Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Lundi, 31 Août 2015 04:25

Les Gardiens de la Baie de Sea Shepherd sont à Taiji pour le lancement le 1er septembre de l’Opération Henkaku

Sea Shepherd retourne dans la baie pour une sixième saison afin de documenter et d’exposer la capture cruelle et le massacre des cétacés à Taiji au Japon

Operation HenkakuLa première équipe internationale de Gardiens de la Baie volontaires de Sea Shepherd est sur le terrain, à Taiji, Japon pour le lancement officiel de l’Opération Henkaku (Opération Métamorphose), la sixième campagne consécutive de défense des dauphins de Sea Shepherd. L’équipe est arrivée à Taiji pendant le weekend et est sur le terrain pour la saison de chasse qui débute le 1er septembre.

Les Gardiens de la Baie seront une nouvelle fois présents pendant les six mois que dure la saison de chasse, du 1er septembre jusqu’au mois de mars. Ils documenteront et retransmettront en direct chaque capture et chaque mise à mort de dauphins et de petites baleines, afin de mettre une pression constante sur le Japon pour que cesse enfin ce carnage. Chaque année, cette chasse menée par le syndicat des pêcheurs de Taiji consiste à rabattre et piéger plus d’un millier de cétacés, des groupes entiers, dans la baie de la mort. Une fois retenus par des filets dans les eaux peu profondes, les dauphins ou petites baleines font face à une mort brutale sous les yeux de leur famille ou à une capture violente dont l’issue est l’emprisonnement à vie. Ces dernières années, cette chasse a suscité l’indignation générale et une tempête médiatique sans précédent, grâce, en grande partie, aux efforts des Gardiens de la Baie de Sea Shepherd : le seul groupe présent sur le terrain, à Taiji, pendant toute la saison de chasse et ce, chaque année depuis 2010.

Industrie de la captivité des cétacés

Cette saison, la campagne de Sea Shepherd aura à cœur de sensibiliser le monde et de pointer du doigt le lien inextricable qui existe entre le massacre de Taiji et le marché mondial de la captivité. Beaucoup pensent que la vente de viande de dauphin pour la consommation humaine, seule, ne suffirait pas à maintenir la rentabilité de cette chasse. Depuis longtemps, Sea Shepherd soutient que c’est bien le commerce international particulièrement lucratif des cétacés vivants pour la captivité qui est le moteur économique de cette chasse et qui pousse les bateaux de chasse à quitter chaque jour le port de Taiji en quête de dauphins à rabattre vers la baie. En mai de cette année, l’Association japonaise des zoos et aquariums (JAZA), sous la pression de l’Association mondiale des zoos et aquariums (WAZA) et sa menace de radiation, a voté pour interdire à ses aquariums membres l’achat de cétacés capturés à Taiji. Même si cette décision de JAZA ne met pas un terme à la chasse, c’est une étape importante qui va permettre de réduire la demande en cétacés capturés à Taiji qui, jusque-là, finissaient leur vie en captivité au Japon ou à l’étranger. Cependant, il est impératif que la demande mondiale en dauphins et cétacés captifs cesse enfin. Un seul dauphin captif dressé pouvant se vendre jusqu’à 250 000 $, on devine aisément les motivations économiques qui poussent les chasseurs à proposer ces mammifères marins sauvages au marché de la captivité.

Quotas du syndicat des pêcheurs de Taiji

Les quotas, que le syndicat des pêcheurs de Taiji s’est auto-attribué, permettent la capture et l’abattage de 1873 cétacés au total pendant la saison de chasse 2015-2016. Ce chiffre comprend : 462 grands dauphins, 450 dauphins bleus et blancs, 400 dauphins tachetés pantropicaux, 256 dauphins de Risso, 134 dauphins à flancs blancs du Pacifique, 101 globicéphales et 70 fausses orques(Pseudorca).

Les Gardiens de la Baie en train de documenter la sélection de dauphins à flancs blancs par l'industrie de la captivitéLes Gardiens de la Baie en train de documenter la sélection de dauphins à flancs blancs par l'industrie de la captivité"Comme Sea Shepherd le fait chaque année depuis 2010, nous continuerons de documenter et de diffuser en direct les images de la baie pour exposer ce massacre barbare qui décime des groupes entiers de dauphins et de petites baleines. Le travail de nos Gardiens de la baie a permis au monde d’ouvrir les yeux et depuis, des voix s’élèvent pour dire que le Japon n’a aucun droit de prélever ces cétacés sauvages pendant leur migration," a rappelé David Hance, coordinateur de campagne de Sea Shepherd. "Cette année, nous mettrons davantage l’accent sur le rôle de l’industrie de la captivité dans ce massacre. Les aquariums, les parcs marins et tous les établissements de par le monde qui détiennent des cétacés captifs ont du sang sur les mains. Sea Shepherd est persuadé que mettre fin à la demande mondiale en dauphins et cétacés captifs finira par mettre un terme à cette chasse pratiquée à Taiji."

Les Gardiens de la Baie interdits d’entrée au Japon

Le jeudi 27 août, Karen Hagen, volontaire norvégienne de Sea Shepherd a été arrêtée par les services d’immigration japonais dès son arrivée à Fukuoka, au Japon, par le ferry provenant de Busan, en Corée du Sud. Après un interrogatoire de deux heures et une détention de plus de six heures, elle s’est vue refuser l’entrée dans le pays et a été expulsée vers la Corée du Sud. Les agents de l’immigration n’ont eu de cesse de changer les motifs justifiant ce refus d’entrée et quand ceux-ci ont tous été réfutés, ils ont été dans l’impossibilité de fournir une explication valable. Pendant le weekend, une autre volontaire chevronnée, Linda Trapp des États-Unis, s’est également vue refuser l’entrée au Japon par des agents qui ont considéré que le motif de visite de Linda n’était pas lié au tourisme. L’année dernière, plusieurs Gardiens de la Baie des saisons passées avaient déjà été arrêtés et renvoyés chez eux dès leur arrivée dans le pays. Aucun motif n'a été donné pour justifier ces interdictions mais le Japon continue d'avancer que les volontaires avec des visas de tourisme ne sont pas des touristes.

Du point de vue de Sea&nsp;Shepherd, ces interdictions sont la preuve que le Japon cherche de plus en plus désespérément à dissimuler les actes honteux des chasseurs de dauphins de Taiji. C’est aussi le signe que les autorités japonaises prennent conscience de l’efficacité de Sea Shepherd à exposer cette pratique cruelle au monde. "Malgré ces refus d’entrée, nos Gardiens de la Baie seront sur le terrain et ce, pendant toute la saison," a ajouté Hance. "Les volontaires de Sea Shepherd sont des personnes impliquées et motivées qui viennent du monde entier à Taiji avec la volonté tenace de mettre fin au massacre. Le Japon ne pourra pas arrêter un mouvement animé par la compassion."

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact