Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Mercredi, 25 Novembre 2015 17:51

Le triste sort d’un globicéphale attaché et noyé par des pêcheurs de Taiji

Un groupe de globicéphales rabattu dans la tristement célèbre baie de Taiji le 19 novembre (heure locale) a subi un traumatisme long de 3 jours, pendant lesquels les cétacés n’ont eu accès à aucune nourriture ni aucun abri. L’un a été fait captif, tandis que les autres ont été tués ou rejetés à la mer.

Du sang visible sur les gants d’un des tueurs de globicéphales - Photo : Sea ShepherdDu sang visible sur les gants d’un des tueurs de globicéphales
Photo : Sea Shepherd
Les Gardiens de la Baie volontaires de Sea Shepherd ont capturé une vidéo au contenu insoutenable : des pêcheurs de la tristement célèbre baie de Taiji ont attaché et noyé un globicéphale. Les supporteurs de l’organisation indignés, ont réagi sur les réseaux sociaux. Cette vidéo au contenu extrêmement violent, vue plus de 250 000 fois sur Facebook, peut être visionnée ci-dessous.

Ce globicéphale faisait partie d’un grand groupe composé d’environ 69 à 74 individus, qui ont été rabattus dans la baie le 19 novembre (heure locale). Après le long et stressant processus de rabattage dans ces eaux peu profondes − durant lequel les globicéphales se sont battus pour leur liberté et ont été séparés en 2 groupes distincts alors qu’ils tentaient en vain d’échapper aux bateaux de pêcheurs − le groupe a dû faire face à 3 jours de confinement dans la baie, sans nourriture ni abri. À la nuit tombée, les Gardiens de la Baie de Sea Shepherd sont restés sur place, pour filmer les globicéphales tout au long de la nuit. Le 20 novembre (heure locale), le violent processus de capture et de massacre a débuté. Protectrice, la matriarche a été attachée afin qu’elle ne puisse pas interférer avec le massacre de l’ensemble de sa famille. Au bout de 3 heures, 11 globicéphales étaient tués, tandis que l’un était violemment attiré sous les bâches pour être ensuite mené aux enclos du port de Taiji, condamné à une vie en captivité.

Après avoir passé la nuit blottis les uns contre les autres, les cétacés ont continué à affronter l’horreur le 21 novembre (heure locale) lorsque, en 4 heures, 21 globicéphales supplémentaires ont été tués. Les Gardiens de la Baie de Sea Shepherd ont clairement entendu et vu l’un des globicéphales pousser des cris de détresse alors qu’il nageait dans des eaux devenues rouges du sang de sa propre famille. Impitoyables, les pêcheurs ont ignoré ces cris de détresse et ont poursuivi leurs actes de torture le lendemain sur ces cétacés sociables et hautement intelligents.

Des globicéphales piégés dans les filets - Photo : Sea ShepherdDes globicéphales piégés dans les filets
Photo : Sea Shepherd
Le matin du 22 novembre (heure locale), Sea Shepherd a vu les cadavres de plusieurs globicéphales flotter le long des filets qui bordaient la baie. Au moins cinq membres du groupe avaient apparemment succombé dans la nuit à la violence et au traumatisme d’avoir assisté à la mort brutale de leur famille, et s’étaient noyés. Cela n’a pas empêché les pêcheurs de poursuivre leurs actes de torture, allant encore plus loin dans la brutalité qu’au cours des deux jours précédents.

L’un des globicéphales − qui semblait avoir déjà été harponné par les pêcheurs, saignant abondamment (comme on le voit sur la video) et à peine capable de rester à la surface de l’eau − a réussi brièvement à s’échapper des bâches et tente de trouver une échappatoire dans les rochers qui bordent la baie, avant de finalement être rattrapé par un pêcheur sans pitié, en combinaison de plongée, qui le ramène de force jusqu’aux bateaux.

La vidéo filmée par les Gardiens de la Baie de Sea Shepherd révèle les terribles actes menés par ces pêcheurs et le désespoir poignant de ce globicéphale mourant, qui a été attaché par ses nageoires au flanc de l’un des bateaux de pêche et abandonné sans merci à sa propre mort par noyade, levant encore une fois le doute sur ce mensonge que les pêcheurs de Taiji voudraient faire croire au public, à savoir que ces animaux sont tués de manière rapide et sans cruauté.

Les corps de 2 globicéphales sont attachés à un skiff - Photo : Sea ShepherdLes corps de 2 globicéphales sont attachés à un skiff - Photo : Sea ShepherdQuatorze globicéphales ont été tués en ce dernier jour du 22 novembre. Quarante-six membres de ce groupe ont au total été massacrés. L’un a été capturé, tandis que les membres restants de cette famille brisée ont été reconduits au large, malgré leurs blessures. Ces petits cétacés, des juvéniles probablement, ont été abandonnés en mer par les pêcheurs car ils n’auraient pas fourni assez de viande. Bien qu’il ne leur reste que peu de chance de survivre seuls, ces globicéphales ne seront pas pris en compte dans le quota auto-déclaré pour cette saison, qui autorise la capture ou le massacre de 1 873 cétacés (dont 101 globicéphales).

Les supporteurs de Sea Shepherd en appellent maintenant à l’ambassadrice des États-Unis au Japon, Caroline Kennedy, au secrétaire d’État américain, John Kerry, aux Nations-Unies, à la Convention sur la Conservation des Espèces Migratrices, ainsi qu’à différents autres organismes officiels et décisionnels en contact régulier avec le Japon, d’intervenir pour sanctionner l’État d’avoir ainsi autorisé une telle cruauté à se poursuivre.

"Ces globicéphales sont répertoriés comme ‘Données insuffisantes’ sur la liste rouge des espèces menacées de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). Il n’existe tout simplement pas assez d’informations sur leurs populations sauvages restantes. Les baleines et les dauphins migrateurs ne constituent pas des ‘ressources’ infinies. Ce sont des êtres vivants indispensables à l’écosystème des océans, que les nations et les agences gouvernementales du monde entier doivent protéger avant qu’il ne soit trop tard. Alors que Taiji continue à éradiquer impitoyablement des groupes entiers de globicéphales migrateurs sauvages (plusieurs générations à la fois), ils pourraient très bien être en train de conduire les globicéphales à leur extinction", a déclaré le capitaine Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd.

Le triste sort d’un globicéphale attaché et noyé par des pêcheurs de Taiji
 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact