Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Mercredi, 06 Janvier 2016 19:17

Recherche scientifique légitime sur les baleines

L’équipage prépare le chalut en prévision de la recherche - Photo : Jean Paul GeoffroyL’équipage prépare le chalut en prévision de la recherche
Photo : Jean Paul Geoffroy
Tandis que la flotte baleinière japonaise se dirige une fois de plus vers le Sanctuaire baleinier de l’océan Austral, les scientifiques à bord du Martin Sheen, le navire océanographique de Sea Shepherd, ont récemment effectué une campagne de recherche sur les baleines au Mexique d’une durée d’un mois. Bien que le but de ces deux démarches soit de réaliser des recherches, seuls les scientifiques à bord du Martin Sheen utilisent des méthodes non létales pour prélever les échantillons de baleines.

L’équipage du Martin Sheen a travaillé aux côtés de biologistes en milieu marin de l’Universidad Autónoma de Baja California Sur, Mexique, pour vérifier l’état du milieu marin du golfe de Californie. Les recherches scientifiques portent sur l’impact des micro-plastiques sur les rorquals communs dans le golfe de Californie. Les micro-plastiques sont des fragments de plastique (< 5 mm) qui sont de plus en plus répandus dans le milieu marin. Ils résultent principalement de la dégradation des plastiques tels que les bouteilles en plastique ou les microbilles trouvées dans les produits cosmétiques. Parmi les solutions de rechange qui réduisent la dégradation des plastiques, citons les bouteilles réutilisables ou les cosmétiques fabriqués à partir d’exfoliants naturels. On trouve souvent ces particules de plastique en abondance à la surface de la mer, précisément là où de nombreux organismes marins vivent et se nourrissent. En outre, les phtalates, le polypropylène, le polyéthylène ainsi que les polluants organiques persistants (POP), lesquels peuvent se retrouver dans la composition des micro−plastiques, s’accumulent dans la graisse de l’animal et risquent de perturber son système endocrinien.

L’équipage enregistre les données de la recherche - Photo : Jean Paul Geoffroy L’équipage enregistre les données de la recherche - Photo : Jean Paul Geoffroy Les rorquals communs comptent parmi les plus grands filtreurs de la planète et ingèrent des micro-plastiques lorsqu’ils se nourrissent. Bien que l’impact des micro−plastiques sur les baleines à fanons et sur la viabilité de la population nous est quasi inconnu, plusieurs études ont mis en évidence une augmentation du stress toxicologique chez les baleines. Il est important que ce type de recherche se poursuivre afin de mieux comprendre les effets des micro−plastiques sur les baleines à fanons au Mexique.

Bien qu’il soit important de prélever des échantillons des baleines pour les besoins de la recherche – ceci afin d’étudier la génétique et la conservation des espèces – nous avons opté pour l’utilisation de fléchettes en mousse pour effectuer les biopsies cutanées des baleines à la suite d’un consensus de l’équipage du Martin Sheen. Une fois que la fléchette est entrée en contact avec la baleine, un petit échantillon de peau et de graisse a été prélevé et la fléchette a rebondi dans l’eau. Nous avons ensuite utilisé un filet pour récupérer la fléchette et le scientifique a préparé l’échantillon en vue de le stocker dans un contenant d’azote liquide sanitaire. Outre les biopsies, des photos des baleines ont été prises aux fins d’identification, permettant ainsi aux scientifiques d’identifier les baleines à l’avenir.

Le Martin Sheen a également remorqué un petit dispositif appelé "chalut manta" servant à recueillir les petits débris dans l’eau, comme les micro−plastiques, dans différentes zones du golfe de Californie. Toutes ces techniques de collecte de données ont été réalisées avec succès et n’ont aucunement perturbé ou blessé les baleines.

Tout au long de cette campagne de recherche, notre équipe a observé différentes espèces marines telles que des rorquals communs, des globicéphales, des orques, des cachalots, une baleine à bosse, un rorqual de bryde, des grands dauphins, des dauphins communs, des requins marteaux, des raies volantes, des otaries, et des tortues vertes. Il ne fait aucun doute que le golfe de Californie abrite toute une variété d’animaux, et il est important que nous continuions à prendre des mesures pour les protéger contre les effets nocifs des micro-plastiques et de la pêche illégale, ce qui peut être accompli en recourant à des méthodes de recherche non létales.

Le Martin Sheen continue à sauvegarder les espèces sauvages dans le golfe de Californie en gardant le refuge du vaquita à l’abri des filets maillants mortels dans le cadre de l’Opération Milagro II.

Nicole D’Entremont, océanographe

Ramassage de plastiques - Photo : Jean Paul GeoffroyRamassage de plastiques
Photo : Jean Paul Geoffroy
Le navire de recherche Martin Sheen en compagnie d’une baleine dans le golfe de Californie - Photo : Mike RigneyLe navire de recherche Martin Sheen en compagnie d’une baleine dans le golfe de Californie - Photo : Mike Rigney
 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact