Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Mercredi, 30 Septembre 2015 18:13

L’Opération Henkaku : Septembre 2015

Graham, Mary et Wayne – trois des volontaires de l’Opération Henkaku de Sea Shepherd - Photo : Sea ShepherdGraham, Mary et Wayne – trois des volontaires de l’Opération Henkaku de Sea Shepherd
Photo : Sea Shepherd
Le mois de septembre tire à sa fin et les Gardiens de la Baie font le point au terme du premier mois de l’Opération Henkaku de Sea Shepherd avant de se préparer pour les cinq prochains mois de cette campagne émotionnellement épuisante. Sea Shepherd sera présente tout au long des six mois de chasse au rabattage afin d’exposer au monde entier les atrocités se déroulant à Taiji au moyen de reportages en temps réel, de documents photo et vidéo ainsi que de diffusions en direct.

Le Japon s’efforce de dissimuler les effusions de sang

De nouveau cette saison, des Gardiens de la Baie se sont vu refuser l’entrée au Japon par les services d’immigration, ou ont été expulsés du pays sans raison officielle. La norvégienne Karen Hagen, membre d’équipage chevronnée et responsable des équipes à terre, et l’américaine Linda Trapp, Gardien de la Baie volontaire pour la deuxième fois, ont été détenues, interrogées et retenues pendant des heures avant d’être expulsées du Japon.

Sea Shepherd considère ces refus comme une tentative du gouvernement japonais, de plus en plus désespéré, de dissimuler aux yeux du monde le massacre cruel des dauphins sauvages et des petites baleines à Taiji. Malgré tous les obstacles rencontrés, Sea Shepherd a une équipe de Gardiens de la Baie présente sur le terrain depuis le lancement de la saison de chasse le 1er septembre et continue à observer et à documenter les actions scandaleuses du Syndicat des pécheurs de Taiji.

Premier massacre de la saison – les dauphins de Risso

Des chasseurs à Taiji traînent un dauphin de Risso pour l’abattre - Photo : Sea ShepherdDes chasseurs à Taiji traînent un dauphin de Risso pour l’abattre - Photo : Sea Shepherd La saison 2015-2016 a commencé avec une période de dix jours consécutifs de tranquillité au cours de laquelle aucun groupe de dauphins n’a été capturé ou tué. Jour après jour, les chasseurs ont été contraints de laisser leurs bateaux au port de Taiji en raison des conditions météorologiques, ou bien ils sont rentrés bredouilles faute de trouver des victimes à harceler et à tuer, malgré leur recherche effrénée de dauphins sauvages ou de petites baleines.

Malheureusement, dès le 11 septembre dernier, 10 magnifiques dauphins de Risso ont perdu la vie. Les membres du groupe paniqués se sont battus pour survivre, mais après un rabattage stressant dans les eaux peu profondes, ils se sont jetés contre les rochers le long de la baie en désespoir de cause.

Un dauphin de Risso a réussi à sauter par-dessus les filets à l’intérieur de la baie et a fini par s’échouer. Les tueurs sans pitié n’ont montré aucune compassion et ont traîné le dauphin en détresse dans l’eau vers un destin inéluctable. Aucun membre du groupe n’a été épargné.

De la Baie à la captivité : capture de grands dauphins

Le 19 septembre dernier, un groupe d’environ 80 grands dauphins a été victime du moteur économique réel de la chasse au rabattage –  l’industrie de la captivité. Lorsque les tueurs de Taiji repèrent un groupe de grands dauphins, ils savent que la journée va être lucrative, étant donné que cette espèce est la plus rentable et donc, la plus recherchée au sein du commerce international de la captivité. Une fois que le groupe a été pris au piège dans les filets, une procédure brutale de sélection pour la captivité a eu lieu et 18 dauphins sauvages ont été capturés.

