Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Lundi, 20 Janvier 2014 00:00

200 grands dauphins retenus pour une quatrième nuit dans la baie. Onze dauphins supplémentaires ont été capturés hier.

Le massacre devrait commencer à 14 heures HP aujourd’hui, jour de l’anniversaire de la naissance de Martin Luther King.

Connectez-vous sur  http://livestream.seashepherd.org  pour voir les retransmissions en direct des Gardiens de la Baie.

 

  Le processus  de sélection pour la captivité est tout aussi violent que la boucherie à Taiji et au cours des quatre derniers jours, on pouvait voir les dauphins en direct sur notre site, couverts de sang, alors qu’ils tentaient désespérément d’échapper à leurs bourreaux et dompteurs. Photo: Sea Shepherd Le processus de sélection pour la captivité est tout aussi violent que la boucherie à Taiji et au cours des quatre derniers jours, on pouvait voir les dauphins en direct sur notre site, couverts de sang, alors qu’ils tentaient désespérément d’échapper à leurs bourreaux et dompteurs. Photo: Sea Shepherd (Cliquer pour agrandir)Depuis quatre jours, nous assistons à la torture endurée par plus de 250 dauphins dans la baie de Taiji, au Japon où les familles sont séparées, et nos Gardiens de la Baie continuent à être les yeux du monde, en montrant ce qui s’y passe. Nous souhaitons donc rappeler une citation de Martin Luther King, pionnier des droits humains mais également des droits des animaux, en ce jour du 85ème anniversaire de sa naissance.

 

    “N’ayez jamais peur de faire ce qui est juste, surtout si l’enjeu est le bien-être d’une personne ou d’un animal. Les sanctions sociales sont bien moindres que les blessures que nous nous infligeons en détournant notre regard.”

 

Le monde ne détourne pas son regard, mais le Japon entendra-t-il? Onze dauphins supplémentaires ont été capturés hier, ce qui porte à 51 le nombre total de dauphins attrapés lors de cette chasse (bien que deux soient morts).

 

Ces dauphins ne sont pas la propriété du Japon. Ils nous appartiennent à nous tous, aux océans, à la planète et leur sort soulève la question de leurs propres droits.

 

Bien que ces dauphins soient au seuil de la mort aujourd’hui, dans l’esprit de Martin Luther King, Sea Shepherd Conservation Society et ses Gardiens de la Baie ne seront jamais muets sur ce que d’autres ou eux-mêmes ont pu voir dans les eaux peu profondes de Taiji. Le regard du monde se concentre désormais sur la baie de Taiji et beaucoup entendront les cris des dauphins.

 

Cinq groupes distincts de grands dauphins, qui totalisent plus de 250 individus et notamment des jeunes dauphins et des nouveaux-nés, ont été conduits mardi dans la baie de Taiji, tristement célèbre pour ses massacres. Depuis quatre jours, ils y subissent un processus de sélection sanglant et traumatisant. Le groupe de 200 dauphins qui a survécu à la quatrième nuit dans la baie, sans nourriture ni refuge, va maintenant connaître une fin cruelle entre les mains du Syndicat des pêcheurs de Taiji. Parmi le “super groupe” initial, se trouve un rare petit albinos et sa mère. Pour certaines cultures, les animaux albinos sont considérés comme des esprits sacrés et les blesser, dit-on, porte malheur.

 

L’unique petit albinos (prise rare et au combien lucrative à exploiter comme bête de foire) fût le tout premier à être arraché à sa mère par un pêcheur pour être élevé en captivité. Il a été transféré vendredi au musée de la baleine de Taiji. D’après la presse japonaise la mère aurait rejeté son petit et on l’aurait donc sauvée. Mais les milliers de personnes qui ont vu en direct les vidéos des enlèvements peuvent témoigner du fait que tout cela n’est que mensonge. Le petit est probablement aveugle et/ou sourd, comme c’est souvent le cas des albinos. Si tel est le cas, cela pourrait expliquer que le petit dauphin terrorisé soit resté collé à sa mère dans la baie, tout comme il se sert désormais contre son compagnon dans un tout petit bassin.

 

On raconte que la mère du petit albinos s’est suicidée après qu’on lui a arraché son enfant. Nos volontaires qui surveillent la baie, ont pu filmer et voir la détresse de la mère qui n’a cessé de sauter hors de l’eau pour chercher son petit avant de se laisser couler au fond de la mer à tout jamais. Les dauphins sont des êtres extrêmement intelligents, d’une grande complexité sociale; ils nouent des liens étroits avec leur famille, que le commerce d’animaux à Taiji déchire.

Nos volontaires, qui surveillent la baie ont pu filmer et voir la détresse de la mère qui n’a cessé de sauter hors de l’eau pour chercher son petit avant de se laisser couler au fond de la mer à tout jamais. Photo: Sea ShepherdNos volontaires, qui surveillent la baie ont pu filmer et voir la détresse de la mère qui n’a cessé de sauter hors de l’eau pour chercher son petit avant de se laisser couler au fond de la mer à tout jamais. Photo: Sea Shepherd

Le processus de sélection pour la captivité est tout aussi violent que le massacre des dauphins à Taiji et au cours des 4 derniers jours on a pu voir en direct ces mammifères sur les vidéos de nos Gardiens de la Baie, couverts de sang alors qu’ils cherchaient désespérément à échapper à leurs bourreaux et dompteurs. Pour fuir ou pour rejoindre les autres membres de leur famille, les dauphins ne cessaient, dans leur panique, de se coincer dans des filets qui leur déchirent la chair lorsqu’ils se débattent. Les dauphins ont également été blessés par les embarcations qui naviguent au milieu de leur groupe. Les pales des hélices d’un bateau ont même heurté un groupe de dauphins qui s’étaient rassemblés. Il n’est pas rare que les bouchers utilisent le moteur hors-bord pour intimider et rassembler les dauphins, animaux très sensibles au bruit. Les trois lieux de captivité des dauphins de Taiji: la base des dauphins, l’hôtel “Dolphin Resort” et le musée des baleines de Taiji – ont des dompteurs dans la baie qui remplissent leurs poches et leurs bassins. Certains dauphins capturés restent dans les établissements locaux de Taiji, tandis que d’autres sont emmenés vers des aquariums ou des parcs marins partout dans le monde. Hier, 11 dauphins supplémentaires ont été capturés, ce qui porte à 51 le nombre de dauphins séparés de leur famille au cours des 4 derniers jours. Vendredi et samedi, le stress et les blessures du processus de sélection ont causé la mort d’un dauphin. La cupidité n’a pas de limite à Taiji et elle alimente le marché mondial des animaux en captivité. Certains de ces dauphins pourraient rester à Taiji tandis que d’autres pourraient être envoyés dans les parcs marins des Etats du Moyen-Orient, au Mexique, en Chine ou ailleurs.

 

Après avoir enduré de tels actes de cruauté de la part du Syndicat des pêcheurs de Taiji, les 200 dauphins restant continueront à souffrir et aujourd’hui certains d’entre eux mourront sans doute à l’issue d’une lente et douloureuse agonie. Les dauphins, qui ont déjà subi la séparation de leur famille désormais en captivité, assisteront bientôt à la mort d’autres membres qui leur sont chers. Ils devront nager dans une eau rougie par le sang des leurs. Les plus grands seront tués les premiers. D’autres dauphins pourraient être ramenés au large et notamment les plus jeunes et les nouveaux-nés qui sont trop petits, car les pêcheurs ne veulent pas qu’ils soient comptabilisés dans les quotas qu’ils se sont fixés eux-mêmes. Là, les plus jeunes auront très peu de chances de survie sans la protection de leur groupe ou de leur mère, tout particulièrement après la violence et le traumatisme des quatre derniers jours. Mais les pêcheurs japonais ne veulent pas que les petits, à faible valeur carnée, comptent dans leurs quotas.

 

La viande de dauphin est vendue pour la consommation humaine par le Syndicat des pêcheurs de Taiji en dépit du fait qu’ils contiennent une quantité élevée de mercure et d’autres toxines nocives.

 

Nous prévoyons de diffuser une vidéo sur le net aujourd’hui à 14 heures HP, heure à laquelle le massacre commencera . Merci de faire passer cette information à travers le monde en diffusant largement notre adresse internet:  http://livestream.seashepherd.org.

 

La chasse et le massacre de 20 000 dauphins, marsouins et petites baleines ont lieu annuellement un peu partout au Japon. Le Japon refuse d’adhérer aux multiples efforts de protection et de réglementation concernant les mammifères marins, alors que la plus grande partie du monde reconnaît la nécessité de protéger ces animaux en danger d’extinction.  La plus célèbre de ces chasses annuelles à lieu à Taiji à partir du 1er septembre et se poursuit généralement pendant le mois de mars de l’année suivante. Les pêcheurs rassemblent des familles entières de cétacés dans des baies peu profondes où ils sont harponnés sans pitié: une pointe de métal est enfoncée dans leur évent pour endommager leur colonne vertébrale. Les dauphins se vident lentement de leur sang jusqu’à la mort ou se noient dans le sang de leur famille. Ces massacres inhumains ne seraient tolérés dans aucun abattoir du monde.

 

Le massacre annuel des dauphins à Taiji était pratiquement inconnu jusqu’à ce que Sea Shepherd diffuse des vidéos tournées discrètement ainsi que des photographies prises dans la baie en 2003. Ces images ont ensuite été suivies du film "La Baie de la Honte" (The Cove), qui a remporté un Oscar, et valu à ce site une plus grande attention internationale.

 

Connectez-vous sur   http://livestream.seashepherd.org aujourd’hui à 14 heures HP pour voir notre vidéo en direct.

CAMPAGNE: Rejoignez les Gardiens de la baie et aidez-nous à mettre fin au massacre insensé des dauphins à Taiji, au Japon!. Vous trouverez les contacts des ambassades et consulats ainsi que d’autres informations dans la rubrique "Ce que vous pouvez faire..." sur http://www.seashepherd.fr/cove-guardians/

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact