Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Toutes les dernières actualités de l'organisation.



Imprimer
Vendredi, 24 Mars 2017

Le cas du Capitaine Paul Watson listé sur notice rouge, considéré comme un exemple d'abus par Interpol

Un rapport récent de la Commission du Parlement européen des questions juridiques et des droits de l’homme : "Détournement abusif de la procédure d’INTERPOL : nécessité de garanties légales plus strictes". La Commission recommande des mesures pour prévenir le détournement des notices rouges d’INTERPOL

Rappel des faits : Paul Watson faisant l’objet de deux mandats d’arrêt issus par le Japon (pour son opposition à la chasse baleinière illégale en Antarctique) et par le Costa Rica (pour son intervention contre une pêche illégale aux ailerons de requins) a été listé sur la notice rouge d’Interpol, aux côtés de criminels de guerre, de tueurs en séries mais aussi de certains opposants politiques, persécutés pour leurs idées et leur engagement. Interpol s'est récemment penché sur l’usage abusif de la notice rouge par certains pays. Le cas de Paul Watson a été cité en exemple.

QUESTIONS JURIDIQUES ET DROITS DE L’HOMME

Les "notices rouges" font partie d’un système de notices internationales mis en place par INTERPOL, qui permet à la police des pays membres de coopérer pour arrêter et extrader une personne recherchée par une juridiction nationale ou internationale. « La forte augmentation de ces notices au cours de ces 10 dernières années et leur détournement par certains États membres à des fins politiques, en vue de réprimer la liberté d’expression ou de persécuter des opposants politiques à l’étranger, représente un sérieux problème pour ce système », a souligné Bernd Fabritius (Allemagne, PPE/DC).

« Le détournement abusif de la procédure d’INTERPOL soulève la question de la responsabilité judiciaire, aussi bien des États impliqués dans de telles pratiques – que ce soit en adressant à Interpol des demandes abusives ou en les exécutant – que de l’Organisation elle-même, dans la mesure où sa responsabilité est engagée pour avoir apporté une aide à des États coupables de violation des droits de l’homme », a-t-il déclaré en présentant son rapport "Détournement du système INTERPOL : nécessité de garanties légales plus strictes" à la commission des questions juridiques de l’APCE, aujourd’hui à Paris.

Lire la suite...
 
Imprimer
Mercredi, 22 Mars 2017

Campagne Lac Léman : Sea Shepherd s’engage pour la préservation en eau douce

Pour la première fois de son histoire et dans le monde, Sea Shepherd s’engage pour la préservation en eau douce. Les actions en mer se poursuivent naturellement, toutefois, les lacs et rivières étant les veines et artères des océans, la nécessité de faire des actions locales tout au long de l’année est aussi nécessaire.

Lire la suite...
 
Imprimer
Mardi, 21 Mars 2017

Opération Milagro III : Sea Shepherd découvre le corps flottant d’une vaquita dans le golfe de Californie

Cette mort rapproche le plus petit marsouin au monde encore plus près de l’extinction

Opération Milagro III : Sea Shepherd découvre le corps flottant d’une vaquita dans le golfe de CalifornieLe corps, sans vie, de la vaquita
Photo: Robbie Newby
San Felipe, Basse-Californie, MEXIQUE – 21 mars 2017 – Dimanche 19 mars 2017, Sea Shepherd a découvert le corps flottant d’une vaquita dans le golfe de Californie.

Les navires anti-braconnage de l’association de conservation de la faune et de la flore marines, le Farley Mowat et le Sam Simon, patrouillent la zone nord du golfe depuis l’automne dernier dans le cadre de l’Opération Milagro III afin de sauver la vaquita et le totoaba bass, autre espèce menacée.

Dimanche, à 14h47, l’équipage du Farley Mowat est tombé sur le corps sans vie d’une vaquita – le plus petit cétacé du monde – et en a informé les autorités mexicaines pour que celles-ci puissent venir le récupérer. Le cadavre est actuellement conservé à San Felipe, congelé, en attendant la nécropsie qui permettra de déterminer la cause de sa mort.

Il existe désormais moins de 30 vaquitas en vie, poussant ainsi l’espèce toujours plus près de l’extinction, et cette terrible découverte intervient alors que Sea Shepherd a retrouvé un bébé vaquita mort sur la plage, à 33 km au sud de San Felipe, il y a exactement une semaine.

« Voir l’une des dernières vaquitas au monde flotter, morte, juste devant notre bateau a été épouvantable pour mon équipage”, a déclaré Luisa Albera, la capitaine du Farley Mowat. « Nous continuons à nous concentrer sur la récupération de tous les filets qui emprisonnent et tuent les vaquitas. »

Lire la suite...
 
Imprimer
Lundi, 20 Mars 2017

Opération Sola Stella : Un Crevettier "Certifié Pêche Durable" arrêté par les garde-côtes libériens avec l’aide de Sea Shepherd

Les garde-côtes libériens se préparent à arraisonner le Star Shrimper XXV - Photo : Alejandre Gimeno/Sea Shepherd GlobalLes garde-côtes libériens se préparent à arraisonner le Star Shrimper XXV - Photo :
Alejandre Gimeno/Sea Shepherd Global
Le 13 mars, le navire de pêche Star Shrimper XXV, qui battait pavillon nigérian, a été arraisonné dans les eaux du Liberia, un pays de l’Afrique de l’Ouest, par les garde-côtes libériens, assistés d’un équipage de Sea Shepherd ainsi que de défenseurs de l’environnement et conseillers maritimes israéliens. Le navire pêchait activement sans détenir de permis de pêche libérien. Cette infraction, considérée comme la plus sérieuse d’après les réglementations libériennes en matière de pêche, peut être sanctionnée d’une amende allant jusqu’à un million de dollars américains (1 000 000 USD).

Le chalutier a été détecté par un radar alors qu’il entrait dans les eaux libériennes depuis les eaux ivoiriennes à une vitesse caractéristique d’une pêche active. Une équipe de garde-côtes libérienne s’est rapidement mobilisée à bord du Bob Barker de Sea Shepherd et s’est dirigée vers la localisation indiquée, où le navire a été surpris en pleine pêche, avec son matériel de chalutage à l’eau.

Le Star Shrimper XXV fait partie d’une flotte de navires de pêche appartenant à l’Atlantic Shrimpers Ltd, une entreprise autorisée par le Département d’État des États-Unis à exporter des crevettes aux États-Unis grâce aux mesures qu’elle s’est engagée à prendre pour réduire les prises accessoires, dont les tortues. La crevette est également exportée dans le monde entier par Primstar B.V., une compagnie néerlandaise. La flotte est actuellement certifiée "Friend of The Sea" ("Ami des Océans") pour la pêche durable des crevettes géantes tigrées (www.primstar.com/fishing.php), bien que les directives imposent aux navires de respecter les obligations légales, parmi lesquelles figure l’obtention de permis de pêche valide (www.friendofthesea.org).

Lire la suite...
 
Plus d'articles...


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact