Cette année, malgré une période particulièrement difficile pour tout le monde, vous êtes restés à nos côtés et vous avez continué à nous soutenir, vous êtes même encore plus nombreux que l’année dernière. Un énorme MERCI pour votre confiance !

Si la situation sanitaire a conduit à l’annulation de la plupart des stands, conférences et autres évènements publics initialement prévus, nous n’en avons pas moins été très actifs en mer et sur les plages. Nous avons en plus de nos missions de terrain, mené plusieurs batailles juridiques pour la défense des requins à La Réunion, des dauphins dans le Golfe de Gascogne et des tortues à Mayotte, mais également contre les activités illégales de pollution et les questions de captivité (plusieurs poursuites judiciaires contre des aquariums pour détention illégale de phoques et des conditions illégales de détention de requins). Près de 40 affaires judiciaires au total sont actuellement en cours et/ou ont été gagnées cette année.

En plus de nos contributions essentielles (financières et humaines) aux missions internationales de Sea Shepherd, l’antenne française a été particulièrement active dans la défense de la vie marine sous la responsabilité de la France, deuxième plus grand espace maritime au monde.

DAUPHINS: Opération Dolphin Bycatch (DBC)

Patrouilles en mer et sur les plages afin de documenter les prises accessoires de dauphins par les bateaux de pêche. Plus de 10 000 dauphins meurent chaque année dans le golfe de Gascogne à cause des méthodes de pêche non sélectives… plus que les massacres des îles Féroé et de Taiji réunis.

Plus de 10 000 dauphins meurent chaque année dans le golfe de Gascogne à cause des méthodes de pêche non sélectives… C’est plus que les massacres des îles Féroé et de Taiji réunis. Depuis 2017, Sea Shepherd mène des patrouilles de surveillance des opérations de pêche dans une démarche de lanceur d’alerte, afin de sensibiliser l’opinion publique, les médias et les pouvoirs publics et de pousser à la mise en place urgente de solutions sérieuses.

Cette année, malgré la pandémie, nous avons pu mener de front trois mois de patrouilles avec le Sam Simon (de janvier à mars) et trois mois en Bretagne avec le semi-rigide français, le Clémentine (d’août à octobre) ainsi que plusieurs expositions de dauphins morts dans les centres-villes, notamment devant la Tour Eiffel à Paris qui ont conduit à d’énormes pressions médiatiques et politiques pour forcer une évolution de la législation et aller vers une meilleure prise en compte des espèces protégées comme les dauphins. Cette année, nos deux campagnes DBC nous ont permis d’avoir des dizaines d’articles, d’entrevues à la radio et à la télévision française mais aussi dans les médias internationaux. Les scientifiques travaillant sur la question ont déclaré que «les campagnes menées par Sea Shepherd ont réussi à mettre en lumière la question des prises accidentelles des dauphins et à déclencher des avancées sur la question, plus que ce qui a été réalisé au cours des 20 dernières années ».

Sur le plan juridique, Sea Shepherd a obtenu la condamnation du gouvernement Français par le Tribunal Administratif de Paris pour son manque d’action sur la question des captures de dauphins par les engins de pêche et poursuit la France devant la Cour Européenne pour la même raison.

Des volontaires de Sea Shepherd France ont été arrêtés pour avoir exposé des dauphins morts dans les centres-villes (l’action est considérée comme illégale car le transport d’une espèce protégée est interdit sans autorisation). Sea Shepherd France entend continuer à exposer les dauphins en 2021 pour montrer au public l’impact caché de la surpêche et est prête à faire face à des conséquences juridiques.

TORTUES : Opération Nyamba


Pour la 4ème année, Sea Shepherd France patrouille sur les plages de Mayotte où des centaines de tortues protégées sont tuées chaque année pour leur chair et alimentent un marché noir qui se déroule jusqu’ici dans une relative impunité même si on commence à enfin percevoir un renforcement des sanctions à l’encontre des trafiquants. Cette année, notre mission sur place a été plus courte en raison de la pandémie mais nous avons néanmoins réussi à faire 2 mois de patrouilles avec un budget relativement serré de 15 000 euros dont le bilan est le suivant :

– 53 jours de campagne
– 14 bénévoles Sea Shepherd
– 143 patrouilles, soit plus de 1500 heures
– 10 tentatives de braconnage repoussées
– Une vingtaine de tortues retrouvées braconnées datant d’avant notre arrivée
– 11 tortues braconnées sur des plages où ne pouvions pas patrouiller faute d’effectif pendant la campagne
– 637 tortues protégées sans compter les tortillons (51 émergences)
– Plus de 150 pontes
– 23 nettoyages de plages

Qu’il s’agisse des missions de protection des dauphins ou des tortues, l’objectif en 2021 est de prolonger le temps sur les lieux à au moins 6 mois/an car si notre présence sur la ligne de front s’avère très efficace, l’effet positif/dissuasif s’arrête quelques semaines après notre départ.

REWILD

Sea Shepherd France est le co-fondateur de Rewild qui a acheté le Zoo de Pont Scorff en Bretagne en fin d’année dernière. Le zoo a été fermé au public afin de permettre aux animaux d’avoir plus de tranquillité. L’objectif est de renvoyer en milieu sauvage les animaux aptes à y survivre (selon des critères génétiques, sanitaires et comportementaux) et d’envoyer dans des sanctuaires (qui répondent à des critères très stricts) des animaux incapables de survivre seuls ou inaptes à rejoindre des populations sauvages. Le Rewild Rescue Center sera alors en mesure d’accueuillir des animaux victimes du trafic afin de leur offrir une chance de retourner à la nature. En effet, à l’heure actuelle, la seule issue donnée à ces animaux est de terminer leur vie en captivité. Le projet pour 2021/22 est d’ouvrir sur le site de Rewild, le premier centre de soins de la faune marine Sea Shepherd (principalement pour les phoques, les oiseaux marins et les tortues).

2020 a été une année très difficile pour tout le monde, mais elle a prouvé à la fois que nos équipes sur le terrain et que nos supporters ont été fidèles et passionnés, peut-être plus que jamais. Dans un contexte mondial particulièrement anxiogène et incertain, une chose est sans aucun doute devenue très claire pour beaucoup : défendre l’intégrité de la planète et l’équilibre fragile de l’océan contre le virus de la cupidité humaine est certainement la bataille la plus importante à laquelle nous serons confrontés dans les années à venir.

Lamya ESSEMLALI, Présidente de Sea Shepherd France, Co-directrice Sea Shepherd Global

Très belles fêtes de fin d’année à toutes et tous de la part de toute notre équipe !

FAIRE UN DON