Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Jeudi, 04 Février 2016 02:17

Sea Shepherd dépose une plainte pour conflit d’intérêts auprès de la CITES

Sea Shepherd dépose une plainte pour conflit d’intérêts auprès de la CITES

Gary Stokes, directeur de Sea Shepherd Asie, a déposé une plainte officielle auprès de l’organe de gestion CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction) de l’Australie, en mettant en avant un conflit d’intérêts vis−à−vis de Fishwell Consulting, une société d’études et de conseil basée en Australie.

Dans sa plainte, Gary Strokes montre du doigt deux rapports préparés par le Dr Ian Knuckey et Matt Koopman de Fishwell Consulting. En 2014, Ian Knuckey et Matt Koopman ont rédigé un rapport pour le gouvernement australien sur l’exploitation durable des espèces de requins inscrites à l’Annexe II de la CITES. Parallèlement, les scientifiques de Fishwell Consulting conseillaient Cathay Pacific Airways, une compagnie aérienne basée à Hong−Kong, sur la façon d’exporter légalement des ailerons de requins australiens sur le marché chinois.

Pour appuyer sa plainte, Gary Strokes cite deux rapports réalisés par Ian Knuckey et Matt Koopman en 2014, dont l’un a été utilisé par le ministère australien de l’Environnement pour établir un rapport sur les effets non préjudiciables de l’exportation des espèces de requins. Ce rapport est utilisé pour appuyer certaines propositions, comme celle actuellement soumise à la consultation publique pour autoriser le commerce du requin−marteau.

"Il y a clairement un conflit d’intérêts avec Fishwell Consulting ; ce conflit aurait dû empêcher le gouvernement australien de consulter une organisation avec des opinions contradictoires", a déclaré Natalie Banks, coordinatrice de la campagne Requins de Sea Shepherd Australie.

"Qui plus est, Sea Shepherd a analysé les deux rapports et n’y a trouvé aucune mention concernant ce conflit d’intérêts."

Sea Shepherd s’inquiète de ce conflit d’intérêts non révélé, d’autant plus que Dr Knuckley est le président du groupe industriel Geelong Food Co−Product Cluster (GFCC). Le GFCC est affilié à de nombreuses sociétés des secteurs de la pêche commerciale et des produits de la mer. Ces sociétés aident les petits producteurs à s’introduire sur les marchés asiatiques avec le soutien de l’Austrade, dans le cadre du programme Asian Century Business Engagement (ACBE).

"Sea Shepherd ne comprend pas comment le gouvernement australien peut solliciter l’avis d’un tel scientifique en matière d’exploitation durable des espèces de requins, sachant que ce scientifique est le président d’un groupe représentant, entre autres, les secteurs de la pêche et des produits de la mer. Il a, en effet, tout intérêt à ce que les stocks de requins soient mis à la disposition des membres du GFCC pour pouvoir être exportés", a déclaré Gary Strokes.

"En outre, cela pose un problème éthique : le GFCC dispose potentiellement d’un avantage commercial déloyal face à ses concurrents, si son président conseille à la fois le gouvernement sur l’exploitation durable des requins et les membres de son groupe sur les opportunités dans les secteurs de la pêche commerciale et des produits de la mer."

Pour Sea Shepherd, aucun certificat d’exportation CITES visant l’une des cinq espèces de requins inscrites à l’Annexe II de la CITES ne doit être accordé par l’organe de gestion CITES de l’Australie tant qu’une enquête approfondie n’a pas été réalisée.

Sea Shepherd a également lancé une pétition avec la Wilderness Society pour empêcher l’autorisation du commerce des requins−marteaux en Australie.

Retrouvez le texte complet de la plainte déposée par Sea Shepherd Australie (anglais)

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact