Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Activation

Fields cannot be empty

Une patrouille de Sea Shepherd arrête un autre chalutier

Samedi 9 septembre 2019

Quatre jours après une opération menée en partenariat avec le gouvernement gambien pour lutter contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN) en Afrique de l’Ouest, qui a permis l’arrestation de deux chalutiers industriels pour un certain nombre de délits de pêche, les forces de l’ordre représentant le ministère gambien des pêches et la marine gambienne présentes à bord du navire Sam Simon de Sea Shepherd ont arrêté un troisième chalutier.

Un officier de la marine gambienne Gambia et le Sam Simon en arrière planLes prises à bord du MohamedInspecteur des pêches gambien sur la passerelle du Mohamed

Le 1er septembre, le navire de pêche Mohamed a été arrêté par des inspecteurs de pêche gambiens et la marine gambienne – avec le soutien de l’équipage de Sea Shepherd – pour 15 chefs d’accusation de pêche, dans la zone de gestion spéciale de neuf milles marins de la Gambie réservée aux pêcheurs artisanaux le mois dernier.

Les incursions ont été confirmées à la fois par le journal de pêche du navire et par le suivi historique du système d’identification automatique (AIS), ou transpondeur de localisation, installés à bord. Au moment de l’arraisonnement, l’AIS ne transmettait pas activement les données, indiquant des efforts pour dissimuler la position et l’activité du navire aux forces de l’ordre. Mais les données de l’AIS sont conservées dans des archives consultables, ce qui permet un examen historique de la position et de la vitesse du navire.

Les eaux gambiennes sont particulièrement riches en biodiversité, car le pays est situé dans la région où le fleuve Gambie, riche en nutriments, rejoint le courant des Canaries. Les moyens de subsistance de plus de 200 000 Gambiens dépendent directement ou indirectement de la pêche locale, tandis que l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) estime que plus de 46 % des populations de poissons estimées dans le centre-est de l’Atlantique souffrent de surpêche.

La sardinelle et autres espèces de petits pélagiques sont cruciales pour les Gambiens. C’est pourquoi le ministère des Pêches et des Ressources en eau a mis en place une zone de gestion spéciale de neuf milles marins pour préserver les eaux fréquentées par les pêcheurs artisans. Mais des chalutiers industriels s’approchent régulièrement des côtes, et les pêcheurs artisanaux se plaignent quotidiennement au ministère, lui demandant une compensation pour les filets utilisés et perdus par les chalutiers industriels. Les populations de sardinelles diminuent aussi rapidement, en raison de ces incursions quotidiennes.

Le Sam Simon et un canot en arrière planLes prises à bord du MohamedLes officiers de la marine gambienne sur le pont du Mohamed

"Avec trois arrestations en moins d’une semaine, l’honorable James Furmos Peter Gomez, ministre des Pêches et des Ressources en eau, fait preuve du leadership nécessaire pour empêcher la pêche illégale dans les eaux de la Gambie. Bien que les patrouilles du Sam Simon soient désormais connues – dissuadant ainsi les chalutiers d’entrer dans la zone de gestion spéciale – l’honorable ministre envoie un message clair indiquant que les infractions passées feront l’objet d’une enquête", a déclaré Peter Hammarstedt, directeur des campagnes de Sea Shepherd Global.

Le partenariat entre Sea Shepherd et la Gambie, baptisé Opération de défense côtière gambienne, compte le septième État côtier africain à s’associer à un effort croissant pour mettre fin à la pêche illégale autour du continent africain, grâce à des patrouilles conjointes en mer.