Des grands dauphins pris de panique se serrent les uns contre les autres lors de la sélection pour la captivité - Photo : Sea ShepherdDes grands dauphins pris de panique se serrent les uns contre les autres lors de la sélection pour la captivité - Photo : Sea ShepherdLes membres restants du groupe ont été confinés dans la baie toute la nuit sans nourriture ni abri – pratique courante dans la chasse cruelle à Taiji – et ont dû affronter des heures de sélection pour la captivité le lendemain, 20 septembre. Au total, 50 grands dauphins ont été arrachés de leur famille décimée et de l’océan, puis transférés dans des enclos au port de Taiji où ils doivent s’attendre à toute une vie d’emprisonnement dans des installations de captivité au Japon ou à l’étranger.

Les dauphins qui n’ont pas été sélectionnés pour la captivité ont été relâchés en mer, probablement traumatisés, stressés et éventuellement blessés à la suite des deux jours d’enfer qu’ils ont vécus dans la baie et après avoir perdu la majeure partie de leur famille. La plupart de ces 28-30 dauphins étaient de jeunes mammifères qui ont peu de chances de survivre sans la protection de leur mère et du groupe. Sea Shepherd a fait état dans le passé de corps de dauphins échoués sur le rivage une fois relâchés dans l’océan.

Les tueurs dépasseront-ils à nouveau leur quota de dauphins de Risso cette année ?

Lors du second massacre de la saison, le 23 septembre, un autre groupe de dauphins de Risso a été cyniquement décimé par les chasseurs. Un dauphin, paralysé par la peur et l’épuisement, s’est noyé avant que les tueurs n’aient été en mesure de l’abattre. Les 10 autres membres du groupe ont été rapidement conduits au cœur de la baie et impitoyablement tués.

Cette saison, les chasseurs se sont octroyés un quota de 256 dauphins de Risso. L’an dernier, le quota de 265 a été dépassé, sans tenir compte des conséquences sur les populations de Risso. Il reste à voir si les tueurs dépasseront une fois de plus leur quota, dépassement pour lequel ils n’ont jamais subi de pénalité de la part du Japon. Non seulement la chasse au rabattage de Taiji est incroyablement cruelle, mais elle entraînera très probablement l’extinction de nombreuses espèces de dauphins dans ces eaux.

Une autre période de paix dans la Baie

Un grand dauphin est pris au piège dans les filets - Photo : Sea ShepherdUn grand dauphin est pris au piège dans les filets - Photo : Sea ShepherdÀ la suite du massacre du 23 septembre, pas une goutte de sang n’est venue entacher les eaux bleues de la baie pendant sept jours consécutifs, les pluies torrentielles retenant les bateaux au port le 24 septembre et les chasseurs revenant bredouilles le reste du mois.

Pour autant, même si tout est tranquille certains jours dans la Baie, les volontaires de Sea Shepherd sont toujours présents et gardent un œil vigilant sur les dauphins en captivité dans les enclos du port de Taiji. Leur présence est un rappel constant que bien qu’il n’y ait pas de massacres ou de captures un jour durant, cette chasse ne se terminera qu’une fois que la demande mondiale pour les baleines et les dauphins en captivité prendra fin. Sea Shepherd est d’avis que la vente de viande de dauphin aux fins de consommation humaine n’est pas l’unique raison du maintien de la chasse au rabattage étant donné que la demande pour la viande de dauphin et de baleine continue à atteindre un niveau historiquement bas.

C’est pourquoi cette saison, en plus de continuer de documenter et de diffuser en direct chaque capture et abattage en vue d’exercer une pression continue sur le Japon, Sea Shepherd mettra davantage l’accent sur la sensibilisation vitale du lien inextricable qui existe entre l’abattage à Taiji et la captivité des cétacés dans le monde entier. Nous vous demandons de nous soutenir ainsi que nos Gardiens de la Baie dans nos efforts pour briser le cercle vicieux "De Taiji aux aquariums."

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact