance et transportant des produits issus d’espèces sauvages en voie de disparition – comme de l’ivoire ou des ailerons de requins – pourrait être sujet au même niveau de surveillance que nous l’avons pu être. Cela serait une utilisation bien plus pertinente de l’argent des contribuables norvégiens".

Sea Shepherd va continuer sa surveillance du Winter Bay et de sa cargaison, dont le trajet doit inclure le passage glacial entre la Russie, le Pôle Nord et le Japon.

"Je ne pense pas que Saint-Christophe-et-Niévès soit particulièrement regardant au sujet de la sécurité à bord de ces navires âgés", déclare le capitaine MacLean. "Il serait intéressant de connaître les recommandations faites par l’état du pavillon en amont du voyage arctique vers le japon via le passage du Nord-Est. Rappelons qu’il s’agit d’une minuscule nation caribéenne, située à des dizaines de milliers de milles nautiques des conditions extrêmes de l’Arctique".

Un avion de surveillance de la force aérienne royale norvégienne passe au dessus du Sam Simon - Photo: Giacomo GiorgiUn avion de surveillance de la force aérienne royale norvégienne passe au dessus du Sam Simon - Photo: Giacomo Giorgi Le Winter Bay, actuellement à Tromsø, transporte 1700 tonnes de viande de Rorqual commun, espèce en voie de disparition, au Japon - Photo: Giacomo GiorgiLe Winter Bay, actuellement à Tromsø, transporte 1700 tonnes de viande de Rorqual commun, espèce en voie de disparition, au Japon
Photo: Giacomo Giorgi
 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact