Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Lundi, 14 Août 2017 00:00

De la destruction des forêts à la destruction des océans : la nappe d'huile de palme de Hong Kong

Dans la nuit du jeudi 3 août, deux navires sont entrés en collision au sud de Hong Kong, près du delta de la rivière des Perles. Selon des informations diffusées par Tradewinds News, le chimiquier ‘Global Apollon’, propriété de Japanese GMS, et le porte-conteneurs ‘Kota Ganteng’, propriété de Pacific International Lines (PIL), sont entrés en collision, mais peu de détails ont été fournis. Nous ne disposons pas d’informations sur les dégâts occasionnés. Le porte-conteneurs ‘Kota Ganteng' a toutefois pu reprendre sa route vers Singapour. Le ‘Global Apollon’, quant à lui, a jeté l'ancre dans les eaux qui bordent l'île de Guishan (Chine), située au sud-ouest des îles Soko (Hong Kong).

Huile de palme sur la plage d'Hong Kong. Photo Sea Shepherd
Huile de palme sur la plage d'Hong Kong. Photo Sea Shepherd

Le ‘Global Apollon’ transportait 9 000 tonnes d'huile de palme brute dont une grande partie de ce produit, la quantité exacte est inconnue, a été déversée dans les eaux environnantes. Les autorités de Canton ont dépêché 9 navires afin d'aider à contenir les déversements, selon des rapports que nous avons vus. Toutefois, le gouvernement de Hong Kong prétend ne pas avoir été averti de la fuite avant samedi 5 août 2017. Le temps qu'il prenne connaissance des faits, de grandes quantités d'huile de palme se sont déversées sur les plages du sud de Hong Kong.

Des familles sur les plages à Hong Kong en dépit de la présence de blocs d'huile de palme partout. Photo Andy Stokes/Sea ShepherdDes familles sur les plages à Hong Kong en dépit de la présence de boulettes d'huile de palme partout. Photo Andy Stokes/Sea Shepherd

Sea Shepherd a été alertée de la fuite dimanche, après que des personnes inquiètes ont commencé à demander ce qu'était la matière blanche visqueuse et si elle était dangereuse. Le gouvernement de Hong Kong avait placardé de tout petits (format A4) avis à la population sur les plages répertoriées, mais il n'a, à ce jour, pas diffusé de mise en garde plus ferme. En fait, le nouveau sous-secrétaire à l'environnement, Tse Chin-wan, a déclaré que tout était sous contrôle et que le déversement d’huile de palme ne représentait aucun danger pour la santé publique.

Le 'Global Apollon' et le 'Kota Ganteng' sont entrés en collision le 3 août. Photos MarineTraffic.comLe 'Global Apollon' et le 'Kota Ganteng' sont entrés en collision le 3 août. Photos MarineTraffic.com

Cet avis est loin d'être partagé par certains habitants inquiets qui ont constaté de leurs propres yeux les dégâts sur leurs plages. Ils se sont donc mobilisés pour nettoyer ce que le gouvernement devrait nettoyer. En 2012, une grande nappe de granulés plastiques s'est déversée sur les plages de Hong Kong après qu'un navire a perdu 6 containers au cours d'un typhon. La population hongkongaise sait pertinemment à quel point un gouvernement est démuni lorsqu'un accident d'une telle ampleur se produit, et est disposée à prêter main forte.

Le 8 août 2017, Gary Stokes, directeur Asie de Sea Shepherd Global, a écrit une lettre ouverte au directeur du ministère de la Marine ainsi qu'à d'autres ministères pour proposer son aide, comme cela avait été fait en 2012. Pour l'heure, Sea Shepherd n'a reçu pour toute réponse qu'un "merci, nous vous recontacterons".

Un bloc d'huile de palme en train d'être mangé par des poissons dans les eaux d'Hong Kong. Photo Andy Stokes/Sea ShepherdUne boulette d'huile de palme en train d'être mangée par des poissons dans les eaux d'Hong Kong. Photo Andy Stokes/Sea Shepherd

Au cours d'une patrouille à bord du navire ‘Amberjack’, Sea Shepherd a constaté que des poissons se nourrissaient d'huile de palme, dans un état presque "frénétique". On ignore quelles seront les répercussions de l'huile de palme sur eux, cependant, on a pu constater une augmentation du nombre de cadavres de poissons échoués sur les plages.

L'huile de palme en elle-même ne présente pas de danger pour l'espèce humaine. Ce n'est pas le cas, en revanche, de la bactérie qui la colonise. Le point de fusion de l'huile de palme étant de 35˚C, elle reste à l'état solide dans l'eau. Lorsqu'elle se déverse sur les plages ou les côtes rocheuses, elle fond. Nous avons constaté qu'elle s'infiltrait jusqu'à environ 10 centimètres de profondeur dans le sable, où elle se refroidit et se resolidifie. Cela ne présage rien de bon puisqu'il lui faudra alors environ 30 jours pour se dégrader. Le plus gros est alors rejeté à la mer, créant ainsi une marée noire qui diminue le taux d'oxygène de l'eau, comme le font les marées rouges.

Des blocs d'huile de palme solidifiés on été brassées par les vagues d'Hong Kong depuis dimanche. Photo Andy Stokes/Sea Shepherd.Des boulettes d'huile de palme solidifiés on été brassées par les vagues d'Hong Kong depuis dimanche. Photo Andy Stokes/Sea Shepherd.

Des fuites de même nature au Royaume-Uni ont eu pour conséquence la diffusion par le gouvernement britannique d'une mise en garde de la population contre la fréquentation des plages par les jeunes enfants et les chiens. Ici à Hong Kong, nous avons vu des enfants en train de jouer au milieu de boulettes d'huile de palme. Des parents ont indiqué avoir entendu le gouvernement dire que c'était “ parfaitement sûr ”.

Malheureusement, notre addiction à l'huile de palme fait disparaître les forêts tropicales en Indonésie et en Malaisie pour satisfaire notre addiction aux aliments transformés. Les ravages de l'huile de palme sur l'environnement sont doubles : non seulement elle a déjà probablement coûté leur habitat aux espèces de la forêt tropicale, mais en plus, elle pollue désormais l'habitat marin et fait peser une menace sur la vie marine de Hong Kong.

Le gouvernement a déclaré que l'huile de palme est sans danger, mais les experts ne sont pas d'accord. Photo Andy Stokes/Sea ShepherdLe gouvernement a déclaré que l'huile de palme est sans danger, mais les experts ne sont pas d'accord. Photo Andy Stokes/Sea Shepherd

Les opérations de nettoyage se poursuivent grâce à des bénévoles venus de tout Hong Kong qui ont rejoint les plages de l'île de Lamma, où les effets ont été le plus fortement ressentis. "C'est dans ces moments-là que des héros du quotidien sortis de nulle part proposent leur aide lorsque cela est nécessaire, et il faut saluer tout particulièrement Robert Lockyer, Keilem Ng et Julia Leung, parmi de nombreux autres qui ont organisé le travail des bénévoles chaque jour sur les plages," a indiqué Gary Stokes.

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact