Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Vendredi, 14 Août 2015 05:03

Des volontaires de Sea Shepherd contraints à se rendre au poste de police pour une expulsion anticipée des îles Féroé

Les quatre volontaires ont été maintenus en détention préventive jusqu’à leur expulsion - Photo: Thomas Michael HellierLes quatre volontaires ont été maintenus en détention préventive jusqu’à leur expulsion
Photo: Thomas Michael Hellier
Quatre volontaires de Sea Shepherd ont été expulsés des îles Féroé tôt ce matin, sous le couvert de l’obscurité.

À environ 3h30, heure locale, la responsable des équipes à terre de Sea Shepherd, Rosie Kunneke d’Afrique du Sud ainsi que le Belge Christophe Bondue, l’Italienne Marianna Baldo et le luxembourgeois Kevin Schiltz, ont dû monter à bord d’un ferry à Tórshavn, en partance pour Hirchalls, au Danemark, escortés par trois policiers en civil.

Une semaine auparavant, ces quatre volontaires avaient été reconnus coupables d'avoir violé la loi féringienne régissant la chasse aux globicéphales ainsi que d’atteinte à l’ordre public, pour avoir tenté d’empêcher le 23 juillet dernier le massacre de plus de 250 globicéphales sur les plages de Bøur et de Tórshavn.

Les volontaires ont tous été condamnés à payer une amende comprise entre 5 000 et 35 000 couronnes danoises. À défaut de paiement, ils encouraient une peine de prison allant de 8 à 14 jours. Le procureur avait également engagé une procédure d’expulsion des îles Féroé des membres de Sea Shepherd. La défense a immédiatement fait appel des condamnations et des procédures d’expulsion.

Mardi, les volontaires se sont rendus au poste de police de Tórshavn pour annoncer leur refus de payer les amendes, exigeant de purger leur peine de prison, afin d’éviter l’expulsion du territoire. "Cette procédure d’expulsion, engagée avant même que notre procédure d’appel ne soit examinée, bafoue nos droits humains fondamentaux à un procès équitable, déplore Rosie Kunneke. Il s’agit d’une autre tentative pour faire taire toute opposition au massacre des globicéphales dans les îles Féroé."

La police a répondu aux quatre volontaires que la décision finale reviendrait au service d’immigration danois et que la demande devait être formulée par écrit.

Jeudi après-midi, Rosie Kunneke, Christophe Bondue, Marianna Baldo et Kevin Schiltz ont appris que l’appel contre leur expulsion avait été rejeté et qu’ils seraient expulsés des îles Féroé dès le lendemain. La police leur a ordonné de venir au poste de police de Tórshavn jeudi soir, afin de leur fournir les derniers détails concernant leur expulsion, et notamment l’heure à laquelle elle aurait lieu.

Rosie Kunneke d'Afrique du Sud Christophe Bondue de Belgique Marianna Baldo d'Italie Kevin Schiltz du Luxembourg
(de gauche à droite) Rosie Kunneke, Christophe Bondue, Marianna Baldo et Kevin Schiltz

Comme exigé, les quatre volontaires de Sea Shepherd se sont rendus au poste de police de Tórshavn à 18h35, heure locale, le 13 août. À leur grande surprise, ils ont été immédiatement placés en état d’arrestation pour leur future expulsion.

Ils ont été maintenus en détention préventive jusqu’à leur expulsion, environ 9 heures plus tard. La communication étant restreinte, ils ont juste eu le droit d’établir une liste de leurs affaires personnelles afin que ces dernières soient récupérées avant leur départ, et d’écrire une lettre brève aux autres volontaires toujours sur le terrain.

Les volontaires ont été embarqués tôt dans la matinée pour être expulsés - Photo: Mayk WendtTôt dans la matinée, les quatres volontaires ont été embarqués dans un ferry pour être expulsés
Photo: Mayk Wendt
Dans sa lettre adressée à un autre volontaire de Sea Shepherd, Christophe Bondue a écrit : "[…] continuez le combat ! Ce n’est que le début !"

"Les autorités danoises font preuve de désespoir et d’un manque flagrant de prudence dans leurs tentatives visant à réduire Sea Shepherd au silence", a déclaré le Capitaine Alex Cornelissen, directeur général de Sea Shepherd Global. "La vérité quant aux affaires louches que le gouvernement danois mène de concert avec les îles Féroé et aux extrémités auxquelles il est prêt à recourir pour protéger le massacre de cétacés qui s’y déroule en ce moment, n’a jamais été aussi proche d’éclater. Il ne fait aucun doute que le Danemark a ressenti la forte pression de la condamnation de la communauté internationale, scandalisée par ses arrangements vis-à-vis de la réglementation européenne et du droit international, et c’est précisément la raison pour laquelle nous allons continuer à faire pression sur le pays et à montrer au monde entier les crimes honteux commis aux îles Féroé."

Depuis le début de l’année, 12 volontaires de Sea Shepherd, représentant le Royaume-Uni, l’Italie, la France, les Pays-Bas, la Belgique, l’Allemagne, le Luxembourg et les États-Unis, ont été arrêtés aux îles Féroé. Tous ont été accusés de "crime" pour avoir tenté de s’interposer dans la chasse au rabattage de globicéphales et autres petits cétacés, connue sous le nom de grindadráp.

Le grindadráp constitue le plus grand et le seul massacre de mammifères marins d’Europe. Au total, 490 globicéphales ont été massacrés en 5 grindadráps cette année, qui ont tous eu lieu depuis juin.

Sea Shepherd s’oppose au grindadráp depuis le début des années 1980 et se trouve actuellement aux îles Féroé pour sa sixième campagne de défense des globicéphales, l’Opération Sleppid Grindini.

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact