Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Lundi, 13 Janvier 2014 14:10

Sea Shepherd salue l’interdiction du shark finning dans les eaux néo-zélandaises

Sea Shepherd Nouvelle-Zélande salue l’interdiction du shark finning dans les eaux néo-zélandaises, mais l’agenda de mise en application proposé reste décevant.

Photo: Jake ParkerNick Smith, ministre de l’Environnement, et Nathan Guy, ministre de l’Industrie Primaire, ont publié un Plan National d’Action – Requins avec l’engagement de bannir le shark finning sous trois ans. Ce texte législatif, s’il est mis en place correctement, permettra à la Nouvelle-Zélande de rejoindre 100 autres pays ayant d’ores et déjà interdit cette pratique.

Cette décision traduit l’énorme soutien local et international reçu du public et des défenseurs de l’environnement avec 45300 soumissions et près de 77000 signataires de pétitions. Bien que la Nouvelle-Zélande soit actuellement dans le top 20 des pays exportateurs d’ailerons, la compagnie aérienne nationale Air New Zealand s’est jointe au mouvement des compagnies aériennes internationales qui refusent de transporter des ailerons de requin, et une des principales entreprises de produits de la mer a également cessé volontairement d’utiliser des ailerons de requins.

Cependant, l’agenda prévu par le gouvernement pour la mise en place de la loi inquiète Sea Shepherd Nouvelle-Zélande. La protection de certaines espèces débutera théoriquement en octobre 2014, et en octobre 2015 pour les autres à l’exception du requin bleu. Sur 113 espèces de requins présentes dans les eaux néo-zélandaises, il n’y en a qu’une dont les stocks ont été établis. Les déclarations de l’industrie locale des produits de la mer sur l’abondance d’individus sont absolument sans fondement puisqu’aucune étude sérieuse n’a été réalisée. La carence actuelle de données nécessiterait de facto une approche de précaution, à savoir un arrêt de cette pêche pour toutes les espèces. La méthodologie de mise en place de cette politique reste encore à déterminer alors qu’il est absolument crucial que la mise en application soit efficace et compréhensible pour toutes les parties prenantes.

Les plus grandes victimes de cette pratique en Nouvelle-Zélande sont les espèces hautement migratoires (Requin Bleu, Requin-taupe, Requin Mako) qui sont également sur la liste rouge des espèces menacées de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). Le cas du Requin Bleu est particulièrement inquiétant puisque plus d’un million de kilogrammes de requins bleus est pêché chaque année pour leurs ailerons; La protection de cette espèce est planifiée pour octobre 2016 alors que son statut est Presque menacé selon les critères de l’UICN. Cette date tardive de protection des espèces hautement migratoires est justifiée officiellement par la nécessité d’un temps d’adaptation de l’industrie locale des produits de la mer pour développer de nouveaux systèmes pour relâcher les requins vivants en toute sécurité et protéger les pêcheurs. Il s’agit plutôt de donner un maximum de sursis à l’une des pêches les plus lucratives sachant qu’il y a encore 10 ans, ces requins étaient relâchés vivants.

Sea Shepherd Nouvelle-Zélande réclame une interdiction immédiate du shark finning en Nouvelle-Zélande et appelle les dirigeants de l’industrie de produits de la mer à cesser volontairement cette activité, et à libérer tous les requins capturés – vivants.

Un grand requin blanc. Photo: Jake ParkerUn grand requin blanc. Photo: Jake Parker

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact