Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Vendredi, 25 Mars 2016 14:18

Sea Shepherd condamne les dernières violations du droit international commises par le Japon

Le pont du Nisshin Maru recouvert de sang après le dépeçage d’une baleine en 2014 - Photo : Tim WattersLe pont du Nisshin Maru recouvert de sang après le dépeçage d’une baleine en 2014
Photo : Tim Watters
Dans un communiqué paru aujourd’hui, l’entité en charge du programme illégal de chasse à la baleine au Japon a annoncé le retour de la flotte baleinière de l’océan Austral et a révélé au monde que la flotte avait massacré des centaines de baleines depuis son départ en décembre 2015.

Selon l’Institut japonais pour la Recherche sur les Cétacés (ICR), organisme privé financé par l’État et qui dirige les expéditions de chasse à la baleine, la flotte baleinière a tué 333 baleines de Minke depuis la fin de l’année dernière, dont 200 femelles enceintes. L’Institut a également transmis la localisation de ces tueries : la plupart des baleines ont été massacrées dans le sanctuaire baleinier de l’océan Austral et dans le sanctuaire baleinier australien.

Le programme de chasse à la baleine dans l’océan Austral mené par le Japon a été déclaré illégal par la Cour internationale de Justice, qui avait affirmé en mars 2014 que le programme alors en activité était une entreprise commerciale sans fondement scientifique et avait ordonné au Japon de mettre un terme à la délivrance de permis de chasse à la baleine à l’ICR. En réponse à la décision de la Cour internationale de Justice, le Japon avait mis au point un nouveau projet "pseudo−scientifique" pour cacher de nouveau ses objectifs commerciaux et qui a été rejeté par le comité scientifique de la Commission Baleinière Internationale début 2015.

Paul Watson, conseiller et fondateur de Sea Shepherd, a fermement condamné la dernière violation du droit international par le Japon. “C’est le même schéma que l’on retrouve depuis des années : le Japon ignore purement et simplement le droit international et l’opinion internationale et poursuit le massacre de baleines en toute impunité afin de faire du profit sur la chair des baleines. Près de deux ans se sont écoulés depuis que la Cour internationale de Justice a jugé illégal le programme de chasse à la baleine commercial du Japon, mais les baleiniers continuent malgré tout d’annoncer des centaines de nouvelles victimes, y compris des femelles enceintes. Le monde doit s’unir pour mettre fin à ce carnage une bonne fois pour toutes.”

À l’heure actuelle Sea Shepherd conduit une campagne légale énergique contre les baleiniers japonais, qui ont porté plainte contre Sea Shepherd devant la Cour fédérale des États−Unis en 2011.Malgré leurs violations flagrantes et répétées du droit international, les baleiniers ont accusé Sea Shepherd de “piraterie” pour avoir tenté d’empêcher le massacre illégal. Parce que les baleiniers ont poursuivi Sea Shepherd aux États−Unis, cela a donné à ce dernier une opportunité unique : faire rendre des comptes aux baleiniers par le droit américain. Sea Shepherd se défend par l’entremise de plusieurs contre−plaintes pour empêcher les baleiniers de poursuivre leurs attaques violentes contre la flotte de Sea Shepherd et pour les obliger à payer des dommages et intérêts.

Trois baleines de Minke mortes, une espèce protégée, sur le pont du Nisshin Maru en 2014 - Photo : Tim WattersTrois baleines de Minke mortes, une espèce protégée, sur le pont du Nisshin Maru en 2014
Photo : Tim Watters

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact