Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Mercredi, 22 Juillet 2015 06:57

Des ressortissants américain et allemand risquent 2 ans d’emprisonnement aux îles Féroé

Le ressortissant allemand, Tom Strerath, risque 2 ans d'emprisonnementLe ressortissant allemand, Tom Strerath, risque 2 ans d'emprisonnementSusan Larsen, qui vit à San Francisco, aux États-Unis, et Tom Strerath, qui vient de Brême, en Allemagne, risquent jusqu’à deux ans de prison s’ils sont reconnus coupables d’avoir violé la loi féringienne de chasse aux globicéphales.

Ces volontaires de Sea Shepherd ont été arrêtés lundi matin suite à une tentative de grindadráp (cette chasse tristement célèbre qui consiste au rabattage de cétacés dans les îles Féroé pour les massacrer), au nord de Klaksvík, dans le nord-est de l’archipel.

Les autorités féringiennes ont pour le moment indiqué que les volontaires de Sea Shepherd tomberaient sous le coup de la Section 9 de la loi. Toutefois, malgré les demandes de leur avocat pour obtenir de plus amples informations, la police n’a fourni aucun autre détail quant à la nature exacte des charges qui pèseront contre eux.

Ils sont convoqués au tribunal ce jeudi 23 juillet, à 9h30 heure locale, à Tórshavn.

Susan Larsen, qui pilotait le bateau rapide Farley de Sea Shepherd au moment de son arrestation, et Tom Strerath, le navigateur, participent à l’Opération Sleppid Grindini, campagne lancée par Sea Shepherd en 2015 visant à défendre les globicéphales.

La responsable des équipes à terre de l’Opération Sleppid Grindini, Rosie Kunneke, est persuadée que l’incapacité de la police à fournir les accusations retenues contre Susan Larsen et Tom Strerath démontre bien que les autorités ne possèdent aucune preuve quant à un quelconque acte répréhensible commis par les deux volontaires.

"Les autorités féringiennes ont manifestement envie d’impressionner en appliquant leurs lois, récemment renforcées, mais, pour l’instant, elles n’ont pas été capables de fournir de quelconques preuves pouvant soutenir les accusations contre Susan et Tom", a déclaré Rosie Kunneke.

Les arrestations ont eu lieu lundi matin, à environ 9h00 heure locale. Le navire Sam Simon de Sea Shepherd et le Farley surveillaient une flottille d’une quinzaine de bateaux locaux faisant route vers le nord, au large de la plage de Klaksvík, où de nombreux massacres ont déjà été perpétrés. Le navire de la marine danoise HDMS Triton se trouvait également dans les environs.

Susan Larsen, vivant à San Francisco aux États-Unis, risque 2 ans d'emprisonnement - Photo: Andrew CorrellSusan Larsen, qui vit à San Francisco aux États-Unis, risque 2 ans d'emprisonnement
Photo: Andrew Correll
Bien que les navires de Sea Shepherd n'aient pas aperçu de globicéphales à proximité, l’activité accrue de bateaux locaux est en général le signe du lancement d’une chasse.

Peu de temps après, la flottille interrompait sa route vers le nord, entraînant l’arrêt du Sam Simon et du Farley. Le Farley se situait à environ un mille nautique à bâbord du Sam Simon.

La police féringienne a alors accosté le petit bateau et a procédé à l’arrestation des deux volontaires.

Au moment de ces arrestations, le Triton s’était positionné entre le Sam Simon et le Farley, de façon à ce que le petit bateau ne soit plus visible par l’équipage du Sam Simon. Le navire de la marine danoise a ensuite confisqué le Farley pour le confier aux autorités féringiennes, qui le détiennent encore pour le moment.

"Même si je suis frustré qu’on ait été arrêtés et que la police ait saisi le Farley, j’espère que cet incident attirera l’attention sur le sort qui est réservé aux globicéphales et autres cétacés dans les îles Féroé", a déclaré Susan Larsen. "J’ai été consternée de voir que nos arrestations se faisaient avec l’aide de la marine danoise. Ça démontre clairement que le Danemark, une nation officiellement opposée à la chasse à la baleine, n’est pas seulement complice du massacre de baleines, mais qu’il s’est aussi profondément engagé à s’assurer que les grinds puissent se dérouler avec succès."

Depuis des centaines d’années, les habitants des îles Féroé, sous protectorat danois, rabattent dans des eaux peu profondes des globicéphales et autres plus petits cétacés au cours de leur migration avant de les massacrer. Le grindadráp constitue le plus important massacre de mammifères marins d’Europe et est largement critiqué, car considéré comme cruel et inutile.

"Alors que le reste de l’Europe protège les globicéphales, ces mammifères continuent à se faire massacrer dans les îles Féroé, avec l’aide du Danemark", a déploré Tom Strerath. "Je suis content que nos arrestations aient attiré l’attention sur le grindadráp et j’espère que cela poussera d’autres ressortissants européens à prendre position contre cette tradition barbare, qui se déroule vraiment juste à côté de nous."

Le Capitaine Adam Meyerson du Sam Simon a félicité Susan Larsen et Tom Strerath pour la façon dont ils avaient géré cette épreuve : "Susan et Tom sont restés calmes et concentrés pendant leurs arrestations. Je suis fier qu’ils soient restés forts face au harcèlement qu’ils ont subi de la part de la police féringienne, qui les accuse du crime ridicule de protéger des mammifères marins."

Sea Shepherd dénonce et s’oppose au grindadráp depuis le début des années 1980.

L’Opération Sleppid Grindini est la sixième campagne de défense des globicéphales lancée par Sea Shepherd dans la région.

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact