Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Jeudi, 16 Juillet 2015 04:35

Campagne 2015 contre le braconnage des puffins au Cap Vert

Un volontaire de Biosfera examine un puffin juvénile - Photo: Jo WatmoreUn volontaire de Biosfera examine un puffin juvénile - Photo: Jo WatmoreSea Shepherd Global, soutenu par Biosfera 1, une ONG locale, a lancé sa campagne 2015 contre le braconnage des puffins au Cap Vert, en Afrique de l’Ouest.

Le but de cette campagne est de protéger les populations vulnérables de puffins du Cap Vert (Calonectris edwardsii) des effets dévastateurs du braconnage.

De juillet à septembre, le navire de Sea Shepherd, le Jairo Mora Sandoval, maintiendra une présence continue dans les eaux à proximité de Raso, un îlot du Cap Vert, où son équipage prendra des mesures anti-braconnage en cohérence avec les lois de conservation.

Raso est la plus grande réserve marine du Cap Vert et fait partie intégrante de la biodiversité de la région. Elle abrite également la plus importante colonie de puffins de l’archipel.

Une fois rejoint leur lieu de nidification entre fin février et mars, les oiseaux nichent dans des cavités creusées dans les falaises et les récifs, ou sous de gros rochers. Chaque couple de puffins n’élève qu’un seul petit.

Les oiseaux sont particulièrement exposés et faciles à approcher lorsqu’ils se trouvent dans leur nid. À cette époque de l’année, les braconniers se rendent sur l’île et tuent les gros poussins, encore couverts de leur duvet, pour se nourrir ou par appât du gain.

Les années passées, les jeunes puffins ont été braconnés par milliers, le record allant jusqu’à 6000 poussins braconnés en un été. Sans surprise, la population des puffins du Cap Vert est en déclin, et l’espèce est répertoriée comme quasi menacée sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conversation de la nature (UICN).

C’est la deuxième année consécutive que Sea Shepherd et Biosfera 1, qui maintient une présence continue à Raso depuis 2007, s’associent pour soutenir les opérations de lutte contre le braconnage dans l’archipel.

Le responsable du Jairo Mora Sandoval, Ryan Jones, a déclaré : "Grâce à la pression constante induite par notre présence, et grâce aux activités de documentation et de surveillance menées dans l’archipel dans le cadre de notre opération anti-braconnage, nous avons déjà pu observer de la part du gouvernement une volonté de faire respecter les lois maritimes et de conservation dans la réserve".

Récemment, le gouvernement du Cap Vert a également autorisé le Jairo Mora Sandoval à installer deux postes d’amarrage permanents dans deux réserves marines intégrales du Cap Vert, à Raso et Santa Luzia.

"Ces postes d’amarrage permettront au Jairo Mora Sandoval de rester plus longtemps sur le terrain, d’optimiser notre présence sur place et de mieux faire respecter les lois de conservation" a déclaré Jones.

Un poste d’amarrage qui permettra aux équipes d’optimiser leur présence sur place et de mieux faire respecter les lois de conservation - Photo: Ryan JonesUn poste d’amarrage basé sur l'île de Razo qui permettra aux équipes d’optimiser leur présence sur place et de mieux faire respecter les lois de conservation - Photo: Ryan Jones

Les équipes de Biosfera et de Sea Shepherd arrivant sur l'île de Razo pour le lancement de la campagne - Photo: Jo WatmoreLes équipes de Biosfera et de Sea Shepherd arrivant sur l'île de Razo pour le lancement de la campagne - Photo: Jo Watmore

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact