Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Dimanche, 13 Décembre 2015 07:18

Épilogue du conte de fées de la COP 21

Par le capitaine Paul Watson

Photo : AFP / Miguel MedinaVoici ce qui n’a pas été discuté à la COP 21 :

1. L’impact de la pêche industrielle sur l’appauvrissement de la biodiversité. La diminution de 40% du phytoplancton dans les océans qui a engendré une raréfaction de l’oxygène et du zooplancton qui séquestre le carbone. Une solution serait de couper toutes les aides gouvernementales (autour de 76 millions d’euros annuels) qui soutiennent la pêche industrielle et le massacre des êtres vivants marins. Rien n’a été évoqué au sujet du blanchiment des coraux et du phénomène de réduction des écosystèmes coralliens qui s’accélère. Rien au sujet de l’acidification des océans. Rien au sujet de la pollution plastique dans les océans.

En fait, l'état actuel du monde marin n’a quasiment pas été discuté.

2. Les conséquences de l’agriculture animale sur le changement climatique, c’est-à-dire le fait que le massacre annuel de 65 milliards de bêtes (sans compter les poissons) contribue plus à l’augmentation des gaz à effet de serre chaque année que l’industrie mondiale des transports en commun. (un végétalien au volant d’un 4X4 émet moins de gaz à effet de serre qu’un mangeur de viande sur un vélo) Les seules allusions aux industries de la viande et du poisson concernaient les stands de hamburgers et de fish and chip de la COP 21.

3. La catastrophe écologique que représente la destruction de la forêt tropicale amazonienne et des autres écosystèmes des forêts humides dans le monde ainsi que le génocide des peuples indigènes.

4. Personne n’a parlé de l’augmentation frénétique de la population mondiale qui accroît de fait le niveau de consommation des ressources.

5. Pas de discussion relative à la place de la nature aux Nations Unies.

Le fait est que les pays riches veulent rester riches et les pays pauvres veulent devenir riches.

Et le pire dans tout ça, c’est que cet accord ne comprend aucune obligation. Comme pour tous les "accords" précédents, la réussite réside dans l’action et non dans la discussion mais le monde entier préfère parler plutôt qu’agir.

Bien sûr, les dirigeants internationaux se félicitent les uns les autres et parlent d’un événement historique. Mais les politiciens ont toujours besoin de dire à leurs électeurs qu’ils n’ont pas perdu leur temps et surtout qu’ils n’ont pas gaspillé l’argent des contribuables.

C’est la raison pour laquelle j’ai dit aux médias français que cet accord était "un conte de fées".

Il existe de vraies solutions pour contrer le changement climatique mais ce ne sont pas celles que les gens veulent entendre. Si tout le monde espère un changement, peu de personnes sont prêtes à commencer par changer elles-mêmes.

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact