Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Jeudi, 18 Novembre 2010 14:08

Seul un quota Zéro peut sauver le Thon Rouge.

Commentaire par le Capitaine Paul Watson

Alors même que nous nous apprêtons à retourner dans le Sanctuaire baleinier de l'Antarctique avec nos trois navires et nos 80 volontaires, mon esprit n'est pas uniquement focalisé sur la défense des baleines contre la flotte baleinière nippone mais également sur la tragédie qui frappe l'un des poissons les plus magnifiques de l'océan.

Cette semaine, la Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l'Atlantique (CICTA) se réunit à Paris et si elle ne décide pas de suspendre les captures et d'imposer un moratoire sur la pêche du Thon Rouge , alors elle se rendra ouvertement complice de l'économie de l'extinction qui est en train de détruire cette espèce. La CICTA sera connue des générations futures comme la structure corrompue et immorale responsable de l'extermination du poisson le plus extraordinaire qui soit - le Thon Rouge.

 

Ce poisson aurait dû être classé espèce protégée mais des motifs politiques et économiques ont empêché son inscription en annexe 1 de la CITES (Convention Internationale sur le Commerce d'Espèces de Faune et de Flore menacées d'Extinction). Le Japon et la Chine ont acheté les votes afin d'empêcher la protection effective du Thon Rouge et le massacre, légal et illégal perdure donc.

Bien que la CICTA soit en mesure d'imposer des restrictions strictes ou un moratoire, il y a fort à parier qu'elle ne le fera pas.

La France, l'Italie et l'Espagne doivent plaider pour un moratoire mais il est peu probable qu'elles le fassent car les individus capables d'influencer les gouvernements européens ont bien trop d'intérêts financiers en jeu. Le président Nicolas Sarkozy est certainement l'homme qui pourrait sauver le Thon Rouge, s'il le voulait. Mais est il plus concerné par l'avenir de nos enfants que par la satisfaction d'intérêts financiers plus personnels ? Cela reste à voir mais ses actions passées se sont révélées peu engageantes et plutôt contradictoires pour dire le moins.

Cet échec prend racine dans le fait que plus ce poisson est rare, plus sa valeur commerciale augmente.

Si ces grands prédateurs au sang chaud étaient des animaux terrestres, ils seraient complètement protégés. Alors que nous condamnons les africains pour la consommation de viande de brousse, les japonais et les occidentaux dévorent la viande de brousse aquatique en toute bonne conscience. De la même manière que les gouvernements protègent les agissements des braconniers d'éléphants, ils ignorent les crimes des braconniers en mer.

Le phénomène qui a émergé au cours des récentes années repose sur le concept de l'économie de l'extinction. Les multinationales ont pris le contrôle des pêcheries au détriment des pêcheurs artisanaux et à la différence de ces derniers, elles n'ont nul besoin de préserver une espèce pour maximiser leurs profits basés sur des investissements extrêmement lucratifs à très court terme.

Les Thons Rouges sont aujourd'hui congelés dans d'immenses cales frigorifiques et sont ainsi stockés en grande quantité. Le but du jeu est d'obtenir un stock pouvant couvrir au moins une dizaine d'années de demande.

Le Thon Rouge est d'ores et déjà le poisson le plus cher du monde et plus il est rare, plus son prix augmente. L'extinction du Thon Rouge, l'extinction de l'espèce, reviendrait à détenir un stock d'une valeur inestimable.

L'espèce aura donc disparu, les océans seront appauvris, les pêcheurs traditionnels auront tout perdu et les générations futures seront volées, mais une poignée d'individus aura gagné énormément d'argent.

En juin dernier, mon équipage et moi même avons sectionné les filets lors d'une opération de transfert illégal de Thon Rouge vers Malte. Nous avons ainsi rendu 800 Thons Rouges à la Méditerranée. Le gouvernement maltais a crié à la "piraterie". La Libye était furieuse. Pourquoi ? Parce que ces deux pays tirent d'énormes profits du braconnage du Thon Rouge.

Couper ces filets en eaux libyennes était une opération anti criminelle. Raison pour laquelle nous n'avons jamais été inculpés suite à cette action. Les criminels ne fréquentent pas les cours de justice.

Nous reviendrons en Méditerranée en juin 2011. Une fois de plus, nous ciblerons les braconniers, nous couperons leurs filets et rognerons leurs profits. Nous ne poursuivons pas ces braconniers pour protester contre leurs actions. Nous les poursuivons pour les empêcher d'agir.

Le Thon Rouge devrait être interdit de pêche dans toute la Méditerranée. Cette année, l'espèce a été dévastée encore davantage par la marée noire dans le Golfe du Mexique, principale zone de frai connue avec la Méditerranée. L'espèce ne survivra plus longtemps à ce braconnage continuel et à ces quotas de captures inacceptables alloués principalement aux grandes corporations de pêche.

Seul un quota Zéro peut sauver le Thon Rouge.

Une pêcherie légale à la senne n'est rien d'autre qu'un moyen de couvrir une pêche illégale bien plus importante.

Le Thon Rouge a bien plus de valeur pour l'humanité, vivant, nageant dans les mers où, en tant que part importante de la biodiversité qui maintient l'intégrité des éco systèmes marins, il aide à maintenir intacte et fonctionnelle la fabrique vivante de biomasse marine.

Les poissons sont en train de disparaître à un rythme alarmant et si les poissons meurent, les océans, en tant qu'écosystèmes vivants, ne survivront pas. Or si les océans meurent, nous mourrons !

 


Le Capitaine Paul Watson est le fondateur et président de Sea shepherd Conservation Society International. Le 2 décembre, il emmènera trois navires dans le sanctuaire baleinier de l'Antarctique pour s'opposer à la chasse illégale à la baleine perpétrée par la flotte baleinière nippone. Il reviendra d'Antarctique en mars pour préparer le lancement de la prochaine intervention en Méditérranée qui ciblera une fois encore le braconnage du Thon Rouge.

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact