Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Jeudi, 25 Août 2016 01:02

SEA SHEPHERD CONTRE LES BALEINIERS JAPONAIS

La bataille juridique avec les baleiniers japonais devant les tribunaux américains est terminée.

campagne antarctiqueLes baleiniers japonais ont été condamnés par la Commission baleinière internationale, soumis à une amende d'1 million de dollars australiens pour outrage par la Cour fédérale australienne et déclarés coupables de chasse à la baleine illégale par la Cour internationale de justice.

Malgré cela, la Cour d'appel des États-Unis a permis une injonction permanente à l'encontre de Sea Shepherd United States, visant à empêcher le capitaine Paul Watson et Sea Shepherd USA de s'approcher à moins de 450 mètres d'un baleinier japonais.

Sea Shepherd USA et le capitaine Paul Watson n'ont pas d'autre alternative que de se conformer à la décision du tribunal fédéral américain et ne peuvent par conséquent s'engager légalement ou être partie prenante dans une quelconque activité consistant à s'approcher à moins de 450 mètres d'un navire baleinier japonais dans l'océan Austral.

Sea Shepherd USA a publié le communiqué de presse suivant :

LES POURSUITES ENGAGÉES PAR LES BALEINIERS JAPONAIS À L'ENCONTRE DE SEA SHEPHERD DOIVENT ÊTRE ABANDONNÉES DÉFINITIVEMENT

Sea Shepherd Conservation Society (Sea Shepherd USA) a annoncé mardi que les baleiniers japonais abandonneraient définitivement les poursuites judiciaires à leur encontre.

L'injonction préliminaire prononcée par la cour d'appel en 2012 prendra un caractère permanent. L'injonction interdit aux navires de Sea Shepherd USA (Martin Sheen, Jules Verne et Farley Mowat) d'interférer avec la flotte baleinière japonaise lorsque celle-ci est engagée dans des activités illégales de chasse à la baleine dans l'océan Austral à proximité de l'Antarctique.

"Ce litige appartenant désormais au passé, nous pouvons concentrer nos précieuses ressources dans nos campagnes d'action directe pour sauver les océans", a déclaré Paul Watson, fondateur et président-directeur général de Sea Shepherd.

P. Watson a souligné que, même si Sea Shepherd USA entend se conformer aux restrictions légales de l'injonction, Sea Shepherd et lui-même demeurent catégoriquement opposés à la scandaleuse chasse à la baleine japonaise, désormais déclarée illégale par la Cour internationale de justice.

"Sea Shepherd a toujours respecté la loi, comme son historique le prouve, et continuera à s'y conformer. La Commission baleinière internationale, la Cour internationale de justice et la Cour fédérale australienne ont toutes déclaré que la chasse à la baleine japonaise dans l'océan Austral est illégale", a précisé P. Watson.

"Sea Shepherd a exposé cette illégalité au monde entier. Nos efforts se sont soldés par la condamnation mondiale des opérations de chasse à la baleine illégales du Japon. Nos efforts ont permis d'exposer les activités illégales du Japon et leur condamnation par la communauté internationale" a ajouté P. Watson.

Réaction de Sea Shepherd Global :

le capitaine Alex Cornelissen, directeur de Sea Shepherd Global, a réagi par la déclaration publique suivante :

"La décision des tribunaux américains ne concerne QUE l'entité américaine. Toutes les autres entités du mouvement Sea Shepherd Global ne sont en aucun cas soumises au système judiciaire américain, la simple hypothèse qu'elles puissent l'être démontre une méconnaissance de la structure de Sea Shepherd Global. Sea Shepherd Global et toutes les autres entités partout dans le monde, hormis aux USA, continueront à s'opposer à la chasse à la baleine japonaise illégale dans l'Antarctique."

Lamya Essemlali, Présidente de Sea Shepherd France et Co directrice de Sea Shepherd Global a déclaré :

"Contrairement à ce qui a pu être rapporté par une certaine presse, la décision de justice rendue par la Cour américaine ne change rien puisque Sea Shepherd se passe de la contribution de l'antenne État Unienne pour les missions antarctique depuis 2012. La meilleure campagne jamais réalisée, l’Opération Zéro Tolérance, a eu lieu en 2012/2013 sans la contribution de Sea Shepherd USA. Elle avait permis de sauver 91% de baleines sur les 1050 ciblees par les baleiniers japonais.

Ces missions ont été financées principalement par Sea Shepherd France, Australie, Allemagne et Royaume-Uni.

Sea Shepherd USA ne reviendra donc pas sur les missions antarctique et se consacrera à d'autres combats, Sea Shepherd continuera sur cet enjeu sans sa branche américaine comme nous le faisons déjà depuis plusieurs années. Cet épilogue signifie surtout la fin d'une hémorragie financière pour la branche américaine qui va pouvoir consacrer ses fonds à la défense de l'océan, en lieu et place d’honoraires d'avocats devenus trop lourds. Il ne s'agit aucunement d'une victoire pour les baleiniers japonais.

Précisions : les navires d’intervention Bob Barker, Steve Irwin, Sam Simon et Ocean Warrior appartiennent à Sea Shepherd Global. Ils ne sont donc pas touchés par l’injonction américaine."

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact