Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Mercredi, 10 Février 2016 06:31

La lutte contre les braconniers dans l’Antarctique se poursuit : le Kunlun, navire−braconnier de légine, retenu au Sénégal

Le Kunlun a été intercepté par le Sam Simon en février 2015 - Photo: Jeff WirthLe Kunlun a été intercepté par le Sam Simon en février 2015 - Photo: Jeff WirthLa lutte contre les braconniers dans l’océan Austral se poursuit avec l’annonce que les autorités sénégalaises, en Afrique de l’Ouest, ont intercepté le navire-braconnier de légine, Kunlun, qui était recherché au niveau international.

Selon le rapport, le Kunlun avait auparavant falsifié son immatriculation et déclaré l’Indonésie comme État du pavillon. Ceci a permis de retenir le navire au Sénégal pour des formalités concernant sa certification et son État du pavillon.

Sur les six navires-braconniers de légine connus, nommés les “6 bandits” par Sea Shepherd, cinq ne sont plus en activité. Seul un navire, le Viking, reste introuvable.

Le Steve Irwin, le navire amiral de la flotte Sea Shepherd, va désormais poursuivre son action contre le Viking dans le cadre de sa campagne de défense de l’océan Austral en cours, l’Opération Icefish 2015-16.

Sid Chakravarty, le capitaine du Steve Irwin a déclaré : "l’engagement continu et fort des autorités publiques à travers le monde, annoncé par les dispositions du projet à grande échelle d’Interpol, ont permis d’intercepter un autre navire−braconnier de légine. La coopération internationale, à laquelle les deux campagnes de Sea Shepherd dans l’océan Austral ont donné l’impulsion, a permis de réduire à néant les organisations du crime organisé qui gèrent ces navires. La coopération entre différentes entités est la façon la plus efficace de lutter contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN)."

Le Kunlun a de nombreux précédents de pêche INN et il aurait des liens avec l’organisation criminelle espagnole Vidal Armadores.

En février 2015, Le Sam Simon a poursuivi le Kunlun pendant huit jours, l’obligeant à quitter son terrain de chasse dans l’océan Austral - Photo: Jeff WirthEn février 2015, Le Sam Simon a poursuivi le Kunlun pendant huit jours, l’obligeant à quitter son terrain de chasse dans l’océan Austral - Photo: Jeff WirthEn janvier 2015, ce navire a été l’un des trois navires de pêche illégale à avoir impudemment pêché en présence de la marine néo−zélandaise après avoir été pris en train d’utiliser des filets maillants de fond dans les eaux australiennes dans l’océan Austral.

En février 2015, le Kunlun a de nouveau été intercepté dans les eaux australiennes, cette fois par le navire de Sea Shepherd, Sam Simon, qui était alors commandé par le capitaine Chakravarty. Le Sam Simon a ensuite poursuivi pendant huit jours le navire-braconnier, l’obligeant à quitter son terrain de chasse dans l’océan Austral.

Le même mois, les agents des douanes australiennes sont montés à bord du Kunlun dans les eaux à proximité des îles Cocos (Keeling). Après cette opération, le navire a pu poursuivre sa route jusqu’en Asie du Sud-est avec, à bord, ses prises et son équipement illicites.

Puis, en mars, le Kunlun a été arrêté à Phuket en Thaïlande alors qu’il tentait de décharger 182 tonnes de légine de Patagonie, déclarées comme étant du mérou aux douanes thaïlandaises.

Étant donné l’application limitée des lois thaïlandaises sur les délits de pêche internationaux, le navire a pu recharger ses prises illégales et a dû rester cinq mois sur place. Dès qu’il lui a été possible, le navire a échappé aux autorités thaïlandaises et s’est enfui le 8 septembre 2015.

Depuis cette date, on s’inquiétait de savoir si le navire avait déchargé ses prises et était retourné dans l’Antarctique. Désormais, avec son arrestation au Sénégal, nous avons la confirmation que le Kunlun, rebaptisé Asian Warrior, n’est pas retourné dans l’océan Austral depuis la poursuite menée par le Sam Simon en février dernier.

"Auparavant, les navires illégaux n’avaient qu’à changer de noms et d’État du pavillon, à utiliser les vides juridiques au niveau international et le manque de coopération au niveau mondial pour survivre et rester actifs" déclare le capitaine Chakravarty. Il ajoute que "savoir que le Kunlun, qui a été chassé de l’océan Austral par mon navire en février 2015 n’a pas pu reprendre ses opérations de pêche illégale, représente une satisfaction incroyable. Le travail effectué par Sea Shepherd complète, et parfois comble les lacunes du travail des gouvernements, restreints par des conventions juridiques désuètes telles que la CNUDM."

Le navire-braconnier, Kunlun, rebaptisé Asian Warrior, est désormais retenu au Sénégal - Photo: Jeff WirthLe navire−braconnier, Kunlun, rebaptisé Asian Warrior, est désormais retenu au Sénégal
Photo: Jeff Wirth

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact