Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Mercredi, 03 Août 2016 07:13

Une capitaine de Sea Shepherd retourne aux Îles Féroé pour réclamer la tenue d’un procès historique

L'équipage du Spitfire lors de l'opération Grindstop 2014 - Photo : Sea ShepherdL'équipage du Spitfire lors de l'opération Grindstop 2014 - Photo : Sea Shepherd Le vendredi 29 juillet à 11h30, la capitaine de Sea Shepherd Jessie Treverton, de nationalité britannique, a réussi à passer la frontière et à revenir à Tórshavn, la capitale des Îles Féroé, pour la première fois depuis son arrestation en 2014. Elle réclame la tenue de son procès et la restitution du bateau de Sea Shepherd saisi, le Spitfire.

Le procureur féringien n’avait en effet toujours pas fixé la date du procès, près de deux ans après l’arrestation de la capitaine Treverton le 17 septembre 2014. Elle est accusée d’avoir conduit un groupe de dauphins à flancs blancs du Pacifique loin des baies destinées au massacre des cétacés lors de la campagne de Sea Shepherd Global l’Opération Grindstop. La marine danoise a poursuivi, arraisonné et saisi le Spitfire, bateau immatriculé au Royaume-Uni, et a arrêté les trois membres de son équipage (la Britannique Jessie Treverton et les Françaises Céline Diouron et Marion Selighini). Elles ont ensuite été inculpées pour "ne pas avoir signalé la présence des dauphins aux autorités", en vertu de la toute nouvelle loi relative au Grind, et "avoir harcelé des dauphins", une interprétation inédite de la législation féringienne sur le bien-être animal.

"Il est apparemment parfaitement légal aux Îles Féroé de conduire des cétacés protégés par l’UE vers le rivage afin de les tuer, mais les repousser vers le large afin de les protéger est illégal et considéré comme du ‘harcèlement’. Ces trois membres de Sea Shepherd peuvent donc fièrement affirmer qu’elles ont ‘harcelé’ les dauphins afin de sauver leur vie.", a déclaré le capitaine Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd, suite à leur arrestation en 2014.

Les Îles Féroé ont délibérément reporté le procès pour éviter un jugement historique

D’abord prévu en septembre 2014, le procès de la capitaine Treverton a été repoussé trois fois. Le 7 octobre 2014, un tribunal danois a déclaré que la saisie du Spitfire était illégale et a demandé la restitution du bateau à Sea Shepherd UK. Néanmoins, le procureur féringien a immédiatement fait appel de cette décision et le Spitfire est toujours détenu par les autorités féringiennes en attendant la tenue du procès.

La capitaine de Sea Shepherd se rend au commissariat de Torshavn en présence des médias féringiens

À 11h, heure locale, la capitaine Treverton a passé la porte du commissariat principal de Torshavn. Des journalistes et photographes féringiens étaient rassemblés et attendaient devant l’entrée. Après avoir parlé aux policiers, elle est finalement ressortie victorieuse : elle est assignée à comparaître le 24 novembre 2016 et a obtenu le droit de rester aux Îles Féroé et de se promener librement dans les rues de Torshavn en portant le logo de Sea Shepherd.

Quelle qu’en soit l’issue, le procès sera un succès pour l’Opération Bloody Fjords

La capitaine Jessie Treverton à Hvannasund, le 30 juillet 2016 - Photo : Sea ShepherdLa capitaine Jessie Treverton à Hvannasund, le 30 juillet 2016 - Photo : Sea Shepherd En retardant le procès, le procureur féringien a également retardé la restitution des bateaux de Sea Shepherd et a permis au "Grind" de continuer sans que les activistes interviennent. Selon l’équipe juridique représentant la capitaine Treverton, le report continuel du procès est intentionnel car un tel procès aura des répercussions considérables sur la chasse et le massacre traditionnels des globicéphales et autres dauphins dans l’archipel.

L’avocat féringien Jógvan Páll Lassen, qui a défendu à plusieurs reprises Sea Shepherd devant les tribunaux féringiens, a déclaré aujourd’hui à un journaliste : "La question des dauphins, que des volontaires de Sea Shepherd repoussaient au large d’Hoyviksholm, n’a jamais été soulevée devant les tribunaux. L’affaire s’éternise étant donné que plusieurs personnes doivent d’abord témoigner. À mon avis, le procureur cherche à prouver que mener un groupe de dauphins au large d’un fjord féringien représente un acte de cruauté envers les animaux. Il sera donc intéressant de découvrir leur opinion sur les Féringiens qui conduisent des globicéphales vers un fjord féringien."

"Je suis impatiente que mon procès ait lieu. Il prouvera l’hypocrisie des lois du Grind. Si je suis reconnue coupable d’avoir ‘stressé’ les dauphins, alors les chasseurs pourront aussi être accusés du même délit. Si je suis acquittée, toute personne sera libre de conduire des dauphins au large des îles où ils seront en sécurité.", a déclaré la capitaine Treverton. "Dans tous les cas, il s’agira d’une victoire pour les océans."

Rob Read, directeur des opérations de Sea Shepherd UK, est également assigné à comparaître au sujet du bateau de Sea Shepherd UK, le Spitfire.

"Pendant près de deux ans, cette affaire a été délibérément retardée par le procureur féringien Linda Hesselberg. Elle a persécuté les volontaires de Sea Shepherd et saisi illégalement nos bateaux, et les a maintenus dans un endroit non divulgué sans entretien et en refusant que des membres de Sea Shepherd les inspectent.", a déclaré Rob Read. L’un de ces bateaux est l’Echo, qui a été utilisé pour interrompre le Grindadráp à Sandavagur en 2015, puis saisi par le navire de la marine danoise HDMS Knud Rasmussen dans les îles Shetland quelques minutes avant l’obtention par l’équipe juridique de Sea Shepherd d’une Bill of Suspension signée par la Cour suprême d'Édimbourg empêchant les Îles Féroé de le confisquer.

Lors du dernier Grind, le 26 juillet, un groupe d’environ 200 globicéphales communs ont été chassés par 25 bateaux féringiens pendant deux heures. 135 globicéphales ont ensuite été conduits vers la plage rocailleuse de Hvannasund pour y être tués. Il s’agit du deuxième massacre de l’année, et également du plus meurtrier.

Sea Shepherd mène l’opposition au grindadráp depuis 1983. Par l’Opération Bloody Fjords, sa campagne 2016 pour la défense des globicéphales, Sea Shepherd porte la lutte contre le grindadráp au cœur des institutions danoises et féringiennes qui continuent de soutenir cette coutume d’un autre temps.

La marine danoise poursuivant le Spitfire, le 7  septembre 2014 et l'éloignant de Torshavn - Photo: Sea ShepherdLa marine danoise poursuivant le Spitfire, le 7 septembre 2014 et l'éloignant de Torshavn - Photo: Sea Shepherd 

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact